L’ex-journaliste et otage en Afghanistan Hervé Guesquière a été condamné jeudi dernier par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer pour diffamation.

Il a écopé d’une amende de 2 000 euros avec sur­sis pour avoir, dans le jour­nal Les Échos du Tou­quet le 29 juin 2012, qual­i­fié de « lâche » l’an­cien respon­s­able de presse de l’ar­mée à Kaboul, qui avait refusé de témoign­er pour son livre sur sa déten­tion et la polémique qui en a découlé.

Le directeur de pub­li­ca­tion des Échos du Tou­quet a égale­ment été con­damné à vers­er une amende de 4 000 euros ferme. Enfin, tous deux ont été con­damnés à pay­er sol­idaire­ment 5 000 euros de dom­mages et intérêts et 2 500 euros de frais de justice.

En 2009, Hervé Guesquière et son caméra­man Stéphane Taponier avaient été enlevés en Kapis­sa (Afghanistan) et avaient passés 18 mois en cap­tiv­ité. Leur enlève­ment ne s’é­tait pas fait sans polémiques sur leur prise de risques et leurs moti­va­tions. Il avait déclenché de vives ten­sions au sein de l’ar­mée et de la classe politique.

Voir aussi notre dossier : L’Armée et les médias, histoire d’un rapport de force

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo France 3 via Youtube (DR)