Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Affaire Fillon : quand le Parti des médias pratique un hold-up démocratique

21 juillet 2017

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Dossiers | Affaire Fillon : quand le Parti des médias pratique un hold-up démocratique

Affaire Fillon : quand le Parti des médias pratique un hold-up démocratique

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 10/03/2017]

Après le Brexit, la victoire de Donald Trump, et l’élection-surprise de François Fillon aux primaires de la droite, les médias occidentaux paniquent et révèlent d’une manière toujours plus flagrante leur fonction de purs propagandistes du système libéral-libertaire, quitte à interférer comme jamais dans le processus démocratique, tentant, par des leviers tout à fait indifférents au débat d’idées, de propulser Macron d’un côté et de détruire Fillon de l’autre.

Nous l’avions étudié dans un dossier spé­cial de l’OJIM : l’élection de François Fil­lon, à l’automne dernier, aux pri­maires de la droite, représen­tait un nou­veau cam­ou­flet à l’encontre de médias français qui avaient dans leur majorité fait cam­pagne pour Alain Jup­pé depuis qu’ils avaient pris la mesure de la fail­lite irrémé­di­a­ble du PS. Nous ne pou­vions imag­in­er, alors, que ces médias dom­i­nants ne s’avoueraient pas vain­cus pour autant, mais qu’ils met­traient tout en œuvre pour faire élire quoi qu’il en soit Alain Jup­pé, que celui-ci s’appelle Alain Jup­pé ou… Emmanuel Macron. Ces élec­tions prési­den­tielles de 2017, plus rocam­bo­lesques et absur­des que jamais, où aucun débat d’idées ou véri­ta­ble con­fronta­tion de pro­grammes n’ont encore pu avoir lieu à peine deux mois avant le scrutin, dans la décom­po­si­tion des par­tis de gou­verne­ment et de l’agora pré­sumée du débat pub­lic, fait néan­moins émerg­er pour la pre­mière fois la cohérence sous-jacente de tout un sys­tème sous la ban­nière d’une même idéolo­gie à l’emprise trans­ver­sale, l’idéologie libérale-lib­er­taire. Si le sys­tème démoc­ra­tique mod­erne est fondé sur la règle, édic­tée par Mon­tesquieu, de la sépa­ra­tion des pou­voirs : judi­ci­aire, lég­is­latif et exé­cu­tif, auquel on peut adjoin­dre le qua­trième pou­voir – médi­a­tique, la dérive pro­gres­sive de nos démoc­ra­ties occi­den­tales a finale­ment vu s’organiser, de manière sans doute plus ou moins volon­taire, une col­lu­sion inédite pour un nou­veau genre, sub­til, trav­es­ti, sophis­tiqué, de tyran­nie, où tous les pou­voirs, s’ils ne sont fon­dus ensem­ble, s’articulent néan­moins ensem­ble, autour d’un pro­gramme à la fois unique et indis­cutable.

Un totalitarisme soft

L’exécutif, depuis au moins une ving­taine d’années, comme l’a élo­quem­ment démon­tré le philosophe Jean-Claude Michéa, n’est jamais issu que d’une alter­nance de façade qui n’oscille qu’entre la mise en œuvre des deux pans du même pro­gramme. Soit la droite est aux affaires, et elle pié­tine les intérêts de la nation pour se con­sacr­er exclu­sive­ment à des réformes libérales. Soit la gauche est aux affaires, et elle fait oubli­er son aban­don du peu­ple et des ques­tions sociales en faisant pro­gress­er en grandes pom­pes le libéral­isme des mœurs (ce fut la loi Taubi­ra du « Mariage pour tous » lors du dernier quin­quen­nat), qui est le revers inéluctable d’un libéral­isme économique qu’elle sou­tient de la même manière que la droite (loi Macron). À côté de cet exé­cu­tif dont la légitim­ité plébisc­i­taire est donc dev­enue tout à fait illu­soire, le lég­is­latif a été mis sous tutelle des instances de Brux­elles, et donc d’une tech­nocratie non élue qui ne vise qu’à met­tre en œuvre de manière homogène et sur tout le con­ti­nent le même pro­gramme libéral-lib­er­taire. L’indépendance du judi­ci­aire, après un scan­dale comme celui du « Mur des cons », dans les bureaux du syn­di­cat de la Mag­i­s­tra­ture, ne peut que paraître tout à fait improb­a­ble. Sa con­for­mité à l’idéologie libérale-lib­er­taire rég­nante est telle qu’on peut, dans les couloirs, se lâch­er con­tre ses opposants avec la vir­u­lence la plus décom­plexée, sans ris­quer de heurter qui que ce soit de la mai­son. Cette idéolo­gie est celle, encore, qui est divul­guée avec une force de frappe iné­galée par les médias dom­i­nants, le qua­trième pou­voir ayant acquis une puis­sance tout à fait inédite à notre époque, et alors que son rôle est passé d’une action cri­tique à une action essen­tielle­ment pre­scrip­tive (« voilà ce qu’il est de bon ton de penser sur tel ou tel sujet »).

Une guerre ouverte

Le con­stat est donc sim­ple : tous les pou­voirs ne sont pas con­cen­trés dans les mains de la même per­son­ne, mais ils sont con­cen­trés dans les mains d’un seul sys­tème idéologique, dual mais cohérent, struc­turé, au-dessus des par­tis de gou­verne­ment devenus de sim­ples exé­cu­tants de son pro­gramme, au-dessus des patries dev­enues de sim­ples ter­ri­toires où exercer un tel pro­gramme, au-dessus des peu­ples, sim­ple matéri­au humain inter­change­able à dis­po­si­tion d’un même pro­gramme, entretenus dans un sim­u­lacre de sou­veraineté, méprisés voire pure­ment et sim­ple­ment haïs. Ces derniers, glob­ale­ment récal­ci­trants à tous les paramètres de mise en œuvre du pro­gramme libéral-lib­er­taire, notam­ment à celui qui prévoit leur dis­so­lu­tion par l’immigration mas­sive, sont con­di­tion­nés par tous les moyens, directs ou indi­rects, jusque dans leurs feuil­letons du soir, soumis à un chan­tage moral inique et per­ma­nent, abais­sés dans leur pro­pre estime afin de bris­er leurs réflex­es, sym­bol­ique­ment exclus de l’humanité au cas où ils se rebel­lent trop ouverte­ment. Et depuis qu’a com­mencé d’enfler en Europe comme en Amérique une vague dite « pop­uliste », c’est-à-dire s’insurgeant au nom des intérêts de cette plèbe immonde, la guerre est ouverte, tous les moyens sont per­mis, et la pein­ture de démoc­ra­tie cos­mé­tique s’effrite pour laiss­er de mieux en mieux voir l’acier du pilon.

François Fillon contre Amel Jucron

L’élection de François Fil­lon aux pri­maires de la droite, dont le résul­tat sem­blait pour beau­coup d’observateurs, alors, se con­fon­dre déjà avec celui de la prési­den­tielle, a donc pris à revers le Par­ti des médias. On aurait pu croire néan­moins qu’il en reste là, d’autant que Fil­lon n’en demeu­rait pas moins un libéral pur jus, réformiste, européiste, mon­di­al­iste, qua­si thatch­érien. Oui, mais d’un autre côté, sur le plan des mœurs, il mon­trait en revanche très claire­ment un réaligne­ment sur les valeurs orig­inelles de la droite pro­mu à la fois par un mou­ve­ment comme « Sens com­mun » issu de la Manif pour tous, que par la ten­dance « dex­tr­o­gyre » des opin­ions occi­den­tales. Idem sur le plan géopoli­tique, en prô­nant un rap­proche­ment avec la Russie et l’élaboration d’un monde mul­ti­po­laire, il se démar­quait franche­ment de la doxa mon­di­al­iste. En somme, à la syn­thèse libérale-lib­er­taire, Fil­lon ten­tait d’opposer une alter­na­tive libérale-iden­ti­taire, dont la per­ti­nence, ou même la pos­si­bil­ité, peut paraître très dis­cutable. Quoi qu’il en soit, cette prise de dis­tance par rap­port au pro­gramme offi­cieux s’avéra intolérable pour le sys­tème, au point qu’il déci­da de con­tester ce pre­mier résul­tat des urnes en détru­isant méthodique­ment le can­di­dat Fil­lon, tout en propul­sant un nou­veau Jup­pé, moins libéral-lib­er­taire que lib­er­taire-libéral, encore plus fan­toche que le précé­dent, hys­térique là où l’autre était rébar­batif, juvénile voire imma­ture, là où l’autre était à demi sénile, illu­miné, là où l’autre était sopori­fique, sans pro­gramme parce qu’appliquant pré­cisant Le Pro­gramme quand l’autre pré­tendait encore qu’il s’agissait du sien : Emmanuel Macron.

Une mécanique de haute précision

Cette col­lu­sion de pou­voirs rede­venus indi­vis per­met au sys­tème de déploy­er, avec un remar­quable tem­po, dans une sai­sis­sante har­monie, et avec l’efficacité d’une broyeuse, sa stratégie mul­ti­modale d’élimination du can­di­dat Fil­lon au prof­it du zom­bie hyper­ac­t­if. Tous les rouages s’enclenchent mutuelle­ment afin qu’aucune fric­tion ne vienne per­turber la machine en rai­son d’un choix imprévu au niveau de l’exécutif. Autre­fois, la dic­tature, c’était du gros rouge qui tâche et de la coerci­tion man­i­feste. Aujourd’hui, au XXIe siè­cle, loin des temps prim­i­tifs, la tyran­nie s’exerce comme une mécanique de haute pré­ci­sion. Le Canard enchaîné se déchaîne et mène la con­tre-offen­sive du sys­tème en jouant de sa gouaille anar­chisante, puisque plus que jamais, au stade où nous en sommes et comme l’avait prophétisé Guy Debord : tout est inver­sé, et plus une entité nous est présen­tée comme « rebelle » et « sub­ver­sive », plus on peut être cer­tain qu’elle con­stitue un ramas­sis de mâtons. Le Canard, donc, depuis fin jan­vi­er, c’est-à-dire très pré­cisé­ment depuis l’ouverture de la cam­pagne, se met à feuil­leton­er des révéla­tions, France 2 enchérit en ressor­tant un vieil entre­tien de Madame Fil­lon avec une jour­nal­iste améri­caine, le Par­quet Nation­al Financier embraye, les insti­tuts de sondage – dont on sait qu’ils ser­vent essen­tielle­ment à réalis­er les prophéties de la presse qui sont en réal­ité ses désirs -, tam­bouri­nent crescen­do la chute de Fil­lon et l’ascension de Macron.

Assassinat politique

C’est sur un blog hébergé par Médi­a­part que, le 7 févri­er, Régis Des­marais signe un papi­er qui démonte point par point la manœu­vre et en iden­ti­fie les béné­fi­ci­aires. « M. Fil­lon a ain­si rémunéré sa femme sur un poste d’attaché par­lemen­taire. Sur ce sujet, rien de neuf dans le monde poli­tique. La plu­part des élus, si ce n’est la total­ité, emploient des proches sur des postes directe­ment rat­tachés à l’exercice de leur man­dat élec­tif (…). La pra­tique est courante, non inter­dite par la loi et con­nue de la presse depuis des lus­tres. Mme Fil­lon a été rémunérée de 1989 à 2013 pour un mon­tant de 830 000 euros… bruts ! Et oui, la presse bran­dit ce mon­tant proche du mil­lion d’euros en omet­tant de pré­cis­er que la somme est en euros bruts. En net, Mme Fil­lon a perçu 639 000 euros et l’État a récupéré 191 000 euros ! En salaire men­su­el net, sur la péri­ode con­sid­érée, Mme Fil­lon a donc perçu 2 218,75 euros. C’est une jolie somme, mais le tra­vail d’un attaché par­lemen­taire cor­re­spond à un tra­vail d’agent de caté­gorie A de la fonc­tion publique et le mon­tant du salaire net n’est pas man­i­feste­ment choquant ni déraisonnable. Qui aurait alors tra­vail­lé pen­dant 24 ans sans rémunéra­tion pour François Fil­lon ? Per­son­ne assuré­ment. De fait, Mme Fil­lon n’est cer­taine­ment pas restée inerte pen­dant toute cette péri­ode. » Dans tous les cas, cette affaire qui n’en est pas vrai­ment une aurait pu être éven­tée depuis longtemps : « François Fil­lon, à la dif­férence de M. Macron, n’est pas un jeune nou­veau dans le paysage poli­tique. Il a détenu dif­férents porte­feuilles min­istériels et il a été Pre­mier min­istre de Nico­las Sarkozy pen­dant cinq années… Cinq années au cours desquelles son épouse a perçu une rémunéra­tion d’attaché par­lemen­taire. Étrange que la presse qui fait son tra­vail ne se soit pas emparée de cette ques­tion à l’époque. »

Le Filtre

« Dans un monde ou plus de 99% des richess­es plané­taires sont entre les mains de 1% de la pop­u­la­tion mon­di­ale, il est hors de ques­tion que la démoc­ra­tie, qui par nature est la loi de la majorité donc des moins for­tunés, laisse pass­er des can­di­dats qui ne sont pas autorisés et souhaités par le sys­tème. Ce que les électeurs citoyens doivent com­pren­dre dans cette affaire, c’est que nos démoc­ra­ties con­tem­po­raines sont des sim­u­lacres. Oui, on choisit les can­di­dats puis celui qui occupe la fonc­tion suprême mais à la con­di­tion que ces can­di­dats soient validés et pré-fil­trés par le sys­tème (…). La désig­na­tion inat­ten­due de Fil­lon par les électeurs de la pri­maire a coupé l’herbe sous le pied de ceux qui attendaient la désig­na­tion d’Alain Jup­pé, un can­di­dat en tout point con­forme aux désirs du sys­tème. Il était donc néces­saire de vir­er Fil­lon et nous assis­tons aujourd’hui à son assas­si­nat poli­tique pour que ce dernier n’accède pas à la fonc­tion prési­den­tielle. Cette mise à l’écart de Fil­lon est d’autant plus néces­saire qu’un autre beau et jeune can­di­dat, sor­ti de presque nulle part, est en vogue et cor­re­spond en tout point au pro­fil du can­di­dat du sys­tème : Emmanuel Macron. Médi­tons sur le beau tra­vail des jour­nal­istes qui lais­sent dans l’ombre cette fameuse his­toire des 120 000 euros (80% de l’enveloppe budgé­taire de représen­ta­tion du min­istère de l’économie) con­som­mée par Macron avant son départ de Bercy pour financer des presta­tions sans lien avec le min­istère de l’économie mais en très fort lien avec la pré­pa­ra­tion de sa can­di­da­ture prési­den­tielle. Sur ce sujet, mutisme de la presse. » À une époque où les jour­nal­istes ne sont plus que des pro­pa­gan­distes, il arrive que cer­tains bloggeurs rem­plis­sent la mis­sion à leur place.

Complotisme ?

Comme le sys­tème trem­ble sur ses bases, ses manœu­vres sont de plus en plus bru­tales, dés­espérées et… vis­i­bles. Si bien que la dénon­ci­a­tion, au moins au pre­mier degré, des procédés que nous ten­tons de met­tre en lumière, finis­sent par se mul­ti­pli­er. Quelle est la défense du sys­tème médi­a­tique ? Accuser de « com­plo­tisme » ceux qui le cri­tiquent. Or, qui dit « com­plo­tisme » dit « théories nazies à la mode durant les heures les plus som­bres de notre His­toire ce qui prou­ve que le ven­tre de la bête est encore fécond » et qu’il serait bon de vous pen­dre à Nurem­berg pour le bien de l’Humanité. Certes. Le levi­er est tout de même sacré­ment usé. Que le sys­tème libéral-lib­er­taire lutte naturelle­ment, spon­tané­ment et par toutes les armes à sa dis­po­si­tion pour sa préser­va­tion n’implique pas for­cé­ment des con­spir­a­teurs con­scients et organ­isés. Les faits sont néan­moins là : depuis vingt ans, les peu­ples européens sont menés là où ils ne veu­lent pas aller, que ce soit dans l’Europe sous des espèces tech­nocra­tiques et libérales ou que ce soit vers la dis­so­lu­tion de leurs iden­tités respec­tives. Tous les sondages le prou­vent. Ces peu­ples sont offi­cielle­ment con­sultés. C’est donc qu’il existe quelque part un hia­tus ! Et il faut, par con­séquent, être par­faite­ment déraisonnable pour ne pas en con­clure que si ces peu­ples sont objec­tive­ment dépos­sédés de leur sou­veraineté au gré d’un per­pétuel ram­dam pseu­do-démoc­ra­tique, c’est que leur dépos­ses­sion est le fruit d’un com­plot, d’autant que l’intérêt du com­plot en ques­tion se mesure à l’explosion par­al­lèle des béné­fices de ceux qui prof­i­tent de l’ultra-libéralisme.

Répliques diverses

Le com­plot est d’ailleurs telle­ment man­i­feste que les derniers événe­ments ne font que révéler une manœu­vre tou­jours plus car­i­cat­u­rale. Si, le 5 mars, François Fil­lon organ­ise sa réplique par un appel au peu­ple, c’est bien parce qu’il con­naît la répar­ti­tion des forces antag­o­nistes. Immé­di­ate­ment, le Point God­win est bégayé hys­térique­ment par un sys­tème aux abois : « Si cet appel à une manif dimanche con­tre “le coup d’État des juges” se con­firme, le camp Fil­lon bas­culerait dans le fac­tieux »juge le chef du ser­vice France de Libéra­tion« Un mau­vais remake du 6 févri­er 1934 ? »com­mente le con­seiller de Paris Jacques Bau­dri­er« Irre­spon­s­able et anti-répub­li­cain. #6février1934 »twitte l’ex-ministre Corinne Lep­age. Quand il se révolte con­tre la tyran­nie libérale-lib­er­taire effec­tive, le peu­ple est sys­té­ma­tique­ment accusé par celle-ci de fas­cisme imag­i­naire. « La lib­erté, c’est le fas­cisme », ânonne ain­si Big Broth­er par tous ses divers canaux qui s’imaginent cha­cun bien à tort des per­son­nal­ités indépen­dantes.

Après le suc­cès du rassem­ble­ment, Jup­pé renonce offi­cielle­ment, ce qui implique qu’il se tenait donc prêt, jusque là, à repren­dre la place que les médias lui avaient con­fiée dès l’origine. Il n’abandonne pas sans don­ner des gages au sys­tème qui l’a chéri, allant jusqu’à accuser la droite de « rad­i­cal­i­sa­tion » : « Comme l’a mon­trée la man­i­fes­ta­tion d’hier au Tro­cadéro, le noy­au des mil­i­tants et sym­pa­thisants LR s’est rad­i­cal­isé. », ose affirmer celui qui mon­tre com­ment il fut tou­jours le can­di­dat des médias aux­quels il donne des gages en par­tant, et non de la droite, sem­blant con­fon­dre le Tro­cadéro et le Bat­a­clan. Quel inci­dent ? Quel bras ten­du ? Quel lyn­chage de Musul­man peut bien lui per­me­t­tre d’évoquer une quel­conque rad­i­cal­i­sa­tion ? Enfin, com­ment celui qui, en 1990, défendait au RPR la préférence nationale, la fer­me­ture des fron­tières et l’arrêt total de l’immigration, peut-il se per­me­t­tre de reprocher à son par­ti un sim­ple retour pro­gres­sif à ses fon­da­men­taux ? Avant que celui-ci ne revi­enne sur 25 ans de course à la con­for­mité idéologique décrétée par la gauche, il reste une sacrée marge pour qu’on puisse évo­quer une quel­conque « rad­i­cal­i­sa­tion ».

To be continued…

Et comme par hasard, après le suc­cès de ce rassem­ble­ment, tiens donc, une nou­velle « révéla­tion » du Canard, le 8 févri­er, sur un prêt non déclaré du can­di­dat des Répub­li­cains, vient prou­ver, si cela était encore néces­saire, com­ment s’organise l’étrange agen­da médi­ati­co-judi­ci­aire… Chaque pseu­do-décou­verte se man­i­feste bien comme un coup porté à la can­di­da­ture de Fil­lon, exploité selon la pos­ture ou la réplique de la cible. Comme par hasard, le sec­ond Alain Jup­pé, après extinc­tion défini­tive du pre­mier, est annon­cé devant Le Pen dans les sondages du 7 mars, devenu désor­mais l’ultime carte du sys­tème. Nous ver­rons bien­tôt com­ment se pour­suit la cam­pagne prési­den­tielle la plus invraisem­blable de la Ve République, ce qui est cer­tain, en tout cas, c’est qu’elle n’est invraisem­blable que parce que la nature par­o­dique de notre pré­ten­due démoc­ra­tie s’y dévoile pour la pre­mière fois avec autant d’éclat.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.