Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Médias et gouvernement : tous unis pour nier le racisme anti-blanc

29 mars 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Médias et gouvernement : tous unis pour nier le racisme anti-blanc

Médias et gouvernement : tous unis pour nier le racisme anti-blanc

Pas de chance pour le gouvernement. Alors qu’il lançait une grande compagne contre le « racisme », entendez « le racisme des méchants blancs qui refusent la diversité », une bande de « jeunes » un peu plus turbulente qu’à l’ordinaire, mettait Bruxelles à feu et à sang.

Toute honte bue, les médias ont ven­du cette pro­pa­gande gou­verne­men­tale comme si elle était la réal­ité « vraie », sans par­ler de la men­ace ter­ror­iste, autrement réelle celle-ci.

Comprenne qui pourra

On croy­ait pour­tant avoir com­pris, comme nous le mon­trent les clips du gou­verne­ment, que c’étaient les petits blancs ignares et les méchants skins et iden­ti­taires à front bas qui menaçaient la République. Mais est-ce envis­age­able que les indi­vidus qui nous gou­ver­nent, com­pé­tents et sérieux, aient pu se tromper à ce point-là sur les dan­gers qui pla­nent sur nos têtes ?

Il fau­dra que l’on nous explique un jour tout de même, pourquoi, qua­tre mois après le Bat­a­clan, per­son­ne au gou­verne­ment n’a songé, pour illus­tr­er la « haine de l’autre », à mon­tr­er quelques fana­tiques bar­bus en train d’éructer leur haine con­tre les mécréants ? Le gou­verne­ment doit cer­taine­ment avoir de bonnes raisons pour cela, des raisons sub­tiles et secrètes qui dépassent l’entendement des gens du com­mun…

Mais ce qui est encore plus dif­fi­cile à com­pren­dre pour les esprits ordi­naires, c’est le rôle des jour­nal­istes, si dévoués à la qual­ité de l’information : on se demande encore pourquoi les médias ont présen­té ces vidéos comme s’ils étaient les portes paroles du gou­verne­ment, son ser­vice com, en quelque sorte. Pourquoi aucune dis­tan­ci­a­tion à l’antenne par rap­port au sujet ? « Il faut con­tex­tu­alis­er » explique-t-on aux appren­tis jour­nal­istes, ques­tion­ner le sujet : qui, quoi, où, com­ment, pourquoi, on n’est pas là pour pass­er les plats, il faut met­tre de la plus-val­ue dans l’info : où est passée la déon­tolo­gie ?

Il a fal­lu atten­dre que l’avocat médi­a­tique Gilles-William Gold­nadel mette les pieds dans le plat du poli­tique­ment cor­rect, aux Gross­es têtes de RMC, en s’indignant de l’absence du racisme anti-blanc, pour que soit rompu, enfin, le ron­ron du con­sen­sus mou ; avant que Brux­elles, trag­ique­ment, enterre l’affaire.

Alors, pourquoi aucune ques­tion un tant soit peu dérangeante sur les inten­tions du gou­verne­ment, pourquoi aucune ques­tion sur le con­tenu de cette cam­pagne ? Pourquoi aucun débat con­tra­dic­toire pour mon­tr­er que le mes­sage que l’on nous impose comme une évi­dence, est peut-être plus lourd de sens par ce qu’il ne mon­tre pas que par ce qu’il met en scène ? Que de belles empoignades en per­spec­tives, avec des poli­tiques, des soci­o­logues, des philosophes des his­to­riens… libres d’attaquer, ou d’approuver, la parole gou­verne­men­tale et qui se castag­nent pour leur vérité. Du spec­ta­cle, du vrai — c’est bon pour l’audimat — pour des médias avides de prou­ver leur lib­erté de ton et jus­ti­fi­er leur titre de qua­trième pou­voir… On aurait pu imag­in­er un plateau avec Zem­mour ver­sus BHL dans un duel mor­tel, un corps à corps Mar­i­on la blonde con­tre Fourest la peste, le clash entre de Vil­liers, l’aristo et le jacobin Mélen­chon, le choc entre Mamère, pépère sévère, et Ménard, père peinard, etc…, de quoi stim­uler la créa­tiv­ité jour­nal­is­tique !

Des médias aux ordres ?

On pense, for­cé­ment, que si nos chers médias n’ont pas joué ce jeu-là, c’est qu’ils avaient de bonnes raisons pour ne pas le faire. Préserv­er la paix civile exige, par­fois, de sac­ri­fi­er ses principes déon­tologiques, quoiqu’il puisse en coûter à votre con­science pro­fes­sion­nelle. C’est ça aus­si le sens du devoir…

Car mon­tr­er des blancs vic­times de racisme, n’est-ce pas encour­ager toutes les dérives xéno­phobes, véhiculer les préjugés et les fan­tasmes sur l’autre et ses dif­férences ? N’est-ce pas légitimer la peur de l’étranger, jouer sur les pen­sées « nauséabon­des », remet­tre en cause le vivre ensem­ble qui fonde les valeurs de la République, stig­ma­tis­er les habi­tants des quartiers pop­u­laires, favoris­er le repli sur soi de la France moisie face à la France de la diver­sité et de l’ouverture, ouvrir la porte au retour des heures les plus som­bres de notre his­toire, et surtout, pren­dre le risque de l’amalgame enne­mi de l’altérité ?

Les jour­nal­istes sont des gens sérieux et sans con­ces­sion, ils ne sont pas aux ordres, ils obéis­sent juste à leur con­science. Et leur con­science en ces temps dif­fi­ciles leur dit qu’il vaut mieux étouf­fer cer­tains sujets si l’on veut rester au chaud. Com­bi­en de temps ce déni dur­era-t-il ? C’est toute la ques­tion.

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision