Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Dossier] Les médias allemands sont-ils plus sérieux qu’en France ? L’exemple Trump

7 août 2017

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Dossiers | [Dossier] Les médias allemands sont-ils plus sérieux qu’en France ? L’exemple Trump

[Dossier] Les médias allemands sont-ils plus sérieux qu’en France ? L’exemple Trump

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 03/05/2017]

Traitement médiatique de Donald Trump en France et en Allemagne : le niveau dérisoire de médias français d’une futilité intersidérale offre un contraste saisissant avec celui de médias allemands encore restés largement sérieux et professionnels.

Non décidé­ment, Don­ald Trump n’a pas la cote dans les médias. Ni les médias améri­cains, ni les médias européens. Et ce pas plus Out­re-Rhin qu’en France. Pour­tant, il suf­fit d’examiner les gros titres de presse le con­cer­nant en France et en Alle­magne pour con­stater de très grandes dif­férences dans le traite­ment des ques­tions touchant au nou­veau prési­dent améri­cain, tant dans la forme que sur le fond des sujets abor­dés en pri­or­ité.

Ce qui frappe en effet à la con­sul­ta­tion des médias français, c’est la très faible place accordée aux sujets de fond par rap­port à l’espace démesuré voué aux petites phras­es, aux futil­ités, aux mesquiner­ies, aux ragots de concierges, aux sujets extraits des caniveaux et aux petites his­toires com­plète­ment en marge des enjeux du siè­cle, alors même qu’il sem­ble bien que l’histoire, la grande, avance à grands pas en Amérique et par con­séquent dans le monde. Or il sem­ble que la volon­té la plus élé­men­taire d’informer sérieuse­ment et de son­der les grands événe­ments de l’époque ait com­plète­ment déserté des médias français con­cen­trés entre quelques mains large­ment liées au pou­voir, sans aucun plu­ral­isme, et qui ne vivent plus de leurs lecteurs ou spec­ta­teurs, mais surtout des sub­ven­tions d’État — avec la dépen­dance poli­tique et l’absence de plu­ral­isme que cela implique.

Une erreur dans la date d’anniversaire de sa femme…

Le Monde titrait ain­si encore le 22 avril dernier « La journée de Don­ald Trump : le prési­dent prédit des sur­pris­es à venir… », qui expo­sait la pré­dic­tion par ce dernier de grands change­ments poli­tiques en France dans le sil­lage de la prési­den­tielle. Le 28 avril, c’est l’ascension silen­cieuse dans le cer­cle des con­seillers du prési­dent du gen­dre de Trump, Jared Kush­n­er, qui préoc­cu­pait ce ténor sup­posé de la presse quo­ti­di­enne française. Le 29 avril était cen­tré sur la poli­tique envi­ron­nemen­tale cen­sé­ment désas­treuse de Trump (« Trump et l’environnement : la grande casse »). Le 30 avril, les pro­je­teurs étaient braqués sur la non-paru­tion du prési­dent à la journée des cor­re­spon­dants de la Mai­son Blanche : « Nous ne sommes pas des fake news, la presse de Wash­ing­ton répond aux attaques de Trump ». Mais on a con­nu plus trash : c’est ain­si qu’en décem­bre 2016, Le Monde Diplo­ma­tique con­sacrait car­ré­ment tout un dossier aux trou­bles men­taux sup­posés du prési­dent (« Tri­om­phe du style para­noïaque »).

Un thème égale­ment abor­dé par LCI sous une manchette en gros car­ac­tères d’imprimerie : « Anti­so­cial, nar­cis­sique, machiste ? La san­té men­tale de Don­ald Trump inquiète des psy­chi­a­tres améri­cains ».

Mais c’est surtout le vague à l’âme sup­posé de sa dernière épouse Mela­nia, de 23 ans sa cadette, qui a beau­coup enflam­mé les médias français tout récem­ment. France Inter expo­sait ain­si il y a peu ses soucis : « La femme du prési­dent améri­cain, Mela­nia Trump appa­raît de plus en plus dis­tante, effacée et loin du pou­voir. À tel point que le hash­tag Sauvez Mela­nia est né ». Le Huff­in­g­ton Post quant à lui, por­tait le 28 avril 2017, en col­lab­o­ra­tion avec Le Monde, la gravis­sime infor­ma­tion suiv­ante à l’attention du pub­lic : « Don­ald Trump fait une erreur dans le tweet d’an­niver­saire à sa femme ». Gala avait déjà rap­porté le 22 avril 2017 que Don­ald Trump se « com­por­tait comme un gou­jat avec sa femme ».

Il est très dif­fi­cile, en France, ne fût-ce que de s’informer dans les médias des mesures con­crètes pris­es par Trump selon leur cal­en­dri­er. Pra­tique­ment aucun média ne sonde raisonnable­ment les ten­ants et aboutisse­ments des mesures pris­es par Trump, tant les jour­nal­istes français sont obsédés par la volon­té exclu­sive de prêch­er, de for­mater les esprits, de laver les cerveaux…

Les médias allemands continuent d’informer sur les faits

Le son de cloche est très dif­férent du côté des médias alle­mands. C’est ain­si que le con­ser­va­teur et libéral Frank­furter All­ge­meine Zeitung étab­lis­sait le 28 avril dernier, sur un ton certes cri­tique, mais tout de même infor­matif et factuel (« Trump a été rat­trapé par la dure réal­ité »), la liste pré­cise de l’ensemble des mesures pris­es par Trump au cours de ses trois pre­miers mois de man­da­ture. Le très social-démoc­rate Süd­deutsche Zeitung exam­i­nait quant à lui le 27 avril 2017, sous un titre encore plus neu­tre « Les déci­sions les plus impor­tantes de Don­ald Trump », le détail des déci­sions poli­tiques pris­es par le prési­dent améri­cain énumérées selon leur cal­en­dri­er d’entrée en vigueur, avec leur descrip­tion com­plète. La cri­tique – au sens noble du terme – était réservée le même jour à un autre arti­cle séparé « 100 jours de Trump : quel bilan ? ». Die Welt avait déjà, le 18 févri­er 2017, exploré les con­séquences pos­si­bles de la poli­tique de Trump avec une cer­taine ratio­nal­ité incon­nue en France. Die Zeit expo­sait quant à lui le 23 avril le record d’impopularité du nou­veau prési­dent. Il avait déjà, le 20 avril, retracé l’historique pré­cis des trois pre­miers mois de prési­dence de Trump. Factuelle­ment. Le Stern expo­sait le 20 avril l’historique de la poli­tique nord-coréenne du prési­dent.

Il existe en Alle­magne une presse à sen­sa­tions (la « Boule­vard­presse »), qui abor­de avec délice les cham­bres à couch­er, toi­lettes, débor­de­ments divers et autres états d’âmes des grands de ce monde. C’est elle qui traite du malaise sup­posé affec­tant le cou­ple Trump ou ses rela­tions avec son ex-femme, ses gen­dres et ses enfants, ou qui explorent encore les som­bres recoins de son âme.

Les ténors de la grande presse ne le font pas : en dépit de la faible sym­pa­thie qu’ils éprou­vent pour Trump, ils n’abandonnent jamais leur pro­fes­sion­nal­isme et leur déon­tolo­gie, en infor­mant pré­cisé­ment de la poli­tique factuelle­ment suiv­ie par le prési­dent améri­cain, quitte à cri­ti­quer – avec des argu­ments incon­nus en France – cette même poli­tique dans des arti­cles séparés de ceux stricte­ment infor­mat­ifs et factuels (FAZ, SZ). Die Welt réflé­chit réelle­ment à l’impact à long terme que pour­rait avoir sur l’évolution future du monde le change­ment de par­a­digme que représente l’entrée de Trump à la Mai­son Blanche. Il n’y a rien de tel en France.

On peut, on doit regret­ter que les médias alle­mands soient unanime­ment anti-Trump et qu’il manque ici, pour respecter totale­ment l’esprit de la démoc­ra­tie, de média ouverte­ment pro-Trump. C’est ce à quoi ser­vait dans le temps le BILD Zeitung, haï des intel­lectuels en général et de la gauche en par­ti­c­uli­er, mais plébisc­ité par des mil­lions de lecteurs. La mort d’Axel Springer, ce libéral de droite dure, pro-améri­cain, farouche­ment anti­com­mu­niste et anti-intel­lectuels, sem­ble avoir lais­sé le jour­nal orphe­lin. Nul doute que celui qui était hier le cham­pi­on du poli­tique­ment incor­rect, pour­fend­eur des uni­ver­si­taires et défenseur acharnés des « beaufs » alle­mands pleins de bon sens con­tre les intel­lectuels aux idées aus­si bril­lantes que com­plète­ment loufo­ques, aurait choisi ce camp. Ses suc­cesseurs ont mis beau­coup trop d’eau dans leur vin, et le plu­ral­isme des médias alle­mands s’en ressent.

Mais force est de con­stater que les médias alle­mands, qui ne sont pas aus­si con­cen­trés que leurs homo­logues français en dépit de l’existence de quelques grands groupes, qui sont bien plus indépen­dants et ont infin­i­ment plus de lecteurs et d’auditeurs que leurs homo­logues français et ne perçoivent aucune sub­ven­tion, affichent un sérieux, un pro­fes­sion­nal­isme et une déon­tolo­gie com­plète­ment incon­nus en France.

En France, comme nous le disions au début de notre arti­cle, l’ensemble des grands médias sem­ble vouer son activ­ité aux petites phras­es, aux futil­ités, aux mesquiner­ies, aux ragots de concierges, aux sujets extraits des caniveaux et aux petites his­toires com­plète­ment en marge des enjeux du siè­cle. La dif­férence entre ces médias et la presse à sen­sa­tion est à peine per­cep­ti­ble. Le récent traite­ment des élec­tions prési­den­tielles l’a encore une fois démon­tré de façon véhé­mente, tant les « affaires » ont com­plète­ment bal­ayé les pro­grammes des promp­teurs.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.