Accueil | Faire un don

Faire un don

Campagne de dons — octobre 2018

1.420€ col­lec­tés sur 2.000€
Sélec­tion­nez la méth­ode de paiement
Infor­ma­tions per­son­nelles

Total du don : 35€ One Time

Le travail de l’Observatoire du journalisme se développe avec nos correspondants en Europe. Nous dépassons les 200 portraits de journalistes et ceux ci, comme nos infographies, sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours.

Vous appréciez le travail de l’OJIM, aidez-nous !

Au moment où l’information devient de plus en plus prég­nante et mul­ti­forme elle présente para­doxale­ment une image d’homogénéité. Car il n’y a pas d’information objec­tive, toute nou­velle est fil­trée, mise en scène, par­fois biaisée par les médi­ans que sont les jour­nal­istes. L’Observatoire du jour­nal­isme a pour ambi­tion de mon­tr­er l’envers du décor de la manière la plus descrip­tive pos­si­ble, sans esprit mil­i­tant mais de manière fer­me­ment engagée du côté de la lib­erté d’expression. C’est ce que nous faisons à tra­vers nos 200 por­traits tous référencés, nos info­gra­phies sur les groupes de médias, nos dossiers d’actualité et nos brèves.

Le poli­tique­ment cor­rect, le con­formisme idéologique et socié­tal, des men­aces très con­crètes sur la lib­erté d’expression via les puis­sances finan­cières, les réseaux soci­aux améri­cains ou des lois lib­er­ti­cides enser­rent les médias et leurs fab­ri­cants. Si les fon­da­teurs de l’Observatoire du jour­nal­isme sont bénév­oles, nos col­lab­o­ra­teurs sont rémunérés et l’Observatoire a un coût. Nos seules sources de revenus sont nos lecteurs, en con­tribuant finan­cière­ment vous nous per­me­t­trez d’assurer notre indépen­dance et notre développe­ment.

Si vous pensez qu’un travail de décryptage des médias est indispensable, si vous êtes excédé par l’impudeur de certains communicants, si vous ne voulez plus seulement consommer des médias c’est facile :

  • En don­nant 35 euros vous financez les brèves d’une journée de pub­li­ca­tion.
  • En don­nant 100 euros vous nous aidez à cou­vrir les frais d’un por­trait.
  • En don­nant 200 euros vous financez un dossier.
  • En don­nant 400 euros vous financez une info­gra­phie ou une vidéo.
  • Ceci ne vous coûte que 12 €, 33 €, 66 € ou 133 € avec le reçu fis­cal de 66% de votre don.

Vous pou­vez pay­er en ligne ci-dessous en toute sécu­rité par carte bleue avec Stripe, avec votre compte Pay­Pal ou nous envoy­er un chèque à l’ordre de OJIM, 48 boule­vard de la Bastille 75012 Paris. Ou nous faire un vire­ment sur FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale) Béné­fi­ci­aire : OJIM, 48 boule­vard de la Bastille 75012 Paris.

Le petit cochon de l’Ojim vous remer­cie !

Claude Chol­let
Prési­dent de l’OJIM

Un coup d’œil aux dernières publications

Avec quels fonds s’est lancé Médiapart ?

Aude Lancelin, aux com­man­des d’un Média en perdi­tion, a bal­ancé lors du lance­ment de la sai­son 2 de la web-télé de gauche que Médi­a­part dis­po­sait de 3 mil­lions d’euros d’apports extérieurs, avant même d’avoir eu son pre­mier abon­né. Qu’en est-il vrai­ment ?

lire plus

Daniel Morin, faux humoriste, vrai obsédé sur France Inter

Le 27 sep­tem­bre 2018, Daniel Morin sur France Inter fai­sait de l’humour engagé. Courageux. Con­tre une enne­mie idéologique désignée du régime – et sur France Inter, payé par les con­tribuables qu’ils le veuil­lent ou non. Il s’est payé la jour­nal­iste de droite Char­lotte d’Ornellas avec force métaphores bes­tiales, points god­win et autres références au Maréchal Pétain. Dom­mage que son courage ne l’ait pas porté à traiter ain­si une per­son­nal­ité de gauche ou une min­istre – auquel cas il aurait moins courageuse­ment, on s’en doute, essuyé les foudres de ses pairs.

lire plus

Pour Radio France et Éric Fassin, dans les sciences sociales le racisme anti-blancs n’existe pas

« Je ren­tre dans les crèch­es et je tue des bébés blancs, attrapez-les vite et pen­dez leurs par­ents, écartelez-les pour pass­er le temps, diver­tir les enfants noirs de tout âge, petits et grands » rap­pait Nick Con­rad, artiste jusqu’alors pra­tique­ment incon­nu. Face à la tem­pête médi­a­tique, le rappeur s’était défendu en expli­quant qu’il avait voulu « invers­er les rôles de l’homme blanc et de l’homme noir ».

lire plus