Accueil | Actualités | Médias | La presse people française victime de son succès outre-Atlantique
Pub­lié le 22 juillet 2014 | Éti­quettes :

La presse people française victime de son succès outre-Atlantique

Hollywood vient de découvrir les charmes du Code civil français. Alors que la presse people française se répand de l'autre côté de l'Atlantique en trouvant un public assidu, les stars américaines sautent sur l'occasion pour attaquer en justice à tour de bras.

Aux États-Unis, les règles juridiques autour de la presse sont beaucoup moins strictes que dans l'hexagone. Une aubaine pour des people tels que Jude Law, Bradley Cooper, Bruce Willis ou encore Scarlett Johansson. « Voici deux ans ou trois ans, cela représentait 1% des assignations. Aujourd'hui, nous en sommes à 10% », explique Me Christophe Bigot au Nouvel Obs.

Un phénomène qui ne s'arrête pas à la presse people. Les agences de presse photographiques sont également dans le viseur des stars holywoodiennes, en plus des vedettes françaises. « Par peur des procès, on ne photographie plus la moitié d'entre elles », explique un photographe.

Selon une rédactrice en chef d'un titre people, ces procédures affluant depuis les États-Unis ont une origine bien précise : « De plus en plus d'acteurs français travaillent là-bas comme Guillaume Canet, Marion Cotillard, Omar Sy... On nous a raconté qu'ils passaient le mot aux acteurs américains pour qu'ils attaquent en France. »

Selon d'autres sources, l'avocat Me Vincent Toledano, ancien journaliste à Libé, au Nouvel Obs et à Télérama, serait le principal exploitant de ce bon filon. Spécialiste des questions en rapport avec la vie privée et le droit à l'image, « il truste aujourd'hui l'essentiel des dossiers de contentieux liés à des stars étrangères », écrit le Nouvel Obs. De quoi faire de lui la bête noire de la presse people de l'hexagone.

Crédit photo : piaser via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux