Accueil | Actualités | Médias | Bruno Gaccio cible d’un assassinat en 2002 ?
Pub­lié le 28 septembre 2014 | Éti­quettes :

Bruno Gaccio cible d’un assassinat en 2002 ?

Dans un livre à paraître le 9 octobre prochain, Philippe Dana et Léon Mercadet (décédé il y a peu) avancent que Bruno Gaccio aurait été la cible d'un projet d'assassinat en 2002.

Dans « Les invités de la fête, 30 ans d’histoire de Canal » aux éditions Don Quichotte, ils expliquent que Gilles Martinet, ancien agent de la DGSE, a raconté aux enquêteurs et lors de son procès avoir réfléchi à tendre différents pièges à l'ex-chef de file des Guignols de l'Info de Canal+.

Il aurait même décidé « du jour, de l’heure et du lieu de son exécution par deux tueurs d’origine yougoslaves, armés de manches de pioche achetés chez Castorama ». Finalement, ce scénario incroyable ne s'est jamais produit, ce qui explique qu'aucune charge n'a pu être retenue contre Martinet.

Quant au commanditaire secret de cet attentat, Bruno Gaccio a confié aux auteurs du livre connaître son identité. Cependant, celui-ci se réserve le droit de la dévoiler un jour ou l'autre…

Crédit photo : montreuxcomedy via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux