Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Critique du film « À bras ouverts » : un lynchage médiatique « à bras raccourcis » !

26 avril 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Critique du film « À bras ouverts » : un lynchage médiatique « à bras raccourcis » !

Critique du film « À bras ouverts » : un lynchage médiatique « à bras raccourcis » !

La nouvelle comédie intitulée « À bras ouverts »  du réalisateur Philippe de Chauveron ne laisse pas les critiques cinématographiques indifférents.

Le Parisien estime que le film « brosse un por­trait ultra-car­i­cat­ur­al et indigne de la com­mu­nauté rom ». « Avec de la ten­dresse et de l’empathie, le film aurait peut-être évité le racisme. »Pour Le Monde, il s’agit de « racisme à dos­es allopathiques ». Pour les Inrocks, nous sommes en présence d’un « un som­met d’humour dis­crim­i­na­toire… ». On pour­rait mul­ti­pli­er les exemples.

Mais la palme du lyn­chage revient à France Cul­ture. La chaine de radio a en effet con­sacré une par­tie de l’émission « Du grain à moudre » du jeu­di 13 avril à la dénon­ci­a­tion du car­ac­tère pré­ten­du­ment raciste du film. Les invités ont déployé sans aucune con­tra­dic­tion leur réquisi­toire, l’animateur de l’émission jouant le rôle de faire val­oir, relançant le débat par des ques­tions complaisantes.

Les cri­tiques dis­cor­dantes sont rares, comme le relève Valeurs actuelles. Le Figaro évoque « une vraie comédie de mœurs sur notre société mul­ti­cul­turelle” et un film qui “fait valser les préjugés et les clichés ». Causeur estime que ce film « potache » « se moque gen­ti­ment des bour­geois de gauche aux grands dis­cours human­i­taires ».

Ne trou­verait-on pas là une par­tie de l’explication du lyn­chage médi­a­tique de ce film par une classe de bobos piquée à vif et mise devant ses contradictions ?

Nos Tris­sotin con­tem­po­rains man­quent sin­gulière­ment de recul et d’humour. En 1976, Ettore Sco­la dres­sait dans « Affreux, sale et méchant » un por­tait féroce d’habitants d’un bidonville romain. Notre époque triste et poli­tique­ment cor­recte lais­serait-elle encore s’exprimer comme en 1982 « zézette »  dans le film « Le père Noel est une ordure » ? Ne serait-elle pas désor­mais qual­i­fiée de « car­i­cat­u­rale » et de « dégradante » ?

Seul motif de con­so­la­tion : le pub­lic réserve un très bon accueil au film, avec 411 000 entrées la semaine de sa sor­tie (près de 700 000 entrées à ce jour) !

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.

David Perrotin

PORTRAIT — David Per­rotin a réus­si, en quelques années, à se forg­er une répu­ta­tion de mil­i­tant de gauche doté d’une carte de presse. Il est vrai que l’orientation de ses arti­cles est sans ambiguïté, tous les dis­cours et toutes les thé­ma­tiques tra­di­tion­nelle­ment asso­ciées à la droite étant sys­té­ma­tique­ment discrédités.