Portrait : Éric Zemmour
Un journaliste américain expulsé de Russie

Un journaliste américain expulsé de Russie

Télécharger en PDF

Une première depuis la fin de la guerre froide. Un journaliste américain, David Satter, a déclaré à l’AFP avoir été expulsé de Russie par les autorités.

Installé dans le pays depuis 2003, ce journaliste de Radio Free Europe est un critique récurrent de Vladimir Poutine. « On m’a dit que ma présence en Russie n’était pas désirable aux yeux des services de sécurité. Aucune autre raison ne m’a été donnée », a déclaré M. Satter à l’AFP. D’après une porte-parole de Radio Free Europe, Karisue Wyson, cette expulsion fait suite à sa couverture des manifestations pro-Union Européenne qu’il a suivies en Ukraine.

« Alors qu’il essayait de quitter l’Ukraine pour regagner la Russie après avoir couvert les manifestations, les problèmes ont commencé », estime Mme Wyson. « Mes affaires sont à Moscou, où j’ai un appartement. Mais sans permission d’entrer le pays, je ne peux pas les récupérer. J’aimerais rentrer à Moscou pour travailler mais je ne peux pas le faire sans visa », se plaint David Satter.

Les occidentaux n’auront pas manqué de s’indigner, mais cette affaire est-elle uniquement à prendre sous l’angle de la liberté de la presse ou revêt-elle un aspect politique plus profond ? Rappelons que l’Ukraine et l’avancée de l’Union Européenne en l’Europe de l’Est est un sujet majeur pour la Russie. Ce journaliste, américain qui plus est, s’est-il contenté de couvrir les événements de manière impartiale ? Pour l’instant, la Russie n’a donné aucune explication malgré la protestation diplomatique de l’ambassade américaine. Affaire à suivre, donc.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook