Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Allemagne : “pas assez de rédacteurs en chef issus de l’immigration”

19 mai 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Allemagne : “pas assez de rédacteurs en chef issus de l’immigration”

Allemagne : “pas assez de rédacteurs en chef issus de l’immigration”

Nous avons déjà parlé du Bondy blog, financé entre autres par le propriétaire de Fimalac, Marc Ladreit de Lacharrière, et fer de lance du remplacement progressif mais inéluctable des Européens dans le monde du journalisme par des professionnels issus de l’immigration extra-européenne. En 2016, Gilles Kepel avait signalé l’emprise des Frères musulmans sur le Bondy blog, une organisation qui accueille volontiers les décodeurs du Monde via son responsable de l’époque Samuel Laurent. Nous reproduisons un article du 12 mai 2020 de l’hebdomadaire conservateur allemand Junge Freiheit qui nous apprend que des efforts dans le même sens sont poursuivis outre-Rhin.

Berlin. Selon les “Les nou­veaux acteurs dans le monde des médias alle­mands” il n’y aurait pas, dans les rédac­tions des grands organes de presse et de médias alle­mands, suff­isam­ment de jour­nal­istes ayant des racines étrangères. Dans un sondage, com­prenant 122 des médias ayant la plus grande audi­ence, il ressor­ti­rait que 6% seule­ment des rédac­teurs en chef seraient issus de l’im­mi­gra­tion, ce que déplore cet organ­isme dans une dépêche de lun­di. Selon les infor­ma­tions don­nées par “Les nou­veaux acteurs dans le monde des médias”, Chris­tine Horz, de l’U­ni­ver­sité tech­nique de Cologne, spé­cial­iste de la com­mu­ni­ca­tion, les aurait con­seil­lés dans le cadre de cette étude.

Sur 126 des rédac­teurs en chef con­tac­tés – dans le cadre des 122 médias ciblés – 90 auraient répon­du, dont huit issus de l’im­mi­gra­tion. Mais de l’im­mi­gra­tion européenne seule­ment : l’Autriche, le Lux­em­bourg, le Dane­mark, l’Ir­lande, l’I­tal­ie, la Roumanie et la Grèce étant les pays d’o­rig­ine de ces jour­nal­istes. Les pays dont sont issus les plus grands groupes de migrants en Alle­magne, la Turquie, la Russie et la Pologne, n’é­tant pas représen­tés, tou­jours selon cette étude.

Une homogénéité étonnante”

Par ailleurs, il n’y aurait aucun rédac­teur en chef noir (“gens de couleur”). Les rédacteurs/rédactrices en chef issu(e)s de l’im­mi­gra­tion, appar­tiendraient à des groupes d’im­mi­grés non perçus comme “étrangers” par l’opin­ion publique. Ain­si, les rédac­teurs en chef des médias alle­mands représen­teraient une société “d’une homogénéité éton­nante” pour un pays qui se voudrait depuis deux décen­nies, un pays d’im­mi­gra­tion. “Par con­tre, les minorités vis­i­bles sont exclues.”

En même temps, l’or­gan­i­sa­tion regrette que pra­tique­ment tous les médias alle­mands n’aient aucune con­nais­sance des orig­ines des rédac­teurs, ne sachant pas lesquels seraient “issus de l’im­mi­gra­tion ou pos­séderaient des critères de diver­sité sim­i­laires”. Ain­si, ils ignor­eraient com­bi­en leurs rédac­tions sont homogènes ou au con­traire, rich­es en diver­sité.

La direc­trice générale de l’or­gan­isme, Kon­stan­ti­na Vas­sil­iou-Enz, sonne l’alarme :

Beau­coup de médias alle­mands risquent de per­dre le sens des réal­ités en Alle­magne. Dans de nom­breuses grandes villes, la majorité des enfants sco­lar­isés sont issus de l’im­mi­gra­tion.” La spé­cial­iste des médias Chris­tine Horz (cf plus haut, uni­ver­sité de Cologne) con­sid­ère que « les chaînes publiques sont dans l’oblig­a­tion de représen­ter la mix­ité sociale » et de « se faire enfin les précurseurs dans la con­cep­tion de straté­gies de la diver­sité durables.”.

Nouveaux groupes ciblés

Tou­jours selon “Les nou­veaux acteurs dans le monde des médias alle­mands”, les “com­mu­nautés d’im­mi­grés”, représen­tant un pub­lic poten­tiel, seraient de nou­veaux groupes à cibler. La “diver­sité dans les pro­grammes ou les pub­li­ca­tions per­met d’aug­menter sa portée ou son tirage et fait de vous un employeur poten­tiel pour les immi­grés.”

Cette organ­i­sa­tion est une asso­ci­a­tion qui se com­prend comme “représen­tant des intérêts des pro­fes­sion­nels des médias ayant une his­toire de migra­tion” et défend “un reportage équili­bré” qui “donne une image adéquate du pays d’im­mi­gra­tion qu’est l’Alle­magne.”

Par­mi les mem­bres du con­seil d’ad­min­is­tra­tion de l’as­so­ci­a­tion on compte, entre autres, la jour­nal­iste Fer­da Ata­man, d’o­rig­ine turque ain­si que Fer­dos Foru­das­tan, ancien porte-parole de Joachim Gauck, ancien prési­dent de la Fédéra­tion alle­mande (Bun­de­spräsi­dent). Par con­tre, tous les jour­nal­istes ayant “une his­toire d’im­mi­gra­tion” ne sont pas les bien­venus dans cette asso­ci­a­tion.

Les nou­veaux acteurs dans le monde des médias alle­mands” avaient déjà fait par­ler d’eux comme gar­di­ens de la langue alle­mande, voulant impos­er aux jour­nal­istes un cer­tain vocab­u­laire à utilis­er dans leurs arti­cles ou reportages. Au lieu de “vague de réfugiés” : “migra­tion”, au lieu de “deman­deurs d’asile” : “deman­deurs de pro­tec­tion”. Et pour les per­son­nes issues de familles immi­grées, le terme “cul­ture diver­si­fiée” était recom­mandé.

Mer­ci à A.C. pour la tra­duc­tion

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision