UMP : Twitter m’a tuer !

UMP : Twitter m'a tuer !

UMP : Twitter m’a tuer !

Télécharger en PDF

La communication d’un parti est basée sur des éléments de langage, définis en réunion, à l’écart de la presse, éléments qui sont ensuite martelés lors des déclarations aux différents médias : cette stratégie de communication commune a volé en éclats la semaine dernière lors de l’élection du dirigeant de l’UMP.

Les premières rumeurs de fraude à Nice ont filtré sur Internet l’après-midi même du scrutin, et après de longues heures de confusion, la proclamation unilatérale de sa propre victoire par Jean-François Copé vers 23h30 a mis le feu aux poudres.

Au fil des jours, l’escalade verbale n’a plus cessé : on a d’abord parlé de « capharnaüm », puis Bernard Debré a déclaré : « L’UMP est malade », ensuite Éric Ciotti a repoussé l’offre de vice-présidence faite par Jean-François Copé à François Fillon en la qualifiant de « grotesque ».

En milieu de semaine, les accusations de tricheries ont fait passer un cap supplémentaire aux invectives : à une accusation de « turpitudes » fut répliqué par le terme de « mafia » : le point de non-retour était atteint.

La grande nouveauté par rapport à la crise du congrès du PS en 2008 à Reims, puisque cette comparaison a été faite par de nombreux commentateurs, c’est l’apparition de Twitter.

Ces propos de plus en plus violents ont été parfois émis, puis repris sur Twitter, répercutés des milliers de fois, commentés, brocardés, moqués, ce qui a amplifié leur violence initiale ; à Reims, le PS avait tout réglé en interne, ce qui a limité l’impact médiatique des tensions pourtant perceptibles qu’il traversait.

À l’inverse, les usagers des réseaux sociaux ont tourné la situation en dérision, avec des jeux de mots, des parodies de logo de l’UMP, des détournement de vidéos (le « lip-dub » de l’UMP, la scène de colère d’Hitler dans le film « La Chute » avec des sous-titres moqueurs pour l’UMP, etc…), ajoutant le ridicule, voire l’humiliation à cette crise, ce qui a versé encore plus d’huile sur le feu… Twitter est devenu un média à part entière.

Crédit photo : UMP Photos via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook