« Un changement de journalisme est inévitable »

« Un changement de journalisme est inévitable »

« Un changement de journalisme est inévitable »

Télécharger en PDF

Les internautes ne remplaceront pas les journalistes : telle est une des conclusions d’une étude du Tow Center for Digital Journalism, de l’université de Columbia (États-Unis), présentée le 27 novembre dernier, sous le titre : « le journalisme post-industriel. S’adapter au présent ».

Les trois auteurs, Emily Bell, directrice du centre de recherche, C.W. Anderson et Clay Shirky, commencent par un constat : « il est impossible de préserver ou de rétablir une forme de journalisme, semblable à celui des cinquante dernières années ». Avec l’explosion de l’information et le développement des réseaux sociaux, « un changement de journalisme est inévitable ».

En effet, « pour beaucoup d’événements importants, il est de plus en plus probable que l’information brute soit produite par un net-citoyen et non par un journaliste professionnel », estiment ces trois analystes.

Cependant, continuent-ils, « le journaliste n’a pas été remplacé. Il a été déplacé, plus haut dans la chaîne éditoriale, quittant son rôle initial d’observateur pour un rôle de vérification et d’interprétation, donnant du sens aux textes, aux sons et aux vidéos brutes, produites par le public ».

Et les auteurs de cette étude d’appeler les écoles de journalisme à prendre en compte cette évolution et à modifier leurs formations, parce qu’il y a «une place pour l’analyse minutieuse et détaillée, faite par des initiés ».

Source : Tow Center for Digital Journalism. Crédit photo : capture d’écran towcenter.org

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook