Vers un contrôle d’internet après l’affaire Dieudonné ?

Vers un contrôle d’internet après l’affaire Dieudonné ?

Télécharger en PDF

Outre-Atlantique, on a restreint, en 2001, les libertés des citoyens au nom de la menace terroriste. Dans l’hexagone, il semblerait que certains envisagent une restriction de la liberté d’expression au nom d’un antisémitisme rampant propagé par l’humoriste Dieudonné.

Dans ce domaine, David de Rothschild, président de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, a été à deux doigts de franchir le Rubicon. Invité sur la Radio Communautaire Juive (RCJ) à s’exprimer sur l’affaire Dieudonné, celui-ci, bien que rappelant que « la France n’est pas antisémite », a estimé qu’un grand danger planait sur la République : internet. « Le monde a complètement changé du fait de l’internet. S’il n’y avait pas d’internet, il n’y aurait pas d’affaire Dieudonné », a-t-il expliqué. Si tel était le cas, Dieudonné « se produirait dans quelques salles, il y aurait une procédure judiciaire contre lui et ça ferait un quart de colonne ». Le monde idéal.

Seulement voilà… « Il y a 2 millions de gens qui se sont connectés sur le site de M. Dieudonné, et (en comparaison) 35 000 sur le site de l’Élysée. » C’est là que le monde idéal de M. de Rothschild s’effondre. « On voit bien ce que l’internet comporte et les risques qui sont attachés à ça, d’où la nécessité d’une vigilance accrue », conclut-il. Faut-il comprendre que les gens ne seraient pas capables de juger de la pertinence d’un discours, d’une information, par eux-mêmes et auraient irrémédiablement besoin d’un Pujadas ou d’une Claire Chazal pour leur apporter la lumière ? Nous ne sommes pas encore dans la régulation d’internet et sa modération a priori, mais, petit à petit, on semble s’en approcher…

Crédit photo : kyz via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook