Libération en infographie
Un nouveau directeur de la rédaction pour Libération

Un nouveau directeur de la rédaction pour Libération

Télécharger en PDF

Le personnel de Libération a voté jeudi 25 juillet l’arrivée de Fabrice Rousselot à la direction de la rédaction en remplacement de Nicolas Demorand qui cumulait cette fonction avec celles de président du directoire et directeur de la publication.

« Libération perd la tête : il transforme en information une rumeur sur Fabius en prétendant démentir une non-information de Mediapart

« Libération perd la tête : il transforme en information une rumeur sur Fabius en prétendant démentir une non-information de Mediapart »

Depuis son arrivée à Libération en mars 2011, Nicolas Demorand a été plusieurs fois contesté pour le choix de ses unes, « Casse-toi, riche con ! » le 10 septembre 2012 concernant le projet d’exil bruxellois de Bernard Arnault, mais surtout « Affaire Cahuzac : le cauchemar continue » où le quotidien revenait sur « une piste explorée par Mediapart » (mais jamais publiée) selon laquelle le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius posséderait lui aussi un compte bancaire illégal à l’étranger. Cette une avait provoqué la sidération d’Edwy Plenel qui avait twetté : « Libération perd la tête : il transforme en information une rumeur sur Fabius en prétendant démentir une non-information de Mediapart ». La Société Civile des Personnels de Libération (SCPL) avait dénoncé une « faute déontologique grave ». « Cet épisode dommageable à l’image de Libération engage la responsabilité de Nicolas Demorand » et « illustre une nouvelle fois la mauvaise gouvernance du journal » écrivait-elle dans un communiqué, en insistant sur la nécessité d’une élection d’un directeur de la rédaction de plein droit, « en vertu des statuts de l’entreprise, réclamée depuis le 19 mars par 94% de l’équipe ». Demorand avait du présenter ses excuses.

La une sur Bernard Arnault avait entrainé le blocage des publicités du groupe (Dior, Kenzo, Givenchi, Louis Vuitton), prouvant au passage qu’une presse vivant de la publicité n’était pas libre de ses mouvements. Ceci, ajouté à une chute vertigineuse des ventes, avait placé Libération dans une situation inconfortable. Le nouveau directeur de la rédaction a aujourd’hui la lourde tache de relancer le journal moribond et de pacifier les relations entre la rédaction et la direction.

Voir aussi : Alerte rouge pour la PQN alors que Libération s’effondre

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook