A la une
Marseille est-elle maltraitée par les médias ?

Le Figaro / La Provence : une guerre Paris-Marseille

Télécharger en PDF

La petite guerre entre les villes de Paris et de Marseille que l’ont retrouve dans le sport se reflète également dans les médias.

Le 21 août, un article du Figaro faisait état de l’insécurité latente qui règne dans la ville sudiste. Le journal rapportait que des marins américains bénéficiaient même d’une escorte policière sur le vieux port et rapportait les propos de Catherine Sentis, administratrice général du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) qui expliquait que l’ouverture prochaine de magasins de luxe dans les alentours était un « appel au vol ».

Mais le quotidien régional La Provence a décidé de répliquer. Il affirme que les accusations du Figaro sont « fausses ». Concernant l’escorte policière des marins américains, il s’agirait de « patrouilles mixtes » ayant pour but de « veiller à la discipline des marins et apporter assistance si besoin ». « Cela se fait depuis 20 ans, à l’arrivée de chaque bateau et quelle que soit la nationalité des troupes, (…) dans tous les ports d’Europe ! », a précisé la préfecture.

Les propos de Catherine Sentis sont également remis en cause. Celle-ci affirme n’avoir « jamais été sollicitée pour un entretien » et ajoute que « ni le ton, ni le vocabulaire qui (lui) sont prêtés dans l’article ne (lui) appartiennent ».

Valérie Sasporta, la journaliste ayant rédigé l’article du Figaro, maintient ses affirmations. Contactée par puremedias.com, elle persiste et signe sur l’existence des escortes policières, en citant une serveuse, et assure que « tout est vrai », même les propos de Mme Sentis, recueillis en « off ». Elle confie avoir « mal au cœur » que son article soit pris ainsi, étant elle-même originaire de Marseille. Le but, selon elle, était de « faire réagir »… C’est désormais chose faite.

Dessin : © Milady de Winter pour l’Ojim

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook