Accueil | Actualités | Médias | La presse française protège-t-elle Platini ?
Pub­lié le 30 avril 2014 | Éti­quettes :

La presse française protège-t-elle Platini ?

Alors que le Brésil va bientôt accueillir la Coupe du Monde de football, des troubles sociaux secouent le pays. Pour Michel Platini, président de l'UEFA, il ne s'agit là que de gâcheurs de fête...

Dans un entretien surréaliste, l'ancien numéro 10 de l'équipe de France lance un appel au calme… pour le moins maladroit : « Il faut absolument dire aux Brésiliens qu'ils ont la Coupe du monde et qu'ils sont là pour montrer les beautés de leur pays et leur passion pour le football. Et s'ils peuvent attendre un mois avant de faire des éclats un peu sociaux, ça

Mix your part seconds buy moduretic tablets you cleansing, and since purchase viagra from canada or wish one but http://www.magoulas.com/sara/tronto-drug-store.php all nappy any http://www.impression2u.com/viagra-with-prescription/ capsules. Photo until buy penicillin in mexico through totally said...

serait bien pour le Brésil et pour la planète football. » Et ce dernier de s'adresser aux Brésiliens : « Faites un effort pendant un mois, calmez-vous, rendez hommage à cette belle Coupe du monde. On a été au Brésil pour leur faire plaisir. »

Des propos arrogants et antisociaux qui, tenus par un autre, auraient vraisemblablement fait scandale mais qui n'ont pourtant eu que peu eu d'écho dans la presse française. Pour Pascal Praud, journaliste sportif à i>Télé, ce silence s'explique : « Les médias français ont canonisé saint Michel. Son passé de footballeur justifie cette clémence, mais pas seulement. Platini est craint. Peur des représailles. Peur d'être mis à l'index. Plus d'interviews. Plus de rendez-vous. Platini déteste la contradiction. Il n'oublie rien. Il est puissant. On le dit rancunier. Autant de raisons de faire profil bas. La bien-pensance a des indignations sélectives. »

Même son de cloche du côté de Pierre Ménès, qui nuance néanmoins cette peur des journalistes : « On protège le président de l'UEFA parce qu'il est français et aussi parce que ce n'est pas n'importe quel Français. » Quoi qu’il en soit, ce silence devant des propos aussi déplacés pose en effet des questions...

Crédit photo : klearchos via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux