Poubelle la vie : un dossier exclusif

Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral lib­er­taire. Pour le recevoir rejoignez nos dona­teurs (avec un reçu fis­cal de 66 %). Pour nous soutenir c’est ici.

Les plus lus

  • Médias Nol­wenn Le Bleven­nec et les Brig­an­des : l’amalgame exem­plaire

    Rue89, sous la plume de Nol­wenn Le Bleven­nec, s’in­téresse beau­coup aux Brig­an­des. Qu’est-ce que les Brig­an­des ? Un group…

  • Médias Un appel des jour­nal­istes du monde entier en faveur de Julian Assange

    Ini­tié le 6 décem­bre 2019, par deux jour­nal­istes suiss­es Ser­e­na Tinari et Cather­ine Riva, l’appel des jour­nal­istes en fa…

  • Médias Loi Avia : la France met fin à l’État de droit en matière d’expression

    Plus que la Corée du Nord ou autres lieux où il fait bon vivre, « la France est une des plus grandes men­aces mon­di­ales c…

  • Por­traits Cather­ine Nay

    PORTRAIT — Cather­ine Nay est dev­enue une spé­cial­iste de la vie poli­tique parisi­enne, notam­ment grâce à sa prox­im­ité avec…

  • Médias Avec Ben­jamin Duhamel, la caste du clergé cathodique se repro­duit en vase clos

    Ben­jamin n’a que 24 ans, mais il est déjà chroniqueur sur LCI. Une réus­site d’un sys­tème qui con­tin­ue à met­tre en œuvre…

  • Médias France Cul­ture n’aime pas les Aris­tochats

    Dimanche 22 décem­bre 2019, à l’approche de Noël, France Cul­ture s’est intéressée aux Aris­tochats. Que croyez-vous qu’il…

  • Por­traits Nico­las Demor­and

    PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­to…

  • Médias Audi­ences 2019 des chaînes d’info en con­tinu : BFMTV recule, Zem­mour offre de belles per­for­mances à CNews

    La société Médi­amétrie vient de com­mu­ni­quer les audi­ences des chaînes télévi­suelles pour l’année 2019. Du côté des princ…

  • Por­traits Ali Bad­dou

    PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po…

  • Por­traits Rachid M’Barki

    PORTRAIT — Rachid M’Bar­ki, né en févri­er 1969 à Toulouse, d’origine maghrébine, est un jour­nal­iste français de télévi­sio…

Les réseaux sociaux, voilà l’ennemi

Nous repro­duisons un excel­lent arti­cle paru sur Vu du droit, le site de Régis de Castel­nau le 16 jan­vi­er 2020 sous la sig­na­ture d’Anne-Sophie Chaz­a­ud « Macron et ses sou­tiens : « les réseaux soci­aux, voilà l’ennemi ». Les sous-titres sont de notre rédac­tion.

De l’influence médiatique sur le monde scolaire en Amérique. Première partie

Les con­cep­tions sur l’éducation des enfants et ado­les­cents par le biais des médias pro­posent une vision du monde à sens unique, celle des idéo­logues mon­di­al­istes. L’OJIM a déjà don­né des exem­ples en France sur la façon dont l’Éducation nationale et les médias unis­sent leurs efforts afin que nos chères petites têtes blondes pensent comme il se doit. Qu’en est-il de l’autre côté de l’Atlantique ? Un regard en deux arti­cles, à par­tir du New York Times. Pre­mière par­tie.

Nolwenn Le Blevennec et les Brigandes : l’amalgame exemplaire

Rue89, sous la plume de Nol­wenn Le Bleven­nec, s’in­téresse beau­coup aux Brig­an­des. Qu’est-ce que les Brig­an­des ? Un groupe de musique à l’au­di­ence con­fi­den­tielle, con­nu sur inter­net pour sa pro­duc­tion musi­cale par­fois inat­ten­due, ne faisant pas tou­jours l’u­na­nim­ité sur le fond ou la forme et vivant en com­mu­nauté. Accusés d’être une secte, ils sont sous le coup d’une “enquête pour assas­si­nat” ouverte en Bel­gique depuis sep­tem­bre 2019. Pourquoi donc la rédac­trice en chef de Rue89 s’in­téresse-t-elle autant à un phénomène que l’on pour­rait qual­i­fi­er de mar­gin­al ? Expli­ca­tions.

Arnaud Leparmentier

PORTRAIT — Par­ti­san d’une Europe tech­nocra­tique et « austéri­taire », Arnaud Lep­ar­men­tier, édi­to­ri­al­iste au Monde, se fait le relais de l’idéolo­gie européiste la plus zélée. Dés­in­volte et con­de­scen­dant, il dis­tille, de façon assidue et récur­rente, le cor­pus idéologique ordo-libéral au sein de la sphère médi­a­tique française.

Vœux à la presse de Macron, liberté côté cour, répression côté jardin

Le 15 janvier 2019, Emmanuel Macron a présenté ses traditionnels vœux à la presse, dont LCI en a fait la retranscription partielle. Retour sur les grands points exprimés à cette occasion.

Défense officielle de la liberté de la presse

Ceci étant dit, les défis ne sont pas minces. À com­mencer par la lib­erté qui pèse sur la lib­erté fon­da­men­tale de la presse. En 2019, 49 jour­nal­istes ont été tués parce qu’ils étaient jour­nal­istes.

L’une des pre­mières phras­es de Macron a con­sisté à se posi­tion­ner en faveur de la lib­erté de la presse, surtout con­cer­nant les jour­nal­istes tués à l’international. Sujet évo­qué par le dernier rap­port sur la lib­erté de la presse de RSF où l’on avait aus­si appris que la France n’était pas très bien classée dans le con­cert des nations…

Et mise en place de la muselière par la loi Avia

Mais der­rière les grands dis­cours lénifi­ants sur la “lib­erté fon­da­men­tale de la presse”, il y a la volon­té de musel­er la lib­erté d’expression et la défense par le gou­verne­ment (et Macron) de la loi Avia (qui s’attaque à la loi de 1881 sur la lib­erté de la presse). On peut aus­si men­tion­ner la pro­mo­tion par Cédric O, actuel secré­taire d’État au numérique, lors des votes relat­ifs à cette loi, d’un amende­ment visant à oblig­er “les annon­ceurs à pub­li­er la liste de tous les sites où ils dif­fusent leurs pub­lic­ités” afin de tuer les médias non con­formes. Macron n’hésite d’ailleurs pas aus­si à faire la pro­mo­tion de l’encadrement des jour­nal­istes pen­dant ces vœux.

Tout en encourageant un encadrement

Il faut évidem­ment réguler et régle­menter. Ne vous trompez pas en com­bat­tant toute forme de régu­la­tion, car la régu­la­tion a sauvé votre méti­er à plusieurs repris­es.

La régu­la­tion qui sauve, comme dans 1984 d’Orwell où la Novlangue pre­scrivait « la lib­erté c’est l’esclavage » Prob­a­ble­ment une manière de défendre la créa­tion récente d’un con­seil de déon­tolo­gie pour les jour­nal­istes , der­rière lequel on pré­sume la présence dis­crète mais agis­sante du gou­verne­ment.

Critique de la démocratisation du journalisme

Si cha­cun dans la rue peut faire du jour­nal­isme avec son télé­phone portable sans qu’on puisse savoir qui, com­ment et à quel moment… alors il n’y aura plus de jour­nal­iste.
Si quiconque peut se con­sid­ér­er comme jour­nal­iste, la capac­ité à tenir la vérité sera dif­fi­cile.

La pos­si­bil­ité don­née à cha­cun d’informer comme cela a été vu pen­dant les man­i­fes­ta­tions de gilets jaunes et autres, où un sim­ple télé­phone per­me­t­tait de suiv­re les événe­ments, ne sem­ble donc pas plaire au Prési­dent Macron. Imag­ine-t-il qu’empêcher n’importe qui de filmer une man­i­fes­ta­tion per­me­t­tra de mieux dis­simuler les tirs de flash-ball dans la tête de cer­tains man­i­fes­tants ? La capac­ité à tenir la vérité libérale lib­er­taire, leur vérité serait en effet con­fron­tée à moins de dif­fi­cultés.

Lutte contre les fake news et critique des réseaux sociaux

Nous sommes aus­si con­fron­tés à la lutte con­tre les fauss­es infor­ma­tions, les détourne­ments sur les réseaux soci­aux. L’é­d­u­ca­tion reste le fonde­ment de cette lutte.

Que serait main­tenant un dis­cours sur la presse sans évo­quer la lutte con­tre les fake news, dont l’éducation serait désor­mais le meilleur out­il ? En avant vers des cours spé­ci­aux de réé­d­u­ca­tion pour appren­dre à tra­quer les fauss­es infor­ma­tions ? Pour ce qui est des réseaux soci­aux, Macron rap­pelle sa défi­ance envers eux, con­forme à sa volon­té de les fli­quer.

Notre gou­verne­ment y tra­vaille pour les lim­iter en péri­ode élec­torale. Il est néces­saire, dans une péri­ode où chaque minute compte et où la démoc­ra­tie est en jeu, qu’un juge puisse rétablir la vérité.

Pour ce qui est des péri­odes élec­torales, Macron dit y tra­vailler, les GAFA le font déjà comme on a pu le con­stater lors des élec­tions européennes de 2019, ce qui ne l’empêche pas de les cri­ti­quer dans un amour-haine très macronien.

Attaque des GAFA

Aujour­d’hui, votre tra­vail est pil­lé par les grandes plate­formes du numérique.
Vous êtes l’ob­jet d’un chan­tage : celui du déréférence­ment. Les procé­dures sont engagées devant l’au­torité de la con­cur­rence et nous ne céderons rien. Il en va de la capac­ité de créer et d’in­former dans notre pays.

C’est donc à une véri­ta­ble charge con­tre les GAFA à laque­lle s’est adon­né Macron en écho aux prob­lèmes de Google avec la jus­tice française. Ce qui ne l’empêche cepen­dant pas de s’allier avec Face­book con­tre la lib­erté d’expression quand ça l’arrange.

C’est toute la magie de la poli­tique du “en même temps”, cri­ti­quer les GAFA mais les utilis­er, défendre en paroles la lib­erté de la presse et d’expression puis la restrein­dre en pra­tique. Le tout, accom­pa­g­né de « sym­pa­thiques » évo­lu­tions lég­isla­tives en per­spec­tive si on se fie à ses dires.

Guillaume Durand

PORTRAIT — Un prénom choisi en hom­mage à Guil­laume Apol­li­naire, des par­ents for­tunés et organ­isa­teurs en mai 1968 d’une man­i­fes­ta­tion de marchands de tableaux en colère, mem­bre du Club Le Siè­cle, époux d’une descen­dante d’un prési­dent de la République, Guil­laume Durand est l’archétype de cette pen­sée Bobo (bourgeois–bohême) dom­i­nant dans les médias.

Situation de la presse en Hongrie : une impitoyable guerre de tranchées. Troisième partie

Depuis le retour de Vik­tor Orbán au pou­voir en Hon­grie en 2010, plusieurs organes de l’Union européenne cri­tiquent la sit­u­a­tion de la presse en Hon­grie, et s’inquiètent d’une dérive en faveur du gou­verne­ment chré­tien-con­ser­va­teur. Qu’en est-il vrai­ment de la sit­u­a­tion des médias en Hon­grie ? Com­ment en est-on arrivé à cette sit­u­a­tion ? Quelle est la place des fameux « oli­gar­ques » dans l’évolution de la sit­u­a­tion de la presse en Hon­grie ? Troisième et dernière par­tie de notre enquête.

Situation de la presse en Hongrie : une impitoyable guerre de tranchées. Deuxième partie

Depuis le retour de Vik­tor Orbán au pou­voir en Hon­grie en 2010, plusieurs organes de l’Union européenne cri­tiquent la sit­u­a­tion de la presse en Hon­grie. Les médias occi­den­taux font écho égale­ment de cette soit-dis­ant main­mise du gou­verne­ment sur la presse. Les doc­u­men­taires, reportages et arti­cles acca­blant la poli­tique « autori­taire » et « anti-démoc­ra­tique » foi­son­nent depuis des années, en France notam­ment. Qu’en est-il vrai­ment de la sit­u­a­tion des médias en Hon­grie ? Quelle est la place des fameux « oli­gar­ques » dans l’évolution de la sit­u­a­tion de la presse en Hon­grie ? Deux­ième par­tie de notre enquête.

Perdriel reprend le contrôle de Challenges et Renault quitte le capital

L’in­dus­triel Claude Per­driel vient d’annoncer avoir racheté la part de Renault dans son groupe de presse (appelé “Groupe Chal­lenges”) pro­prié­taire entre autres, de Chal­lenges et Sci­ences & Avenir, dont il était déjà le prin­ci­pal action­naire. Il reprend donc les rênes de son groupe en rede­venant l’unique action­naire.

Page 1 of 391

Qui a dit…

« Non, à tout pren­dre, je préfère que les Frères musul­mans soient coop­tés par les mil­i­taires égyp­tiens qui gar­dent l’essentiel du pou­voir plutôt que de les voir gag­n­er des élec­tions libres, insti­tu­ant un Tariq Ramadan comme min­istre de la Cul­ture. Je sou­tiens donc le main­tien des dic­tatures les plus éclairées pos­si­bles – voire pas éclairées du tout – en Egypte et en Ara­bie saou­dite plutôt que l’application, dans ces régions du monde, des principes démoc­ra­tiques qui, dans l’immédiat, ne seraient que por­teurs de désor­dres et de vio­lences. »

Pour le découvrir, cliquez ici