A la une
The Guardian : des difficultés malgré la qualité

The Guardian : des difficultés malgré la qualité

Télécharger en PDF

Le scandale des écoutes téléphoniques des News of the World, c’est lui. Les révélations de WikiLeaks, c’est encore lui. Les accusations de pédophilie contre l’animateur de la BBC, Jimmy Saville, c’est toujours lui… Ainsi que les révélations sur l’évasion fiscale légale des multinationales, rappelle, admiratif, Le Monde ce 23 août.

Le voilà même menacé par le Gouvernement britannique depuis qu’il projette de révéler au grand public le contenu de documents confidentiels des services britanniques d’écoute ! Mais malgré ces gros « coups », une mondialisation du lectorat en ligne, une offre qui évolue et une indépendance reconnue (du fait de son appartenance à la fondation Scott Trust), les ventes du Guardian, le célèbre quotidien anglais de centre-gauche, ne cessent de baisser : en juillet, il s’en écoulait chaque jour en moyenne 191 182 exemplaires contre 240 000 à l’automne 2011.

Il ne lui sera plus longtemps possible de garder ses quelques 600 journalistes à plein temps. En effet, en 2012-2013, le quotidien, son édition internet et The Observer ont perdu 36 millions d’euros. L’année précédente, c’était 88 millions. Certes, en 2012-2013, le groupe a affiché un bénéfice, mais seulement grâce à la vente de titres régionaux et de sa radio. Si le numérique représente aujourd’hui 28% des revenus de l’entreprise, sa difficulté à monnayer les 40 millions de visiteurs uniques (dont un tiers vient des États-Unis) qui se rendent chaque mois sur son site et le refus assumé de mettre en place un paywall, la perte des petites annonces d’emplois de la fonction publique ainsi que les difficultés de The Observer pourraient le pousser à réduire ses effectifs (déjà 60 départs volontaires ont été enregistrés), à quitter un siège londonien devenu trop grand voire à passer au tout numérique et à réserver le papier à un hebdomadaire.

Crédit photo : rica1786 via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook