Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | « Éducation aux médias », le camp du Bien s’inquiète et accélère
<span class="dquo">«</span> Éducation aux médias », le camp du Bien s’inquiète et accélère

14 août 2018

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | « Éducation aux médias », le camp du Bien s’inquiète et accélère

« Éducation aux médias », le camp du Bien s’inquiète et accélère

« Éducation aux médias », le camp du Bien s’inquiète et accélère

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 8 mars 2018

Alors que les attaques politiques s’accentuent contre la remarquable partialité des médias dominants — comme le montre le post de Jean-Luc Mélenchon dans son blog fin février 2018 – les médias mainstream organisent coûte que coûte leur défense. Illustration sur le blog Focus Campus du Monde du 3 mars 2018.

Fillon battu par la campagne des médias ?

Après quelques pro­pos lénifi­ants et qui n’engagent à rien « les jour­nal­istes sont par­fois irri­tants voire insup­port­a­bles » et quelques portes ouvertes bien enfon­cées « Bref, les jour­nal­istes sont loin d’être par­faits » (sic), l’auteur en vient à sa défense et illus­tra­tion du qua­trième pou­voir dom­i­nant. D’une manière involon­taire­ment comique il accrédite la thèse que Fil­lon a été bat­tu non par le vote mais par la pres­sion médi­a­tique. « Sans les médias…notre pays serait sans doute présidé aujourd’hui par un homme qui a notam­ment, pen­dant de nom­breuses années, rémunéré son épouse sur des deniers publics… ». Les anciens par­ti­sans de François Fil­lon seront ravis d’avoir con­fir­ma­tion de ce qu’ils affir­ment depuis le début : la défaite de leur can­di­dat a tout à voir avec une cam­pagne de presse. Cer­tains pour­raient crier au complotisme.

Objectif rééduquer et le plus tôt possible

Mais pas­sons, pour venir au thème cen­tral du pro­pos. Il est rare dans un seul arti­cle d’observer un tel flo­rilège de con­tre-vérités de l’oligarchie médi­a­tique : les ten­ta­tives de régimes étrangers (russ­es com­prend-on) de manip­uler les élec­tions, la Pologne qui réprime la presse, les médias qui sont le meilleur rem­part con­tre les fake news, l’auteur empile les con­tre vérités avec une bonne volon­té (nous sommes indul­gents de nature) inébranlable.

L’objectif de ce gal­i­ma­tias : la réé­d­u­ca­tion du bon peu­ple. Et ceci le plus tôt pos­si­ble « Le plus tôt sera le mieux : dès le pri­maire, le col­lège, le lycée. Et jusque dans l’enseignement supérieur. ». Ceci « pour exercer ce regard cri­tique sur la presse sous toutes ses formes. » Fort bien et qui rem­pli­ra cette noble mis­sion ? Notam­ment le « Cle­mi (Cen­tre de liai­son de l’Enseignement et des Médias d’information), un ser­vice du réseau Canopé. Depuis 1983, le Cle­mi est chargé de l’éducation aux médias dans l’ensemble du sys­tème édu­catif. » Ce même Cle­mi qui n’est qu’un cen­tre de bour­rage de crânes dirigé par d’anciens appa­ratchiks social­istes. Un organ­isme que nous avions déjà décor­tiqué en juil­let 2017. Le vieux cheval de retour de l’éducation aux médias avait été remis au goût du jour en 2015 par Najat Val­laud-Belka­cem alors min­istre de l’éducation nationale. Le réseau Canopé que nous avons étudié en févri­er 2018 est de la même eau : un con­den­sé de bien-pen­sance mil­i­tante où l’éducation n’est qu’un pré­texte à une pro­pa­gande massive.

Les servants du Prince

Tou­jours dans le reg­istre bouf­fon, l’auteur recrute des aides pré­cieuses : « Un groupe de jour­nal­istes volon­taires du Monde, en com­plé­ment de l’initiative “Decodex”, effectue ain­si régulière­ment des inter­ven­tions en classe, sur la base de con­tenus péd­a­gogiques mis à dis­po­si­tion de nos lecteurs. ». Ouh ! Le Decodex financé par Google au ser­vice de la démoc­ra­tie ! Le Monde qui véhicule – comme tout le monde – de fauss­es nou­velles appelé à la rescousse. Cerise sur le gâteau (ran­ci), les écoles de jour­nal­isme – pour beau­coup des usines à décérébr­er (cer­tains résis­tent) sont appelées à inter­venir. Il faut que les médias dom­i­nants soient bien inqui­ets pour appel­er à leur sec­ours des for­mules aus­si éculées.

Publicité

Le Néo-féminisme à l'assaut d'Internet

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».