Amaury centralise, Morinière s’en va

Le projet des Éditions Amaury, qui publient Le Parisien et L’Équipe, de regrouper leurs services supports au sein d’une même filiale, a largement provoqué le départ du directeur général de la SNC L’Équipe, François Morinière.

Le groupe souhaite ainsi fusionner la comptabilité, l’informatique, les ressources humaines et la fabrication au sein d’Amaury services, structure déjà existante. 113 postes y seront créées, en substitution des emplois supprimés au sein des deux éditeurs, L’Équipe et Le Parisien. La Société d’impression du groupe Amaury (Simgam) et la Société de diffusion et de ventes du Parisien (SDVP) seraient également concernées par ce plan prévu pour être appliqué dès le premier trimestre 2015. Si les discussions, entamées cet été avec les syndicats, doivent reprendre courant octobre, la centralisation en cours a d’ores et déjà eu une première conséquence. Présent depuis 2008 à la tête de la SNC L’Équipe (L’Equipe, lequipe.fr, France football, L’Équipe 21), François Morinière a préféré jeter l’éponge face à ce niveau de responsabilité amoindri. Il quittera ses fonctions le 30 octobre. Dans un email interne daté du 1er octobre, il indique souhaiter “voguer vers de nouveaux horizons professionnels et construire un nouvel équilibre personnel“. Philippe Carli, DG des Éditions Amaury, la société éditrice de L’Équipe et du Parisien, reprendra les fonctions de François Morinière, le temps de lui trouver un successeur. Le bureau français, basé à Paris 8e, du cabinet américain de recrutement Towers Watson a été chargé de cette mission.

François Morinière, qui part en bon terme avec son employeur, laisse un bilan plutôt positif, même si la SNC L’Équipe a perdu respectivement deux et huit millions d’euros en 2012 et 2013 (pour 230 millions d’euros de CA). Les ventes du quotidiens, à la baisse de près de 13% en 2013-2014 (DSH OJD : 236 216 ex), sont en cause pour une bonne part. Le recul de 5% concernant la publicité est l’autre élément d’explication.

L’Équipe a réagi sur deux plans, avec un seul objectif : retrouver l’équilibre en 2014, au plus tard l’année prochaine. Entre 2012 et 2013, un plan d’économies de 21 millions d’euros a été mis en place. Il s’est traduit notamment par un plan de sauvegarde de l’emploi qui a vu partir une soixantaine de salariés. Le groupe en a profité pour réorganiser totalement le mensuel France football, structurellement déficitaire. Le titre retrouvera la profitabilité cette année, gagnant au passage près de 7% de sa diffusion (DSH OJD : 106 159 ex, +6,6%).

Cette baisse de près de 10% des effectifs a conduit concomitamment L’Équipe à mettre en place une organisation omni média portée par un accord signé en avril 2014. Avec plus de six millions de visiteurs uniques en juin (Selon Médiamétrie / Netatings), lequipe.fr réalisera plus de 30 millions d’euros de CA en 2014. Le site est bénéficiaire et vient compenser une partie des pertes sur le print. Sous la houlette de François Morinière, s’est aussi agrégé au dispositif en décembre 2012 la chaîne sur la TNT, L’Équipe 21, qui réalise une audience de 0,5% sur sa niche.