Accueil | Actualités | Médias | Le Midi Libre prépare les municipales… avec un sondage bidon
Pub­lié le 19 juin 2018 | Éti­quettes : ,

Le Midi Libre prépare les municipales… avec un sondage bidon

Sortez les cruches et les bidons, la campagne des municipales 2020 commence dans le sud ! Et le quotidien Le Midi Libre propriété de Jean-Michel Baylet depuis 2015 a démarré très fort le 10 mai 2018, avec un sondage bidon à Montpellier. Selon le quotidien local, l’homme d’affaires et président du club montpelliérain de rugby Mohed Altrad était donné à 25% contre 28% au maire sortant divers gauche Philippe Saurel. Le Midi Libre fera un bon candidat pour le bobard d’or catégorie bidon d’huile d’olive.

Philippe Saurel, Macron compatible ?

Philippe Saurel, actuel maire de Montpellier, faisait partie des premiers maires – avec Gérard Collomb à Lyon – à soutenir Emmanuel Macron. Il continue de rester indépendant, même si des rumeurs bruissent sur son rapprochement avec Macron, le tout sur fond d’une bronca anti-Saurel et de difficiles équilibres locaux.

Or, le sondage publié le 10 mai par Le Midi Libre en a étonné beaucoup à Montpellier. Alors que le journal a tout d’abord refusé de révéler qui l’avait commandé – comme il en avait pourtant l’obligation selon la loi de 1977 sous peine de 75 000 € d’amende - Philippe Saurel a a saisi la commission nationale des sondages.

Mohed Altral en embuscade

Surprise : c’est Mohed Altrad lui-même qui l’a commandé ! Surprise bis : les chiffres ne correspondent pas à ceux du vrai sondage… En effet, Mohed Altrad n’y dépasse pas 20% avec le soutien de LREM, 19% avec le soutien des Républicains, 15% en indépendant, alors que Saurel est crédité de 29 à 34% des voix. Et le candidat du PS prendrait une veste magistrale, à s’en faire retourner Georges Frêche dans sa tombe. Bref Le Midi Libre a été pris en flagrant délit de totale fake news.

De fait, Le Midi Libre, pris la main dans le sac, s’est enfoncé le 19 mai en essayant de se rattraper aux branches en expliquant que Mohed Altrad ferait 25% s’il était candidat En Marche et grignotait des voix aux Républicains et à l’UDI : « une extrapolation sans doute osée mais qui, dans la tête du chef d’entreprise montpelliérain, fait son chemin. Se disant au passage qu’avec un niveau aussi bas, soit l’UDI soit les Républicains seraient contraints à l’alliance avec lui ».

Un effet de la défaite de Montpellier en rugby ?

La Commission des Sondages a rappelé à l’ordre Le Midi Libre. Et ce dernier s’est fait aussi moquer par ses concurrents – Montpellier compte aussi L'Agglorieuse, e-metropolitain et La gazette de Montpellier. Quant à Philippe Saurel, il a critiqué en vrac une « désinformation », un « manque d’impartialité » et un « raisonnement non conforme à certaines règles républicaines », dans une conférence de presse donnée le jour même. Bernard Maffre, directeur de la publication des Journaux du Midi – dont dépend Le Midi Libre, aurait piqué une grosse colère, selon e-metropolitain, et Philippe Saurel envisagé un temps des suites judiciaires avant de prendre à bras-le-corps le sujet brûlant des négociations avec En Marche.

Pour l’Agglorieuse, Mohed Altrad aurait manipulé Midi Libre : « Dans le papier de Midi Libre, Altrad était boosté à 25%, pourquoi ce coup de pouce ? On aimerait bien comprendre […] Ça chauffait dans les couloirs de Midi Libre à Saint-Jean-de-Vedas ce vendredi soir… ». Et même le Figaro a ironisé sur Mohed Altrad, « dans la délicate position de l’arroseur arrosé ». Quant à la direction de Midi Libre, elle n’a pas fait d’excuses officielles. Philippe Palat, son directeur de rédaction, joint par Le Figaro, reconnait seulement du bout des lèvres « le manque de clarté et de précision du premier article ». Non, ce n’est pas une tentative d’humour. D’aucuns voient en cette piteuse offensive de Mohed Altral (propriétaire du club de rugby de la ville) une tentative de revanche personnelle après la défaite de Montpellier devant le petit poucet Castres en finale du championnat de France 2018.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

35% récolté
Nous avons récolté 700€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store