Twitter ? Le tweet, c’est chic

Twitter ? Le tweet, c’est chic

Twitter ? Le tweet, c’est chic

Télécharger en PDF

Une photo, et une légende. Trois mots : “Four more years”. Tout Twitter est là: 140 signes maximum, un format plus adapté à des chanteurs qui veulent entretenir le contact avec leurs fans qu’à la parole d’un président ? C’est pourtant ainsi qu’Obama a annoncé sa victoire, par ces trois mots (15 signes) accompagnant les photos d’un hug avec son épouse. Message qui a été retweeté 200.000 fois dans le quart d’heure qui a suivi. Une évolution car dans l’histoire (encore récente) de Twitter, les vedettes sont habituellement Lady Gaga ou le chanteur pour midinettes Justin Bieber (autour de 30 millions de followers chacun, contre un peu moins de 20 millions pour Obama).

Même si ce tweet a évidemment été suivi d’un discours de victoire plus élaboré, et télédiffusé, Internet fait maintenant jeu égal avec la télévision. En 2004, Howard Dean, candidat à la primaire démocrate, fut le premier à systématiser l’utilisation d’Internet pour sa campagne. Obama a suivi cet exemple en 2008, ce qui lui a permis de réussir une très large mobilisation de la base (en particulier des jeunes) et de gagner, non seulement la primaire démocrate, mais la présidentielle. En 2012, la vedette est un avatar d’Internet, Twitter, dont la croissance est exponentielle. Le nombre de followers d’Obama, comme celui des chanteurs Lady Gaga ou Justin Bieber, a pratiquement doublé depuis l’an dernier (avec dans tous les cas une forte proportion de faux followers). Gageons que la prochaine élection présidentielle française verra aussi Twitter s’imposer, l’usage des nouvelles technologies et des réseaux sociaux suivant en France le modèle américain, avec quelques années de retard.

Crédit photo : Twitter@BarackObama

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook