Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Flush, le monde vu d’en bas

24 novembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Flush, le monde vu d’en bas

Flush, le monde vu d’en bas

Si le format papier des médias généralistes souffre, les magazines très spécialisés ne se portent pas si mal, pourvu qu’ils correspondent à un segment bien déterminé. La niche « style de vie » est plutôt en forme, la naissance de Flush le démontre, un magazine trimestriel dédié aux… toilettes.

Journée mondiale des toilettes

Nous avouons avoir ignoré jusqu’à ce jour l’existence d’une Journée mon­di­ale des toi­lettes, la dernière toute récente s’est tenue le 19 novem­bre 2018. Cette date sym­bol­ique a été retenue par le nou­veau venu pour son lance­ment.

Trois ans de vie

Dans sa déc­la­ra­tion d’intention, Flush note :

« Nous pas­sons en moyenne 3 ans de notre vie aux toi­lettes. Or on note un manque d’information liée au sujet, qui cristallise pour­tant de nom­breuses prob­lé­ma­tiques socié­tales : san­té, hygiène, acces­si­bil­ité, écolo­gie, mix­ité, etc. Il fal­lait un média spé­cial­isé : le voici ! FLUSH est le pre­mier mag­a­zine grand pub­lic qui observe la société par le prisme des toi­lettes. C’est un trimestriel haut de gamme, artis­tique et décalé, qui paraî­tra en kiosques le 19 novem­bre 2018 à l’oc­ca­sion de la Journée Mon­di­ale des Toi­lettes.
Pour soulign­er ce regard inédit, des artistes illus­trent la majorité des arti­cles : dessins, aquarelles, sculp­tures, col­lages, car­i­ca­tures et BD qui per­me­t­tent de chang­er de per­spec­tive et appor­tent une grande valeur ajoutée au mag­a­zine. FLUSH est un bel objet art et lifestyle que l’on peut col­lec­tion­ner
. »

Financement participatif

Deux jeunes femmes, Aude Lalo et Aurore Voet­zel, ont créé Sum­mer­time, société éditrice du jour­nal. Celui-ci est financé sur fonds pro­pres (non, ce n’est pas un jeu de mots) via Ulule, une plate-forme de finance­ment par­tic­i­patif qui a atteint (et même dépassé) son objec­tif en octo­bre dernier (7000 € pour une cen­taine de con­tribu­teurs). Le pre­mier numéro est sor­ti et est disponible en kiosque au prix de 6,80 €. L’abon­nement (4 numéros par an) est à 25 €. Pour en savoir plus : flushmag.fr

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.