A la une
Un journaliste du Monde sur écoute pendant un mois

Un journaliste du Monde sur écoute pendant un mois

Télécharger en PDF

Dans un article publié ce lundi 9 septembre, Le Monde révèle que l’un de ses journalistes a été mis sur écoute pendant un mois.

Il s’agit de Gérard Davet, qui avait publié un article dans le cadre de l’affaire du « gang des barbares » (séquestration et meurtre d’Ilan Halimi) en mars 2006. Une vingtaine de personnes mises en cause y racontaient le calvaire du jeune homme. L’article se basait sur leurs auditions devant les policiers.

Seulement l’un d’entre eux, Samir Aït Abdelmalek, bras droit de Youssouf Fofana, avait alors porté plainte avec constitution de partie civile le 10 avril 2006, jugeant qu’« eu égard à la précision des propos rapportés par les journalistes, ceux-ci avaient nécessairement eu communication en violation du secret de l’enquête et de l’instruction de procès-verbaux issus de l’enquête ». Une enquête avait suivi et c’est dans le cadre de celle-ci que les relevés téléphoniques (« fadettes ») de Gérard Davet avaient été consultés et que celui-ci avait été placé sur écoute pendant un mois.

C’est en tout cas ce que vient de découvrir une avocate du Monde. Le journal dénonce « une détestable habitude », rappelant les antécédents en matière de « fadettes » – affaire Bettencourt notamment. « Les avocats de Gérard Davet et du Monde, Mes Marie Burguburu et François Saint-Pierre, vont déposer devant la cour d’appel une demande de nullité de la procédure, avant de pouvoir porter plainte », a ajouté le journal.

Crédit photo : amenagement_numerique via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook