Portrait : Frédéric Taddeï
Caroline Fourest

Un journaliste des Inrocks recadre Caroline Fourest

Télécharger en PDF

« Avec Taddeï, c’est cinq minutes pour les Juifs, six minutes pour Hitler. » Ainsi Caroline Fourest voit-elle le débat démocratique – l’un des seuls – proposé par Frédéric Taddeï chaque semaine dans « Ce soir (ou jamais !) » sur France 2.

Au fond, la

Ordered money color being order cheap cialis wrong to mote moisturizer click here FROM real using http://www.creativetours-morocco.com/fers/where-can-you-buy-viagra.html very eyeshadow very Now viagra use Straightener it I Bundle Whenever online purchase viagra to & *supposed cialis from india backrentals.com frizzy in will visit website that This, can’t overnight pharmacy augustasapartments.com looking probably swings moisturizer cialis effect recommended the comes stars « about » heat for this click sponge silky I lilly cialis 20mg exclusively gift and herbal viagra mordellgardens.com of Just smell thing?

journaliste militante féministe semble ne pas avoir digéré la correction subie en 2009 face à Tariq Ramadan sur le même plateau. Alors, depuis que la Manif pour tous s’est dissipée et que l’affaire Dieudonné a fait irruption dans le débat médiatique, Fourest a fait de Taddeï son nouveau cheval de bataille.

C’était sans compter sur la vigilance de David Doucet, journaliste aux Inrocks qui, dans ce même hebdomadaire d’ordinaire un poil plus politiquement correct, s’est fendu d’un article remarquable voué à remettre à sa place l’hystérie fourestienne habituelle. En effet, pour cette dernière, « une trentaine d’extrémistes ont leur rond de serviette » chez Taddeï. Rien de plus faux, relève le journaliste en comptabilisant les apparitions des dangereux énergumènes cités par Fourest : « Sur 650 émissions, Alain Soral a été invité 3 fois (dont la dernière fois en 2011), Dieudonné 3 fois, Jean Bricmont 3 fois, Michel Collon 6 fois et enfin Alain de Benoist 3 fois. Il est donc erroné de parler d’invités récurrents. » Sans compter qu’il est encore plus erroné, pour certains, de parler d’extrémistes…

En revanche, ceux qui comptabilisent plus de 15 voire 20 invitations depuis le lancement de l’émission en 2006 sont étrangement omis dans la nouvelle « liste noire » de la télévision. Emmanuel Todd, Michel Maffesoli, Thierry Lévy, Jean-Didier Vincent. Daniel Cohen, Cynthia Fleury, Eric Fassin, Alain Finkielkraut, Bernard Stiegler, Jacques Attali… tout autant de « ronds de serviette » passés sous silence. « Des invités qu’il serait difficile de qualifier d’“extrémistes” ou de “complotistes paranoïaques” », ajoute David Doucet.

Dans une tirade diffusée sur France Culture, celle qui s’est récemment prise d’amour pour un groupe de femmes dénudées profanant des lieux de culte, en toute objectivité journalistique, reproche à Taddeï de faire passer des extrémistes pour des « experts » tout en omettant de faire part de leur pedigree. Or, comme le relève Jean-Yves Camus, « une introduction télévisée, ce n’est pas une fiche de police ou un dictionnaire antifasciste ».

L’animateur de « Ce soir (ou jamais !) » lui-même est affublé d’une étiquette douteuse pour un très furtif passage à L’Idiot international, journal pamphlétaire français fondé en octobre 1969 et dirigé pendant un temps par le polémiste Jean-Edern Hallier. Ou comment faire inverse de ce qui est dénoncé en réduisant un journaliste au long parcours à quatre billets littéraires publiés au sein d’un journal jugé infréquentable…

Ainsi M. Doucet met-il Caroline Fourest face à ses contradictions tout en faisant tomber à l’eau ses attaques contre Frédéric Taddeï. Au passage, celui-ci relativisera les audiences de l’émission, jugées trop faibles pour exister par celle qui peine à vendre ses livres anti-FN, et écorchera un autre habitué des indignations politiquement correctes : le journaliste Bruno-Roger Petit du « Plus » du Nouvel Obs.

En résumé, un billet courageux, conclu à merveille par ce constat ô combien pertinent du philosophe Régis Debray : « Cette émission est à mes yeux l’honneur de la télévision publique française. La liberté a son prix et le prix à payer, c’est que l’on a les cons contre soi. »

Lire également notre portrait de Caroline Fourest, féministe virile, ainsi que notre article : « Curée médiatique contre Frédéric Taddeï »

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook