Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Éric Zemmour

10 octobre 2019

Temps de lecture : 20 minutes
Accueil | Portraits | Éric Zemmour

Éric Zemmour

Une certaine idée du journalisme à la française

Il est devenu tellement célèbre pour ses joutes télévisuelles et son talent de polémiste qu’on a tendance à l’oublier : Éric Zemmour est avant tout écrivain et un brillant journaliste politique qui dans ses essais et ses articles analyse inlassablement l’évolution de la vie politique française, à laquelle il donne une profondeur historique.

Né en août 1958 à Mon­treuil, il a gran­di en ban­lieue, à Dran­cy, et con­fie y avoir passé une enfance heureuse. Pas­sion­né par l’Histoire et la poli­tique, c’est par hasard qu’il s’est lancé dans le jour­nal­isme, sa voca­tion pre­mière étant celle d’un écrivain. Il a ain­si pub­lié de nom­breux essais et quelques romans.. Il a pub­lié, en par­al­lèle, de nom­breux essais et quelques romans. Il est aujourd’hui l’un des jour­nal­istes les plus con­nus de ce que cer­tains appel­lent la « droitosphère » ou encore la « réa­cosphère ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que ses idées tranchent dans le monde for­maté des médias. Antilibéral de plus en plus assumé, il est pour l’arrêt total de l’immigration qui selon lui met en péril la survie même du pays. Il est égale­ment très cri­tique sur le fémin­isme, qu’il accuse de nier les dif­férences entre hommes et femmes, et d’occulter la vérité des rela­tions entre les deux sex­es. Lecteur du philosophe Jean-Claude Michéa et du géo­graphe Christophe Guil­luy, deux auteurs classés « à gauche » qu’il cite régulière­ment, Éric Zem­mour s’intéresse à toutes les pen­sées de con­tes­ta­tion de la société libérale indi­vid­u­al­iste, qu’elles soient d’origine social­iste ou réac­tion­naire. Au lieu de dis­cuter ses argu­ments, nom­bre de ses adver­saires idéologiques l’accusent régulière­ment d’attiser les « haines » et le cloue au pilori.

Issu d’une famille mod­este, père pré­para­teur en phar­ma­cie avant de devenir ambu­lanci­er, mère au foy­er, il est « juif d’origine berbère » d’origine, comme il l’a dit un jour alors qu’on lui demandait ses orig­ines, mais se définit avant tout comme Français, « ni plus, ni moins ». Il se dis­tingue du reste par un amour pas­sion­né pour une France qu’il « bénit » d’avoir colonisé ses ancêtres (« On n’est pas couché », France 2, octo­bre 2010).

Formation

Éric Zem­mour est diplômé de l’In­sti­tut d’é­tudes poli­tiques (IEP) de Paris (1979). Par la suite, il échoue deux fois au con­cours d’en­trée de l’E­NA, à l’épreuve d’oral, ce qui sus­cit­era les rail­leries de ses opposants. Para­doxe amu­sant, sa car­rière de jour­nal­iste le ver­ra s’installer sur les bancs de ce même jury en 2006.

Parcours de journaliste

Sa car­rière de jour­nal­iste débute en 1986 au Quo­ti­di­en de Paris sous l’aile de Philippe Tes­son. Lorsque le quo­ti­di­en dis­paraît, en 1994, Éric Zem­mour devient édi­to­ri­al­iste à Info-Matin, puis jour­nal­iste poli­tique au Figaro de 1996 à 1999. En par­al­lèle, il réalise quelques piges à Mar­i­anne (1997) et à Valeurs Actuelles (1999). Il passe ensuite au Figaro Mag­a­zine avant de revenir, en 2013, au sein de la rédac­tion du quo­ti­di­en pour y livr­er une cri­tique de livre heb­do­madaire. Enfin, il con­tribue au jour­nal Le Spec­ta­cle du Monde (groupe Val­monde) en tant que chroniqueur poli­tique et cul­turel.

Aujourd’hui, Éric Zem­mour se con­sid­ère comme le digne héri­ti­er « du jour­nal­isme à la française. Un mélange de lit­téra­ture, de poli­tique et de jour­nal­isme. » Le Bloc-notes de François Mau­ri­ac est son « nir­vana » (Le Figaro Mag­a­zine, 23 mars 2013). Au Nou­v­el Obs, il con­fie égale­ment utilis­er « les tech­niques jour­nal­is­tiques pour défendre [ses] idées ».

La télévision, un heureux hasard

S’il fut tout d’abord un jour­nal­iste poli­tique de presse écrite, Éric Zem­mour a été aspiré par la télévi­sion pour son tal­ent de débat­teur.

Il débute comme chroniqueur dans l’émission « Ça se dis­pute » sur I‑Télé en 2003, aux côté de Christophe Bar­bi­er (rem­placé ensuite par Nico­las Dom­e­n­ach). En 2006, il intè­gre l’émission grand pub­lic « On n’est pas couché », présen­tée par Lau­rent Ruquier sur France 2. Aux côtés de Michel Polac (puis d’Éric Naul­leau), il cri­tique sans com­plai­sance les œuvres des invités et se fait vite une répu­ta­tion de franc-tireur, qui con­tribuera au suc­cès de l’émission. En 2011, Lau­rent Ruquier décide de rem­plac­er ses deux chroniqueurs, pour des raisons qui demeurent aujourd’hui encore floues et qui ont sus­cité de vives oppo­si­tions. « De plus en plus d’acteurs, de chanteurs et d’écrivains – tous ces grands démoc­rates qui se croient une âme de gauche – étaient hor­ri­fiés à l’idée d’être assis face de moi et ne voulaient plus venir sur le plateau de Ruquier », expli­quera Zem­mour au Nou­v­el Obs en avril 2013. Peut-être l’une des raisons de cette évic­tion incom­prise.

Qu’à cela ne tienne, les deux com­pères créent leur pro­pre émis­sion, qui débute en sep­tem­bre 2013 sur Paris Pre­mière et s’intitule sobre­ment « Zem­mour & Naul­leau ». Dans le même entre­tien au Nou­v­el Obser­va­teur, Zem­mour con­fie que « des poli­tiques refusent de venir sur Paris Pre­mière à cause de moi », comme par exem­ple Mélen­chon, mais peut-être ce refus était-il plus lié à une anci­enne querelle entre Mélen­chon et Naul­leau qu’à autre chose. En par­al­lèle, Éric Zem­mour a par­ticipé, jusqu’en 2010, à « L’Hebdo » sur France Ô où ses joutes ora­toires avec Dominique Wolton sont dev­enues cultes. Il con­tribue égale­ment au « Grand débat » présente par Michel Field sur la chaîne His­toire.

Il con­fie lui-même que le petit écran n’était pas sa voca­tion pre­mière et qu’il l’utilise aujourd’hui « comme un vecteur de dif­fu­sion de [ses] con­vic­tions et de [ses] idées ». Il se con­sid­ère comme le « porte-dra­peau » d’une majorité silen­cieuse et pro­fonde qui s’oppose aux élites médi­a­tiques et poli­tiques. Il estime que « la bagarre idéologique se fait désor­mais à la télévi­sion, plus dans les revues ni dans les think tanks ». Il con­sid­ère pour­tant le petit écran comme « un univers abêtis­sant, à la fois pour le débat intel­lectuel et poli­tique. C’est un univers qui priv­ilégie l’émotion sur la rai­son ».

À la radio

Depuis jan­vi­er 2010, Éric Zem­mour signe une chronique sur les ondes de RTL. D’abord quo­ti­di­enne, du lun­di au ven­dre­di à 7h15, celle-ci devient biheb­do­madaire à la ren­trée 2013. Le chroniqueur y voit, comme d’autres, « l’une des con­séquences de la polémique sus­citée par la chronique sur Chris­tiane Taubi­ra (en mai 2012, ndlr) » lorsqu’il avait sus­cité le scan­dale en accu­sant la min­istre de la Jus­tice de s’attaquer à « l’homme blanc ». Il rap­pelle que ses bil­lets « n’engagent que [lui], pas la rédac­tion. RTL a fait ce choix de venir me chercher pour avoir un regard dif­férent et icon­o­claste sur l’actualité, un regard qui tranche avec le ron­ron médi­a­tique ».

Ses chroniques radio sont rassem­blées dans plusieurs livres : Z comme Zem­mour (Le Cherche midi, 2011), Le bûch­er des van­i­teux (Albin Michel, 2012) et Le bûch­er des van­i­teux 2 (Albin Michel, 2013).

Un écrivain avant tout

Si aujourd’hui Éric Zem­mour est surtout con­nu du pub­lic grâce à son expo­si­tion médi­a­tique et son tra­vail de jour­nal­iste poli­tique, ce dernier se con­sid­ère avant tout comme un écrivain. Son amour de la langue française l’a poussé à rédi­ger plusieurs romans et essais. Son pre­mier est con­sacré à Édouard Bal­ladur (Gras­set, 1995). En 1998, il écrit Le livre noir de la droite (Gras­set) puis, entre autres, Les rats de garde (Stock, 2000) avec Patrick Poivre d’Arvor et, en 2002, une biogra­phie de Jacques Chirac, L’homme qui ne s’aimait pas » (Bal­land).

En 2008, il écrit Petit frère (Denoël), un roman qui met en scène deux amis de ban­lieue, un juif et un musul­man, et s’inspire d’un fait réel dra­ma­tique (qui s’est sol­dé par la mort du jeune juif). Enfin, sans doute ses deux plus con­nus, il écrit en 2006 Le pre­mier sexe (Fayard), court essai où il analyse la fémin­i­sa­tion, volon­taire selon lui, de la société et des hommes, et Mélan­col­ie française (Fayard/Denoël) en 2010, où il con­te l’histoire d’une France qui recherche en vain la suc­ces­sion de Rome.

Ses auteurs de référence, sou­vent cités, sont entre autres Balzac, Chateaubriand, Racine, Baude­laire, Bainville et Michelet.

Le Suicide français (Albin Michel), d'Eric Zemmour

Le Sui­cide français (Albin Michel), d’Er­ic Zem­mour

Dans son dernier livre, Le Sui­cide Français, paru en octo­bre 2014 chez Albin Michel, Éric Zem­mour revient sur les 40 dernières années qui, selon lui, ont détru­it la France. Il passe au crible les dif­férentes étapes de ce sui­cide, organ­isé depuis la mort du général de Gaulle et les événe­ments de mai 68.

Pour sa pro­mo­tion, Zem­mour a fait le tour des plateaux télévisés où il a reçu un accueil hos­tile dans l’ensem­ble, notam­ment chez Lau­rent Ruquier dans son anci­enne émis­sion, « On n’est pas couché ». Out­re les clas­siques accu­sa­tions en intolérance réac­tion­naire, celui-ci s’est vu reprocher en par­ti­c­uli­er un pas­sage où il évoque la France de Vichy.
L’écrivain y avance que, con­traire­ment aux idées reçues véhiculées en masse depuis le livre de Robert Pax­ton en 1973 (« La France de Vichy », éd. du Seuil), le régime de Vichy a factuelle­ment sauvé l’im­mense majorité des juifs français (en sac­ri­fi­ant néan­moins les juifs étrangers). Ce pos­tu­lat est vite qual­i­fié de « réha­bil­i­ta­tion » de Vichy et vaut à l’es­say­iste une mul­ti­tude de cri­tiques et d’en­tre­tiens mus­clés. À cela faut-il ajouter l’hos­til­ité de cer­taines per­son­nal­ités médi­a­tiques juives (comme Jacques Attali ou Frédéric Haz­iza), qui n’hésiteront pas à le qual­i­fi­er de « traître à sa com­mu­nauté » ou encore de « juif anti­sémite ».
Mais der­rière l’écran et le tumulte médi­a­tique, les Français approu­vent. En plus du suc­cès tri­om­phal de son livre (qui sera par­venu à déloger Mme Tri­er­weiller de la pre­mière place des ventes), un sondage pub­lié par Valeurs Actuelles a établi que la majorité de la pop­u­la­tion, sans approu­ver directe­ment le per­son­nage, était en accord avec les idées d’Éric Zem­mour sur l’im­mi­gra­tion, le mul­ti­cul­tur­al­isme ou encore la mon­di­al­i­sa­tion.

En 2014 i>Télé met fin à son émis­sion ça se dis­pute après une énième polémique sur les pro­pos d’Éric Zem­mour, cette fois au Cor­riere del­la ser­ra. Deux ans plus tard, la chaîne est con­damnée à pay­er 50.000 € pour la rup­ture abu­sive du con­trat. Le chroniqueur demandait cepen­dant 1.9 mil­lions d’eu­ros pour le préju­dice moral, mais a été débouté.

RTL annonce la sup­pres­sion de sa chronique sur la radio, pour­tant très écoutée, à la ren­trée. La presse de droite crie à la cen­sure et met en cause « les pres­sions d’une part de la rédac­tion » (Valeurs Actuelles). Cepen­dant il devrait inter­venir très régulière­ment dans le débat organ­isé dans la mati­nale à 8h17, selon Puremé­dias.

Hésitation de CNews puis accord

Éric Zem­mour était, peu avant son dis­cours à la Con­ven­tion de la droite le 28 sep­tem­bre 2019, appelé à se voir con­fi­er une émis­sion quo­ti­di­enne par la chaîne du groupe Canal+, CNews, chaîne cen­trée sur les débats con­tra­dic­toires. Selon Le Parisien, les jour­nal­istes de la chaîne trou­vaient cela impens­able. Après avoir hésité, Vin­cent Bol­loré a don­né son accord, mais la déci­sion sem­ble avoir été dif­fi­cile.

Voir aussi

Positionnement

Sou­vient décrié pour ses posi­tions tranchées, le polémiste présente surtout l’avantage de par­ler à vis­age décou­vert, con­traire­ment à l’ensemble de la pro­fes­sion qui préfère sou­vent gliss­er une idéolo­gie entre des lignes pré­ten­du­ment objec­tives. Poli­tique­ment, Éric Zem­mour se revendique de la « droite gaul­lo-bona­partiste » et recon­naît des « inspi­ra­tions marx­istes ». Dans un entre­tien accordé à Philippe Bil­ger en décem­bre 2013, il déclare « assumer » la ligne de tous les acteurs du « non » à Maas­tricht en 1992, de Jean-Pierre Chevène­ment à Jean-Marie Le Pen en pas­sant par Charles Pasqua, Philippe Séguin et Philippe de Vil­liers.

Au fil de ses livres, arti­cles et émis­sions, il véhicule la nos­tal­gie de la grandeur de la France et promeut l’assimilation et l’arrêt de l’immigration mas­sive pour remédi­er à la crise iden­ti­taire et sociale qui sévit aujourd’hui. Il com­bat le « droit d’ingérence » directe­ment issu de l’idéologie des Droits de l’Homme, qui qual­i­fie de « néo-colo­nial­isme ».

Il est égale­ment très act­if dans la cri­tique du fémin­isme et plus générale­ment de la « fémin­i­sa­tion de la société ». En octo­bre 2013, il fait par­tie des sig­nataires de « Touche pas à ma pute ! Le man­i­feste des 343 “salauds” », lancé par le mag­a­zine Causeur, pour pro­test­er con­tre la pénal­i­sa­tion des clients des pros­ti­tuées dans laque­lle il voit un des volets de la grande lutte con­tre la norme hétéro­sex­uelle.

Sa nébuleuse

Le 2 mars 2011, tout juste con­damné pour des pro­pos tenus à la télévi­sion (voir ci-dessous), il est invité par Hervé Nov­el­li à la con­ven­tion nationale des réfor­ma­teurs libéraux et ova­tion­né par les par­lemen­taires UMP. Il leur sug­gère, dans un dis­cours, de sup­primer les lois sur la dis­crim­i­na­tion raciale, les lois mémorielles, l’ac­tion pénale des asso­ci­a­tions antiracistes et leurs sub­ven­tions.

Au cours de sa car­rière de jour­nal­iste poli­tique, il a dîné avec de nom­breux hommes poli­tiques, dont Jean-Marie Le Pen, ce qui est lui est reproché au « Grand Jour­nal » de Canal+ du 6 novem­bre 2013. En colère, Éric Zem­mour répon­dra au chroniqueur : « Vous êtes grotesque ! Je vis­ite qui je veux, quand je veux. (…) Je suis jour­nal­iste poli­tique depuis 25 ans. Donc je déje­une et je dine avec des hommes poli­tiques depuis 25 ans, que ça vous plaise ou non. »

Il est ami avec Éric Naul­leau, son com­père d’émission depuis de nom­breuses années.

Il cor­re­spond régulière­ment par cour­riel avec l’intellectuel Alain Soral.

Récompenses

  • Prix de la Lib­erté d’ex­pres­sion 2010 (Enquête & Débat)
  • Prix du livre incor­rect 2010 (pour « Mélan­col­ie française », Fayard/Denoël)
  • Prix Riche­lieu 2011 (Asso­ci­a­tion de Défense de la langue française)

Condamnations

En 2010, il est pour­suivi par plusieurs asso­ci­a­tions antiracistes pour avoir déclaré, le 6 mars dans « Salut les ter­riens » sur Canal +, que les Noirs et les Arabes étaient con­trôlés plusieurs fois par jour « parce que la majorité des trafi­quants sont noirs et arabes ». Le même jour sur France Ô, il estime que les patrons « ont le droit » de refuser des Noirs et des Arabes à l’embauche car « la dis­crim­i­na­tion, c’est la vie ».

Pour les pro­pos tenus sur Canal +, il est recon­nu coupable de « dis­crim­i­na­tion raciale ». Pour ceux tenus sur France Ô, la 17e cham­bre du tri­bunal cor­rec­tion­nel de Paris a con­sid­éré que le chroniqueur « légiti­mait une pra­tique illé­gale, en la présen­tant comme licite ». Il est con­damné à 1.000 euros d’a­mende avec sur­sis. En out­re, il doit vers­er au MRAP, à SOS Racisme et à la Licra un peu plus de 10 000 euros de dom­mages et intérêts et faire état de ses con­damna­tions dans un organe de presse.

En 2014, le CSA met en garde RTL pour des pro­pos tenus à l’an­tenne par Éric Zem­mour, esti­mant ces derniers « de nature à encour­ager des com­porte­ments dis­crim­i­na­toires vis-à-vis des pop­u­la­tions expressé­ment désignées, et de pou­voir inciter à la haine ou à la vio­lence à l’en­con­tre de celles-ci. » Le jour­nal­iste avait estimé dans sa chronique du 6 mai que « les grandes inva­sions d’après la chute de Rome sont désor­mais rem­placées par des ban­des de Tchétchènes, de Roms, de Koso­vars, de Maghrébins, d’Africains, qui dévalisent, vio­len­tent ou dépouil­lent. » Pour­suivi pour « diffama­tion raciale », il est relaxé en sep­tem­bre 2015 par le tri­bunal cor­rec­tion­nel de Paris.

Fin 2015, il est con­damné à 3 000 € d’a­mende pour provo­ca­tion à la haine envers les musul­mans. Il avait déclaré au jour­nal ital­ien Cor­ri­erre Del­la Ser­ra que les musu­lam­sn « ont leur code civ­il, c’est le Coran. Ils vivent entre eux, dans les périphéries. Les Français ont été oblig­és de s’en aller. » Il avait par ailleurs estimé que si la dépor­ta­tion des cinq mil­lions de musul­mans présents en France était « irréal­iste », elle pou­vait être rap­prochée his­torique­ment du départ des Alle­mands de l’Eu­rope cen­trale après la guerre, ou encore de l’ex­pul­sion des pieds-noirs d’Al­gérie. Le soci­o­logue Math­ieu Bock-Côté a estimé que cette con­damna­tion était le signe d’une idéolo­gie mul­ti­cul­tur­al­iste « qui se défend con­tre le désaveu pop­u­laire en devenant de plus en plus autori­taire ». Cette poli­tique a aus­si valu à Éric Zem­mour son évic­tion d’i>Télé, et la fin de l’émis­sion Ça se dis­pute qui le voy­ait s’op­pos­er toutes les semaines à Nico­las Dom­e­n­ach.

En juin 2017, il est con­damné à 5000 € d’a­mende pour pro­pos islam­o­phobes qu’il a tenu dans l’émis­sion C à Vous du 6 sep­tem­bre 2016. Il y a notam­ment déclaré qu’il fal­lait don­ner aux musul­mans « le choix entre l’is­lam et la France » et que « tous les musul­mans qu’ils le dis­ent ou qu’ils ne le dis­ent pas » esti­maient que les dji­hadistes étaient de « bons musul­mans ». La cour d’ap­pel con­firme à l’été 2018 la con­damna­tion et l’a­mende, mais restreint les pas­sages incrim­inés.

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Publications

Essais
  • Bal­ladur, immo­bile à grands pas, Gras­set, 1995
  • Le Coup d’É­tat des juges, Gras­set, 1997
  • Le Livre noir de la droite, Gras­set, 1998
  • Une cer­taine idée de la France (sous la direc­tion d’Alain Gri­ot­ter­ay), 1998
  • Les Rats de garde, (avec Patrick Poivre d’Ar­vor), Stock, 2000
  • L’Homme qui ne s’aimait pas, Bal­land, 2002 (por­trait de Chirac)
  • Le Pre­mier Sexe, Denoël, 2006 (réédi­tion J’ai lu, 2009)
  • Mélan­col­ie française, Fayard /Denoël, 2010 (réédi­tion Le Livre de poche, 2011).
  • Z comme Zem­mour, Le Cherche midi, 2011
  • « Muray », in Philippe Muray, (sous la direc­tion de Jacques de Guille­bon et Max­ence Caron), édi­tions du Cerf, coll. « Cahiers d’his­toire de la philoso­phie », 2011
  • Le Bûch­er des van­i­teux, Albin Michel, 2012
  • Le Bûch­er des van­i­teux 2, Albin Michel, 2013
  • Le sui­cide français, Albin Michel, 2014
  • Un quin­quen­nat pour rien, Albin Michel, 2016
  • Des­tin Français, Albin Michel, 2018 (à paraître)
Romans
  • Le Dandy rouge, Plon, 1999
  • L’Autre, Denoël, 2004
  • Petit Frère, Denoël, 2008 (réédi­tion J’ai lu, 2009)

Ils l’ont dit

« Jean-Marie Le Pen aime bien dress­er des listes spé­ciales. A qui veut l’entendre, le prési­dent du FN con­fie ces jours-ci que seuls trois jour­nal­istes se mon­trent cor­rects à son égard : Élis­a­beth Lévy, Éric Zem­mour et Serge Moati ! », François Duf­fay, Le Point n°1551, « La fronde des intel­los », 7 juin 2002.

« Ses inter­ven­tions mati­nales sont encadrées et super­visées chaque matin par la rédac­tion. Nous lui avons demandé de veiller au respect des valeurs human­istes de la sta­tion », RTL au Parisien le 22 févri­er 2011.

« Dif­fi­cile de se fâch­er avec Zem­mour. C’est un gamin facétieux, bon cama­rade, et comme il sort pas mal d’énormités, il est très tolérant avec les autres. Son seul point faible : il est dom­iné par ses hor­mones », Éric Naul­leau, Télé-Loisirs le 30 août 2012.

« Selon Éric Zem­mour, l’”homme blanc” ver­rait donc sa viril­ité remise en cause par celle d’hommes noirs et arabes qui, eux, ne seraient pas soumis à la fémin­i­sa­tion imposée aux hommes blancs par les mil­i­tants pour l’égalité. Espérons qu’un jour les com­plex­es d’Éric Zem­mour se résoudront sur un divan plutôt que par l’expression radio­phonique d’une haine quo­ti­di­enne oblig­eam­ment per­mise par la sol­lic­i­tude de RTL à l’endroit de ce per­son­nage », Dominique Sopo, à l’époque prési­dent de SOS Racisme, Le Monde, 25 mai 2012.

« En osant appel­er un chat un chat et un men­songe par son nom, Éric Zem­mour a su ren­dre con­fi­ance en eux à des mil­lions de Français », Éric Bran­ca, Valeurs Actuelles du 30 mai 2013.

« Vision­naire. Seul con­tre tous, il com­bat la pen­sée unique, vilipende nos “élites nihilistes”, fustige la vic­toire des valeurs “soix­ante-huitardes”. La con­sécra­tion de son “Sui­cide français” (Albin Michel) élève Éric Zem­mour au rang de héraut d’une France qui refuse de som­br­er dans le néant. » Geof­froy Leje­une, Valeurs Actuelles, 24 octo­bre 2014.

« On a l’impression que l’auteur du Sui­cide français a com­mis un crime de lèse-majesté parce qu’il a eu l’audace, lui jour­nal­iste tal­entueux mais icon­o­claste et éti­queté du mau­vais côté de l’esprit, de présen­ter une vision glob­ale, en quelque sorte un sys­tème ayant l’impudence de damer le pion à la con­cep­tion dom­i­nante du camp d’en face. » Philippe Bil­ger, Boule­vard Voltaire, 20 octo­bre 2014.

« La réha­bil­i­ta­tion de Pétain par Éric Zem­mour va en faire sur­sauter plus d’un. » Léa Salamé, « On n’est pas couché », France 2, 4 octo­bre 2014

« Par­fois j’ai le sen­ti­ment chez vous, et j’ai eu ce sen­ti­ment sur ce chapitre là par­ti­c­ulière­ment, que vous aimez telle­ment la France, que vous voulez telle­ment, vous le juif, faire plus goy que goy, faire plus Français que Français, que vous en arrivez à remet­tre en cause Vichy, à réé­val­uer Pétain. Là c’est dan­gereux. » Léa Salamé, « On n’est pas couché », France 2, 4 octo­bre 2014.

« Au seul pronon­cé du nom de Zem­mour, le malade est pris de trem­ble­ments puis de trans­es et sécrète un flot abon­dant d’encre, de bave et de fiel.(…) La tolérance, dis­ait Claudel, il y a des maisons pour ça. Dans la société qu’on nous a faite, il y a des pris­ons pour ça. » Dominique Jamet, Boule­vard Voltaire, 19 octo­bre 2014.

« Eric Zem­mour est passé de son statut de jour­nal­iste à celui de mil­i­tant de la haine, du révi­sion­nisme et de la réha­bil­i­ta­tion de Pétain. » Frédéric Haz­iza, le Huff­in­g­ton Post, 23 octo­bre 2014

« Com­ment Zem­mour ose-t-il salir la mémoire de ces petits enfants inno­cents, trans­for­més en cen­dres dans les fours cré­ma­toires d’Auschwitz, en les ren­voy­ant à leur statut de “juifs étrangers” ? Com­ment Zem­mour ose-t-il approu­ver, valid­er la préférence nationale ver­sion Pétain ? Serait-ce pour mieux défendre la préférence nationale ver­sion 2014 de son ami Robert Ménard ? » Frédéric Haz­iza, le Huff­in­g­ton Post, 23 octo­bre 2014.

« Un juif anti­sémite, ça fait plaisir aux anti­sémites. » Jacques Attali, BFMTV, 9 octo­bre 2014.

« Ce dis­cours sur le déclin de la France… qui porte un pro­jet, soit à tra­vers de jour­nal­istes soi-dis­ant intel­lectuels, soit à tra­vers des respon­s­ables de la droite ou de l’extrême droite, une vision triste, enfer­mée sur elle-même, rance, qui n’est pas celle de la France », Manuel Valls, pre­mier min­istre, octo­bre 2014.

« Moi, quand je paie ma rede­vance télé et que je vois qu’il est invité sur France 2, pour vom­ir sur nous à répéti­tion, nous les rappeurs, nous les musul­mans, nous les gens des quartiers, je me dis que c’est un peu gon­flé qu’il soit payé par l’argent pub­lic pour dire ces choses-là », le rappeur Akhen­aton, octo­bre 2014, LeFi­garoTV.

« Qu’on l’apprécie ou non, le con­stat s’impose : Zem­mour attire les téléspec­ta­teurs, les audi­teurs et les lecteurs comme un aimant. Alors faut-il l’inviter sur les plateaux ? Nos médias doivent-ils et peu­vent-ils s’offrir le luxe d’un boy­cott ? Ce débat un peu sur­réal­iste ani­me cer­taines rédac­tions. Les Français, eux, d’accord ou pas avec le polémiste, deman­dent et rede­man­dent du Zem­mour » Marc Bau­driller, Chal­lenges, 23 octo­bre 2014.

« Pétain­iste pour les uns, fas­ciste pour les autres, il est harcelé par une meute à peu près unanime car il pointe avec une acuité cru­elle les vrais ressorts de notre décrépi­tude morale. De notre dépos­ses­sion affec­tive. De notre mise au rebut de l’Histoire. » Denis Till­ini­ac, Valeurs Actuelles, 24 octo­bre 2014.

« Zem­mour est juif. Mais il veut être plus français que les Français. Mon grand-père était bâton­nier à Alger, il a mil­ité pour le décret Crémieux qui a fait des juifs d’Al­gérie des Français. Rétro­spec­tive­ment, quand je vois Zem­mour, je le regrette », Guy Bedos sur France Info, 25 septembre2015.

« RTL a décidé de se pass­er de la chronique biheb­do­madaire d’Éric Zem­mour, pour­tant très écoutée. Une telle déci­sion, de la part d’une sta­tion com­mer­ciale pop­u­laire, dans le cadre d’une con­cur­rence à couteaux tirés, donne la mesure de la puis­sance de la cen­sure ram­pante ani­mant le clergé médi­a­tique. On apprend en effet que c’est à la suite des pres­sions d’une par­tie de la rédac­tion que la direc­tion s’est trou­vée dans l’oblig­a­tion de remerci­er ce chroniqueur », Valeurs Actuelles, 16 juil­let 2018.

Il l’a dit

« Tout le monde pense que je suis de droite, ce qui est approx­i­matif. Je suis réac­tion­naire, ce qui n’a rien à voir. Je n’aime pas notre époque. Je la trou­ve arro­gante, super­fi­cielle, vul­gaire, inculte. C’est le fond de l’affaire. Qu’on pense que je suis de droite n’est pas un prob­lème, ce n’est pas infamant », Palace Costes, décem­bre 2006.

« Le fémin­isme a eu un effet, c’est de per­me­t­tre aux femmes de la grande bour­geoisie de vol­er aux vrais pro­lé­taires leur statut de pro­lé­taire. Elles ont volé, par un hold-up idéologique, le statut de dom­iné aux vrais dom­inés », entre­tien au mag­a­zine Elle.

« Les femmes créent moins et trans­gressent moins que les hommes. Parce que les femmes ont une forme d’intelligence dif­férente de celle des hommes, et que les grands génies sont hommes. Ça n’est pas féminine­ment cor­rect de le dire, mais c’est la vérité. Ceux qui osent trans­gress­er ce sont des hommes, à part de raris­simes excep­tions », entre­tien au mag­a­zine Elle.

« Les hommes et les femmes ont des rôles dif­férents, mais aujourd’hui on n’a pas le droit de le dire. On doit dire qu’ils ont des rôles inter­change­ables. Eh bien je pense que l’interchangeabilité est en train de détru­ire notre société », entre­tien au mag­a­zine Elle.

« La fémin­i­sa­tion des hommes est la cause du divorce de masse », entre­tien au mag­a­zine Elle.

« Je sais. Je sais qu’il n’y a pas l’Homme et la Femme, mais des femmes et des hommes. Pas de général­ités mais unique­ment des cas par­ti­c­uliers. Autant de cas par­ti­c­uliers que d’individus. Je sais qu’il y a du féminin en l’homme et du mas­culin en la femme. Je sais que je ne suis même pas une femme… L’homme idéal est une vraie femme. Il a ren­du les armes. Le poids entre ses jambes est devenu trop lourd. Aujourd’hui, tout ce qui relève du mas­culin est un gros mot. Une tare. Mais la révolte gronde. Les hommes ont une iden­tité à repren­dre », Le pre­mier sexe, 2006.

« Aujourd’hui le dan­ger c’est la con­cur­rence vic­ti­maire. Aujourd’hui, c’est la vic­time qui est érigée en vedette de l’époque. Et en érigeant le juif en vic­time absolue, on ali­mente une con­cur­rence vic­ti­maire folle. Cha­cun veut sa shoah », « On n’est pas couché », France 2, le 23 févri­er 2008.

« Mais pourquoi on est con­trôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plu­part des trafi­quants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait ! », « Salut les Ter­riens », Canal+, le 6 mars 2010.

« Le dis­cours que je tiens est le dis­cours du roman nation­al français qui dom­i­nait jusqu’au général de Gaulle. Il est devenu mar­gin­al­isé et il a été tué par le con­sen­sus soix­ante-huitard », Con­férence à Mont­pel­li­er, avril 2010.

« Les jeunes jour­nal­istes sont telle­ment accul­turés et con­di­tion­nés par le dis­cours des ainés qu’ils ne peu­vent même pas penser ce que je dis », ibid.

« Ce n’est pas moi qui ai été nom­mé min­istre parce que j’étais noir et femme. Donc, celui ou celle qui a béné­fi­cié d’un regard eth­ni­cisé sur la société française, ce n’est pas moi, c’est Rama Yade. Et ce n’est pas moi non plus qui ai été nom­mé présen­ta­teur du jour­nal de TF1 parce que j’étais noir. Et ce n’est pas moi qui ai dit en 1998, quand l’équipe de France a gag­né la Coupe du monde, qu’elle a gag­né parce qu’elle était ‘black-blanc-beur’ », « Ça se dis­pute », i>Télé, 15 novem­bre 2013.

« L’islam pose une ques­tion à la société française. L’islam est un droit, ce n’est pas seule­ment une spir­i­tu­al­ité, c’est un droit qui englobe la société, et inévitable­ment il y a un code religieux qui s’impose et qui se frotte et par­fois se con­fronte à notre code civ­il napoléonien. Et c’est ça la ques­tion que l’on doit régler. Est-ce que le code civ­il napoléonien et ses principes idéologiques issus de la révo­lu­tion française l’emportent à chaque fois, ou est-ce qu’on négo­cie la mul­ti­cul­tur­al­i­sa­tion revendiquée par une par­tie de la gauche et par l’Europe ? C’est la négo­ci­a­tion entre cul­tures ! Moi je refuse la négo­ci­a­tion, j’estime que les autres cul­tures étrangères, entre guillemets, mêmes si les gens vivent en France, doivent céder le pas devant la cul­ture du code civ­il napoléonien. »

« Je préfère être un réac­tion­naire qu’un pro­gres­siste, parce que les pro­gres­sistes ça finit dans les camps à Tre­blin­ka et dans les camps com­mu­nistes. Je con­nais les his­toires du pro­grès, ça finit tou­jours mal. »

« On ne négo­cie pas avec la cul­ture française on s’y soumet », « On n’est pas couché », France 2, le 26 sep­tem­bre 2009.

« Alors messieurs, allez-vous-en. Ôtez ce mail­lot qui n’a pas de sens pour vous. Oubliez-nous, comme on vous oubliera. On se con­sol­era sur inter­net avec les coups-francs de Pla­ti­ni et les drib­bles de Zidane. On les mon­tr­era à nos enfants en leur dis­ant, les yeux émus : c’était ça l’Équipe de France ! », RTL, 21 juin 2010.

« L’esclavage des noirs a été inven­té par des Noirs, en Afrique, c’est eux qui vendent les autres noirs parce qu’ils n’ont aucune con­science de fra­ter­nité noire, ça n’existe pas ça », « 93 faubourg Saint-Hon­oré », Paris Pre­mière, 26 mars 2006.

« Mes ancêtres ont été colonisés par la France et je la bénie, car elle m’a apporté les écoles et Baude­laire », « On n’est pas couché », France 2, octo­bre 2010.

« J’ai le sen­ti­ment qu’à la sacral­i­sa­tion des races de la péri­ode nazie a suc­cédé la néga­tion des races (…) J’appartiens à la race blanche, vous appartenez à la race noire (s’adressant à Rokhaya Dial­lo, ndlr) », « Paris — Berlin, le débat », Arte, 13 novem­bre 2008.

« J’essaie sim­ple­ment de sauve­g­arder, de défendre une cul­ture, un art de vivre qui a fait notre bon­heur pen­dant des siè­cles », « Les francs-tireurs », télévi­sion québé­coise, le 9 févri­er 2011.

« J’estime qu’on a eu tort d’autoriser tout le monde à don­ner n’importe quel prénom à ses enfants », « Les francs-tireurs », télévi­sion québé­coise, le 9 févri­er 2011.

« En France la pop­u­la­tion la plus pau­vre selon un rap­port admin­is­tratif récent, ce n’est pas dans les ban­lieues, c’est dans les cam­pagnes, c’est les paysans français, et ils ne trafiquent pas la drogue, ils ne brû­lent pas des voiture, ils ne tirent pas sur les flics », « Les francs-tireurs », télévi­sion québé­coise, le 9 févri­er 2011.

« Je ne me posi­tionne pas par rap­port à Israël, les Etats-Unis, le monde arabe… etc. Ce n’est pas mon prob­lème. Mon prob­lème c’est la France », « Les francs-tireurs », télévi­sion québé­coise, le 9 févri­er 2011.

« Les électeurs de Le Pen sont des Français comme les autres, sou­vent des ouvri­ers, des gens très pau­vres qui sont en pre­mière ligne, qui souf­frent de la mon­di­al­i­sa­tion, d’une immi­gra­tion mal con­trôlée, mal assim­ilée. Il faut arrêter de leur cracher à la gueule en plus », « Les francs-tireurs », télévi­sion québé­coise, le 9 févri­er 2011.

« L’édification de la Shoah comme reli­gion civile a inter­dit à la France d’avoir une poli­tique migra­toire », « Zem­mour & Naul­leau », Paris Pre­mière, le 22 novem­bre 2013.

« Ce sont les antiracistes qui, les pre­miers, ont racial­isé le dis­cours pour leur pro­pa­gande, qui ont mis la ques­tion raciale dans le débat poli­tique », entre­tien avec Philippe Bil­ger, décem­bre 2013.

« Je me recon­nais dans une tra­di­tion poli­tique très loin­taine qui est le gaul­lo-bona­partisme », entre­tien avec Philippe Bil­ger, décem­bre 2013.

« Je suis nos­tal­gique du bon­heur de vivre en France dans les années 60, et nos­tal­gique de la grandeur de la France, qui est morte pour moi à Water­loo en 1815. C’est une dou­ble nos­tal­gie qui est lourde, qui me hante et assombrit mon exis­tence », entre­tien avec Philippe Bil­ger, décem­bre 2013.

« On prend un livre de 540 pages qui racon­te l’histoire des 40 dernières années et qui traite de sujets var­iés. On prend sept pages sur Vichy, et on en prof­ite pour essay­er de me délégitimer. On fait mon­ter en ligne les his­to­riens les plus pres­tigieux pour détru­ire ce que j’écris. On incite Jean-Marie Le Pen (qui n’a jamais autant fréquen­té les plateaux de télévi­sion depuis vingt ans) à dire à quel point il est d’accord avec moi pour me coller l’étiquette lep­éniste, une éti­quette infamante pour les médias. » Le Télé­gramme, 23 octo­bre 2014.

« Je trou­ve très para­dox­al que des juifs (je pense à Jacques Attali) me ramè­nent tout le temps à ma judéité. Cela sous-entend que mon livre se vend bien parce qu’il y aurait beau­coup d’antisémites en France, ce qui est faux. L’antisémitisme n’est plus un phénomène poli­tique depuis 1945. L’attaque vient de gens qui sont très mal placés pour m’accuser d’être « l’idiot utile » de l’antisémitisme, parce que ce sont des gens qui ont porté l’antiracisme sur les fonts bap­tismaux. Aujourd’hui, ce n’est pas l’extrême droite qui crie « mort aux juifs ». Ce n’est pas l’extrême droite qui ani­me les Meh­di Nem­mouche et les Mohammed Mer­ah. » Le Télé­gramme, 23 octo­bre 2014.

« En vérité, Vichy fait un pacte avec le dia­ble. Il négo­cie avec les Alle­mands et il dit : “On vous donne les juifs étrangers (sans savoir, jusqu’en 42, qu’ils seront tous exter­minés), et vous ne touchez pas aux juifs français.” On peut trou­ver ça hor­ri­ble. Il faut sim­ple­ment rap­pel­er que dans les autres pays où cela n’a pas été fait, les Alle­mands ne s’en sont pas embar­rassés et ils ont exter­miné tout le monde. » On n’est pas couché, France 2, 4 octo­bre 2014.

« Sur la base de Pax­ton, on a expliqué que la France était le mal absolu. Et que, dès que l’État fai­sait une dis­tinc­tion entre les Français et les étrangers, ça nous menait à Auschwitz. J’explique que c’est faux, et que c’est beau­coup plus com­pliqué que ça. » On n’est pas couché, France 2, 4 octo­bre 2014.

« Il y a les méchants et les gen­tils. Et puis il y a les gen­tils qui sont bien­veil­lants, qui sont altru­istes. C’est beau, sauf que ça n’existe pas. Il y a des gens qui sont là depuis 1000 ans, et qui ont envie d’être là encore 1000 ans. Ils n’ont pas envie d’être sub­mergés, ils n’ont pas envie d’être rem­placés. C’est bas et c’est pas telle­ment altru­iste. Mais c’est leur vie. Et ils n’ont pas envie que mon­sieur Attali, le père Attali, vienne leur dire vous êtes des nuls, vous êtes des médiocres, vous êtes des racistes, vous êtes des xéno­phobes, vous n’êtes pas des bien­veil­lants. Eh bien non. Ils ne sont pas bien­veil­lants, parce que les autres non plus ne sont pas bien­veil­lants. » Ce soir (ou jamais!), France 3, 10 octo­bre 2014.

« On ne fera pas renaître le Phoenix de ses cen­dres sans pay­er les pots cassés de ce sui­cide. On va vers des choses très graves, et ce n’est qu’après ces trou­bles qu’éventuellement, un homme prov­i­den­tiel fera renaître le Phoenix. » Vidéo pro­mo­tion­nelle du Sui­cide Français, Albin Michel, octo­bre 2014.

« Depuis un siè­cle on est dans le dis­cours et on nie la beauté. L’art ne doit plus être beau, il doit provo­quer ! Et main­tenant c’est devenu un but en soi. Il faut effec­tive­ment dégon­fler ces bau­druch­es, le sym­bole est là, il faut les dégon­fler. Ce qui m’intéresse c’est la réac­tion immé­di­ate­ment des élites, des nou­veaux pom­piers en vérité, c’est de l’art pom­pi­er du début du 21ème siè­cle. Immé­di­ate­ment la Min­istre pense à l’art dégénéré, la lutte des nazis et des com­mu­nistes con­tre l’art dégénéré ! Immé­di­ate­ment on naz­i­fie la réac­tion saine des pop­u­la­tions con­tre cette fumis­terie », I‑Télé, « Ça se dis­pute », 24 octo­bre 2014.

« Les Halles, c’est la syn­thèse vivante du con­sumérisme et du grand rem­place­ment (…) C’est au Forum des Halles, entre couloirs sin­istres de RER et bou­tiques aux devan­tures cri­ardes de fringues, de dis­ques ou d’ordinateurs, qu’on sent le mieux, physique­ment, la dis­pari­tion d’un peu­ple français autre­fois indus­trieux et inven­tif, trans­for­mé en con­som­ma­teurs pas­sifs et vains, tan­dis que, venant de ban­lieue, au terme d’un long périple depuis le fin fond de l’Afrique, un peu­ple arabo-musul­man s’est sub­sti­tué aux anciens habi­tants », « Zem­mour évoque “le grand rem­place­ment” des Français par “les arabo-musul­mans” », lexpress.fr, 8 avril 2016.

Crédit pho­to : The­su­per­mat via Wiki­me­dia (cc)

Voir aussi

Related Posts

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision