Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Union européenne félicite Twitter pour sa politique de censure

3 avril 2018

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | not_global | L’Union européenne félicite Twitter pour sa politique de censure

L’Union européenne félicite Twitter pour sa politique de censure

Accueil | not_global | L’Union européenne félicite Twitter pour sa politique de censure

L’Union européenne félicite Twitter pour sa politique de censure

3 avril 2018

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 26 jan­vi­er 2018

Nos lecteurs savent que Google a supprimé 150 000 comptes YouTube entre juin et décembre 2017 et que Facebook de son côté supprime les comptes à tour de bras. À titre d’exemple notre dernier article sur la suppression du compte du dessinateur Marsault comportait sur ce réseau social une annonce… que Facebook a caviardé. Twitter suit maintenant la même politique.

Bons et mauvais points

Jusqu’en novem­bre 2017 Twit­ter attribuait aux « bons » comptes (ceux des jour­nal­istes offi­ciels et des poli­tiques main­stream) un petit rond bleu avec un V majus­cule au milieu, V comme Véri­fié. Si la plu­part des anciens comptes avec un V ont été main­tenus, un cer­tain nom­bre se sont vus sup­primer leur V, prin­ci­pale­ment dans les rangs de la droite con­ser­va­trice améri­caine. Mir­a­cle de Noël, le compte Twit­ter de Julien Assange a mys­térieuse­ment dis­paru puis s’est retrou­vé rétabli la nuit de Noël 2017.

L’UE satisfaite

L’U­nion européenne a félic­ité les entre­pris­es améri­caines pour leur loy­auté dans leur pro­gramme de « lutte con­tre les con­tenus haineux ». Tra­duc­tion : tout compte sur un réseau social s’exprimant d’un ton un peu vif con­tre l’U­nion européenne et sa poli­tique pour­ra – par­don devra – être supprimé.

Dans un com­mu­niqué de la Com­mis­sion européenne du 20 jan­vi­er 2018, le Vice Prési­dent de la Com­mis­sion européenne pour le marché numérique, Andrus Ansip (pho­to), s’est félic­ité des progrès :

« Les résul­tats d’au­jour­d’hui mon­trent claire­ment que les plate­formes en ligne pren­nent au sérieux leur engage­ment d’ex­am­in­er les noti­fi­ca­tions et de sup­primer dans la journée les dis­cours haineux illé­gaux ».

Mais veut aller plus loin

Mais « d’autres défis demeurent mal­gré tout, notam­ment l’ab­sence de retour sys­té­ma­tique d’in­for­ma­tions aux util­isa­teurs ». La réé­d­u­ca­tion des util­isa­teurs est con­sid­érée comme insuff­isante car un tiers d’entre eux ne sont pas aver­tis. « Le retour d’in­for­ma­tions aux util­isa­teurs fait tou­jours défaut pour près d’un tiers des sig­nale­ments en moyenne, les taux de réac­tion vari­ant d’une entre­prise des tech­nolo­gies de l’in­for­ma­tion à l’autre ». Fort heureuse­ment « 70% des mes­sages haineux dénon­cés sont sup­primés …grâce aux sig­nale­ments par les ONG et instances publiques par­tic­i­pant à l’é­val­u­a­tion ». Big Broth­er et Big Oth­er ont de beaux jours devant eux.

Crédit pho­to : Euro­pean Par­lia­ment via Flickr (cc)

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés