Un groupe d’études sur la presse à l’Assemblée

Un groupe d’études sur la presse à l’Assemblée nationale

Un groupe d’études sur la presse à l’Assemblée

Télécharger en PDF

Michel Françaix, député de l’Oise, s’est vu confier par l’Assemblée nationale la présidence d’un groupe d’études sur la presse.

Ce parlementaire socialiste est l’auteur d’un récent rapport commis dans le cadre de l’examen du Projet de Loi de Finances pour 2013 qui pointe les dérives du mécanisme des aides à la presse (1,2 milliard d’euros en 2013 !). Dans ce document, publié en partie sur Mediapart le 30 octobre dernier, Michel Françaix dénonce « le dysfonctionnement et les contradictions » d’un système « qui continue à orienter l’essentiel de ses ressources vers le maintien de modèles anciens indépendamment de toute réflexion sur leur finalité, leur pertinence et leur viabilité ».

Ainsi, le rapport dévoile les 30 plus gros bénéficiaires des aides à la presse et les montants qu’ils perçoivent. Parmi eux, les grands titres de la presse quotidienne nationale d’information générale et politique tels que : Le Monde, Le Figaro ou La Croix. À lui seul, Le Monde perçoit 16,9 millions d’euros d’aide directe et postale ! Un rapport qui, sans surprise, n’a pas fait la une des journaux…

Michel Françaix a lui-même demandé la constitution de ce groupe de travail, qu’il présente ainsi à ses collègues dans le courrier de proposition d’adhésion : « La survie d’une presse de qualité nécessite une action volontariste, notamment afin de réformer le système d’aides à la presse, lieu de toutes les incohérences. Dans ce contexte, le groupe d’études constitué au sein de l’Assemblée nationale peut se révéler être un vecteur d’échanges et de rencontres afin de réfléchir ensemble à des solutions viables pour aider ce secteur essentiel pour le bon fonctionnement démocratique. » A suivre !

Crédit photo : Julie70 via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook