Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mimi Marchand, reine de la presse people et proche du couple Macron, mise en examen

14 juin 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | Mimi Marchand, reine de la presse people et proche du couple Macron, mise en examen

Mimi Marchand, reine de la presse people et proche du couple Macron, mise en examen

Accueil | Veille médias | Mimi Marchand, reine de la presse people et proche du couple Macron, mise en examen

Mimi Marchand, reine de la presse people et proche du couple Macron, mise en examen

14 juin 2021

Michèle Marchand, dit « Mimi Marchand », a été mise en examen le 5 juin 2021 dans l’affaire du financement libyen présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Elle est accusée avec quatre autres personnes de « subornation de témoin » et d’« association de malfaiteurs ».

Un étrange voyage au Liban pour une étrange rétractation

La mise en exa­m­en con­cerne l’étrange rétrac­ta­tion lors d’une inter­view en novem­bre 2020 de Ziad Takied­dine, l’un des prin­ci­paux accusa­teurs de l’ancien prési­dent de la République dans cette pos­si­ble affaire de finance­ment occulte libyen. Cet entre­tien don­né au Liban à François de Labarre, jour­nal­iste de Paris Match, et Sébastien Valiela, un pho­tographe de Bes­tim­age[1] (l’agence pho­tographique de « Mimi Marc­hand » ) retrans­mis sur BFM n’était pas passé inaperçu à l’époque puisque cet inter­mé­di­aire libanais, réfugié dans son pays natal après avoir fui la France, avait mul­ti­plié les déc­la­ra­tions à l’encontre de Nico­las Sarkozy depuis 2012 dans ce dossier haute­ment explosif.

Un arrangement Bestimage/Accor ?

Cette mise en exa­m­en n’est pas un hasard, car selon des infor­ma­tions du site Medi­a­part, « les juges dis­posent (…) d’écoutes télé­phoniques lais­sant appa­raître que Mimi Marc­hand aurait ren­con­tré Nico­las Sarkozy sur ce dossier et que lancien prési­dent aurait fait espér­er un con­trat » à l’agence pho­tographique Bes­tim­age, « par le biais du groupe hôtelier Accor, dont Nico­las Sarkozy est lun des admin­is­tra­teurs.[2]»

La jus­tice soupçonne donc Michèle Marc­hand d’être à la tête de cette opéra­tion[3] avec l’aide de qua­tre com­plices pré­sumés[4] afin de faire pres­sion sur Ziad Takied­dine pour qu’il fasse volte-face dans cette affaire et qu’il dédouane Nico­las Sarkozy. Inter­rogé deux mois après cet inter­view par les juges d’in­struc­tion chargés de ce dossier de finance­ment occulte, l’intermédiaire a pré­ten­du que ses pro­pos avaient été « défor­més » par Paris Match qui « appar­tient à un ami de Sarkozy. » Mimi Marc­hand est elle aus­si une intime de l’ancien Prési­dent de la République, puisqu’elle a pos­sédé la carte de grand dona­teur de son par­ti poli­tique, l’UMP et qu’elle a été assise au pre­mier rang de cer­tains de ses meet­ings jusqu’à la pri­maire de 2016.

Paris Match et le JDD sur la sellette

Out­re cette mise en exa­m­en, cette intime du cou­ple Macron a l’interdiction de ren­con­tr­er Nico­las Sarkozy, son avo­cat, Me Thier­ry Her­zog, ain­si que le directeur de Paris Match et du Jour­nal du dimanche, Hervé Gat­teg­no. Cette dernière mesure ne devrait pas nuire à la rela­tion entre Bes­tim­age et Paris Match, tant les liens sont anciens et nom­breux. Car Michèle Marc­hand est depuis de nom­breuses années, l’entremetteuse[5] entre la presse peo­ple et la classe poli­tique française dont elle con­naît les secrets les plus intimes grâce à son réseau de paparazzi. Et comme agent d’influence ou de désta­bil­i­sa­tion (Bes­tim­age four­nit env­i­ron 50 % des pho­tos de la presse peo­ple) Mimi Marc­hand se sert de Paris Match pour faire pass­er ses mes­sages les plus con­sen­suels auprès de l’opinion publique[6]. En retour, Arnaud Lagardère le pro­prié­taire d’Europe 1, Paris Match et du Jour­nal du Dimanche, peut compter sur Michèle Marc­hand pour le cas échéant encenser des amis ou dézinguer d’éventuels gêneurs poli­tiques ou médi­a­tiques pour son « frère [7]» Nico­las Sarkozy par exem­ple ou pour d’autres…

Des couples très en vue

François Hol­lande, alors prési­dent de la République, en sait quelque chose puisque c’est un pho­tographe de l’agence de Michèle Marc­hand, Sébastien Valiela, qui a immor­tal­isé son ren­dez-vous secret avec sa maîtresse et actrice, Julie Gayet, en 2014. D’après Valeurs actuelles, « c’est le même Valiela qui pub­lie dans Paris Match les pre­mières images du cou­ple Macron mis en scène sur une plage de Biar­ritz, en août 2016 » avant que « le paparazzi se mue en pho­tographe de cam­pagne, au ser­vice du can­di­dat » Emmanuel Macron. Et c’est tou­jours Sébastien Valiela qui inter­view Ziad Takied­dine à Bey­routh en novem­bre dernier. Les nom­breuses cou­ver­tures dithyra­m­biques[8] du cou­ple Macron dans Paris Match sont le fait des pho­tographes de l’agence Bes­tim­age. Le can­di­dat François Fil­lon, a con­nu quant à lui durant la cam­pagne prési­den­tielle de 2017 la face som­bre de Michèle Marc­hand et de ses réseaux, celle des sous-enten­dus sur sa vie privée dans Clos­er.

Avec un tel car­net d’adresse et une telle puis­sance de feu médi­a­tique, Michèle Marc­hand, mal­gré ses énièmes ennuis judi­ci­aires, demeure une per­son­nal­ité cen­trale dans le gotha politi­co-médi­a­tique français, surtout à l’approche des prochaines élec­tions prési­den­tielles. Pour con­naître le prochain prési­dent de la République, cer­tains dis­ent en souri­ant qu’il suf­fi­ra de regarder à qui Mimi Marc­hand et Paris Match apporteront leur sou­tien actif.

Notes

  1. Chouet’Press est la société mère de Bes­tim­age, fondée en 2010 par Michèle Marc­hand à par­tir de l’a­gence du paparazzi Daniel Angeli. Son gérant est son mari depuis 2015, Jean-François Ablon­di, ancien fonc­tion­naire du min­istère de l’Intérieur, com­man­dant de police aujourd’hui à la retraite.
  2. « Rétrac­ta­tion de Takied­dine : Sarkozy et Her­zog sont cités dans l’enquête » (Médi­a­part, 07/06/2021)
  3. Michèle Marc­hand « a recon­nu au cours de sa garde à vue qu’elle se trou­vait en fait à Bey­routh, elle aus­si, au moment de l’en­tre­tien avec M. Takied­dine. »
  4. « Arnaud de la Villes­brunne, pub­lic­i­taire et ancien directeur de l’agence Publics, Noël Dubus, un escroc déjà con­damné ain­si que l’homme d’affaires Pierre Reynaud. »
  5. « Lev­ée à l’aube, sur le pont dix-huit heures par jour, la soix­an­taine tonique, cette anci­enne col­lab­o­ra­trice de Voici et grande prêtresse du méti­er a, depuis plus de trente ans, l’œil partout. Dis­posant d’un car­net d’adress­es iné­galé dans la pro­fes­sion, « Mimi », comme on la surnomme, est aujour­d’hui la source majeure d’un grand nom­bre de mag­a­zines [peo­ple] » (LeVif.be)
  6. « La ligne édi­to­ri­ale de Paris Match est aujourd’hui de mon­tr­er « les grands de ce monde dans leur intim­ité ». Il faut racon­ter et dévoil­er quelque chose de l’ordre de l’intime ou une vision du poli­tique proche des lecteurs. Les stars et les poli­tiques sont des gens comme les autres. Racon­ter l’intim­ité per­met de créer une iden­ti­fi­ca­tion du lecteur avec les per­son­nages côtoy­ant les som­mets du pou­voir. » (mrozenblat.wordpress.com)
  7. « La séquence se déroule un soir d’avril 2005. Nico­las Sarkozy est l’in­vité d’hon­neur d’un sémi­naire du groupe Lagardère. Il se fend alors d’une petite phrase qui ne passe pas inaperçue : “Arnaud Lagardère est plus qu’un ami, c’est un frère.” », liberation.fr
  8. Selon les auteurs d’un livre con­sacré à Michèle Marc­hand : dans Paris Match, il y a eu en deux ans (2016–2018) «en tout, “vingt-neuf unes pour les Macron con­tre seize pour Fil­lon et onze pour Le Pen” , (…) pour qui “les Macron, avec l’aide de Bes­tim­age, par­ticipent à un sys­tème qui fait pass­er des pub­lire­portages dévoilant leur intim­ité pour des pho­tos volées et qui maquille la com­mu­ni­ca­tion en infor­ma­tion”. valeursactuelles.com

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés