Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fleurus presse au milieu du gué

28 juin 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Fleurus presse au milieu du gué

Fleurus presse au milieu du gué

Le groupe Fleurus presse, qui vient de sortir le bimestriel Tout sur l’histoire, est resté déficitaire en 2013, cinq ans après son rachat au Monde par La Financière des loisirs et le fonds Open gate capital. Éditeur de titre pour enfants (Abricot, Les Petites princesses), pour adolescents (Tout comprendre) et pour adultes (Art magazine, Comment ça marche, Réponse à tout), il a perdu 700 000 euros pour 29,7 millions de chiffre d’affaires réalisé. Économies drastiques et prix cassés sur le numérique doivent en principe lui permettre rebondir d’ici la fin de l’année.

Lancé en décem­bre 2013, le e‑kiosque Tout Fleu­rus est l’un des trois ingré­di­ents pour revenir à l’équili­bre. Pro­posant une offre groupée des 18 mag­a­zines à 39 euros, la plate-forme se frotte notam­ment à Bayard-Milan. Le mastodonte catholique (375 mil­lions de chiffre d’af­faires en 2013) détient env­i­ron 50% du marché jeunesse, là où Fleu­rus atteint 12%. A qual­ité rédac­tion­nelle qu’il estime com­pa­ra­ble, Fleu­rus compte faire la dif­férence sur le prix. Il varie du sim­ple au dou­ble. Les pre­miers résul­tats enreg­istrés seraient encour­ageants. Le kiosque Tout Fleu­rus aurait recruté 4000 clients. Il s’est fixé un objec­tif de 50 000 abon­nés dig­i­taux à l’hori­zon 2015 (soit 10% de la dif­fu­sion totale en 2013).

L’autre vecteur de crois­sance se situe sur le papi­er. Fleu­rus procède par acqui­si­tion de titre ou de licence. La mar­que Tout sur l’his­toire, comme Com­ment ça marche, appar­tient à l’édi­teur en anglais Imag­ine pub­lish­ing. La rédac­tion en chef du bimestriel de vul­gar­i­sa­tion, pour lequel Fleu­rus vise 30 000 exem­plaires en 2015, a été con­fiée à Daniel Ich­bi­ah. Il occupe le même poste au men­su­el sci­en­tifique Com­ment ça marche. Le groupe con­solide aus­si ses act­ifs exis­tants. Ain­si, le men­su­el sur la con­som­ma­tion Réponse à tout ! a été dotée d’une nou­velle for­mule en mars. La dif­fu­sion de l’ex mag­a­zine du groupe Ayache avait chuté de près de 28% en 2013 (DSH OJD : 76 909 exem­plaires). Des hors-séries, sur la cui­sine notam­ment, seront lancés en 2014–2015 pour appuy­er la mar­que. De son côté le bimestriel Art mag­a­zine, égale­ment en forte baisse de dif­fu­sion (DSH OJD 2013 : 20 079 exem­plaires, ‑18%) refond depuis mai sa ligne édi­to­ri­ale. Le titre, racheté en 2012, veut se dif­férenci­er de ses con­cur­rents, Con­nais­sance des arts (Groupe Les Echos) et Beaux arts (TTM groupe) en met­tant davan­tage l’ac­cent sur les aspects péd­a­gogiques et de cul­ture générale dans l’art que sur l’ac­tu­al­ité du secteur.

Enfin, la com­pres­sion des coûts de struc­tures, est la troisième pri­or­ité de Fleu­rus. Le groupe, qui compte 38 salariés, en a encore licen­cié six en 2013. Entre la vente de Fleu­rus en 2009, qui a ouvert à l’époque une clause de ces­sion, et 2012, env­i­ron 45 salariés sont par­tis. Pour dimin­uer les charges, il a égale­ment sous-loué près de la moitié de ses immenses locaux (1200 mètres car­rés) dans le cen­tre de Paris.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

Claude Chollet et l’Observatoire du journalisme (OJIM) ont été mis en examen par le procureur de la République à la demande de Monsieur Ramzi Khiroun, ancien chauffeur et garde du corps de DSK et maintenant porte-parole du groupe Lagardère. La mise en examen porte sur le délit d’injures publiques, susceptible d’une amende de 12.000 € et de dommages et intérêts supplémentaires. La première audience a lieu le 7 octobre. Pour nous aider à nous défendre et à nous développer, rejoignez nos donateurs.

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.