Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Journalisme inventé, quand une journaliste se couvre de boue pour « faire vrai »

1 septembre 2021

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Journalisme inventé, quand une journaliste se couvre de boue pour « faire vrai »

Journalisme inventé, quand une journaliste se couvre de boue pour « faire vrai »

1 septembre 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €, un don de 100 € revient à 34 €.

Nous avons présenté récemment le très intéressant film France de Bruno Dumont sur le journalisme spectacle. La réalité dépasse souvent la fiction avec cette histoire estivale allemande.

Oh Susanna !

Non, ce n’est pas la chan­son améri­caine de Stephen Fos­ter créée en 1848 et demeurée célèbre, « I came to Alaba­ma, with y ban­jo on my knee ». C’est la jolie Susan­na Ohlen, 39 ans, jour­nal­iste alle­mande tra­vail­lant pour la chaîne à la fois radio­phonique et télévi­suelle RTL en Alle­magne depuis 2008. Elle y présen­tait entre autres les émis­sions à suc­cès Good Evening RTL, Good Morn­ing Ger­many et Point 12.

Intempéries et maquillage

Arrivent les ter­ri­bles intem­péries de juil­let 2021 avec plus de 200 morts et des dégâts con­sid­érables. Susan­na se rend sur place pour un reportage, rien que de très nor­mal. Vêtue d’une sobre chemise bleue, d’un cha­peau et des bottes de cir­con­stance, Susan­na doit envoy­er des images les plus dra­ma­tiques possibles.

Quoi de mieux alors que de se met­tre en scène soi-même. Une vidéo la mon­tre se pencher une pre­mière fois pour cou­vrir de boue ses vête­ments. Puis elle se penche une sec­onde fois pour s’en met­tre une couche sur le vis­age. Le cam­era­man pouffe de rire. C’est bon coco on y va, on va leur en met­tre plein la vue. Mal­heureuse­ment la scène a été filmée par un tiers, dif­fusée, RTL n’a pas appré­cié de se faire pren­dre les doigts encore glu­ants dans le pot de con­fi­ture. Susan­na a été remerciée.

La xème affaire du même genre, courante dans le jour­nal­isme spec­ta­cle comme dans le film de Dumont où France de Meurs affrète un bateau pneu­ma­tique, le rem­plit de migrants après un cast­ing, se met en scène sur l’embarcation, passe la nuit sur un bateau lux­ueux qui la suit… et se fait pren­dre à la suite d’une erreur de régie. Qui a par­lé de « médias de grand chemin » ?

Voir égale­ment : une affaire de faux en Alle­magne avec le Spiegel en 2019.

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés