Éloge de la censure et du crétin suisse

Il n’y a aucune rai­son que le cré­tin­isme soit réservé à une nation. Grande nation peut pro­duire petits crétins dit un proverbe (inven­té). Mais une « petite » nation (par petite nous enten­dons par la taille, pas par le pres­tige) peut engen­dr­er de grands crétins, de sex­es divers. Nous devons à l’Antipresse l’exhumation d’un arti­cle du quo­ti­di­en suisse Le Temps du 30 jan­vi­er 2018 sous la sig­na­ture de Julie Ram­bal, sous le titre « On ne peut plus rien dire , vrai­ment ? », qui est un fleu­ron du genre. Et où la jour­nal­iste se con­va­inc gen­ti­ment de l’aspect salu­taire de la cen­sure. Vis­ite des lieux.