Accueil | Actualités | Médias | Les Inrocks, avocats de l’art pédopornographique ?
Pub­lié le 3 septembre 2015 | Éti­quettes :

Les Inrocks, avocats de l’art pédopornographique ?

Alors qu'une exposition de deux artistes allemands, qui s'est tenue du 13 juin au 27 août 2015 à la Friche « Belle de Mai » à Marseille, suscite une vive polémique pour son contenu jugé pédophile et zoophile, Les Inrocks ont volé au secours de ces artistes menacés par d'odieux fascistes.

Pour Claire Moulène, journaliste pour le site de l'hebdomadaire, « la fachosphère se mobilise ». La preuve : ce sont surtout des « sites d'extrême-droite », comme Fdesouche, qui ont repris l'information et dénoncé une exposition « pédopornographique ».

Pourtant, au regard des commentaires qui suivent le papier, l'analyse de l'auteur ne semble pas rencontrer l’unanimité. « "T'es pas de gauche si t'es pas pédo" génial les Inrocks ! », écrit ainsi un commentateur. « Dénoncer des œuvres pédopornographiques c'est être facho ? Alors, oui, je suis facho et mille fois fier de l'être ! Vous atteignez le degré 1000 de la crétinerie », ajoute un autre.

Après avoir évoqué les menaces téléphoniques reçues par les organisateurs de l'exposition et avoir bien insisté sur le caractère infréquentable des protestataires, dont des élus FN, Claire Moulène glisse, en fin d'article, un lien vers une pétition de soutien aux artistes, avec probablement le doux sentiment du devoir accompli.

Réduire le message à son messager, une veille habitude journalistique…

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This