Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Comment la presse a failli perdre ses abonnements

4 juillet 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Comment la presse a failli perdre ses abonnements

Comment la presse a failli perdre ses abonnements

L’une des plus importantes sociétés de gestion d’abonnements dans l’Hexagone, le Groupe GLI a reconnu le 21 juin un gros bug informatique sur ses serveurs. Une panne qui a semé la panique chez les éditeurs de presse et qui pourrait coûter sa survie à ce prestataire de premier plan.

En principe, le ful­fill­ment (ges­tion d’abon­nements) con­fié à GLI par les prin­ci­paux édi­teurs français, devrait revenir à la nor­male lun­di 4 juil­let. Con­crète­ment, les abon­nés des Échos au Figaro, de Valeurs actuelles à L’Ex­press pour­ront à nou­veau renou­vel­er leur abon­nement, pay­er, effectuer des change­ments d’adress­es, toutes choses impos­si­bles depuis dix jours. Suite à une réu­nion de crise, tenue ven­dre­di 24 juin entre une trentaine d’édi­teurs et le directeur général de GLI, les ingénieurs d’IBM sont par­venus, non sans mal, à faire repar­tir par­tielle­ment le sys­tème de GLI dimanche 26 juin. Mais il a encore fal­lu une semaine pour que ce dernier soit com­plète­ment opéra­tionnel.

L’épisode cri­tique que vient de vivre une bonne moitié des édi­teurs de presse d’in­for­ma­tion générale, devrait les con­duire à réa­gir vigoureuse­ment. Annon­cée avec retard par GLI, la panne n’a pu être lim­itée par le biais d’un serveur de sauve­g­arde. Et pour cause, celui-ci s’est avéré égale­ment défectueux. En pre­mier lieu, les con­trats- pour ceux qui seront main­tenus avec GLI- devraient prévoir à l’avenir un “back up” physique, sécurisé à l’ex­térieur de l’en­tre­prise. Les édi­teurs devraient d’autre part exiger de la part du prestataire qu’il réalise à inter­valle réguli­er un audit externe, afin de véri­fi­er le bon état des procé­dures. Côté financier, des dom­mages et intérêts con­sis­tants seront prob­a­ble­ment demandés à la société déjà frag­ile. GLI est sor­ti en 2015 d’une péri­ode de sauve­g­arde après avoir frôlé le redresse­ment judi­ci­aire. De là à évo­quer un défaut d’in­vestisse­ment de sa part, ayant entrainé le bug du 21 juin… Un spé­cial­iste de l’abon­nement évoque claire­ment une suite de défail­lances ayant généré la panne générale.

Les édi­teurs de leur côté engageront prob­a­ble­ment des réformes urgentes à men­er pour sécuris­er leur fonds de com­merce. Y com­pris en détenant une sauve­g­arde à domi­cile. Chez cer­tains, comme L’Ex­press ou Le Figaro, les abon­nements peu­vent représen­ter jusqu’à 30% du chiffre d’af­faires. Ce chiffre monte à 70% pour Valeurs actuelles, voire 90% au men­su­el Que choisir. L’alerte a été chaude mais ne devrait pas en revanche les con­duire à (re)internaliser leurs don­nées. Les risques de pass­er par un prestataire externe ont beau être énormes, ils ne sont pas prêts, essen­tielle­ment pour des ques­tions de coûts, à repren­dre en direct la déli­cate logis­tique de la ges­tion d’abon­nement.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.