A la une
Syrie : Le Times et Paris Match « montrent l’insoutenable »

Syrie : Le Times et Paris Match « montrent l’insoutenable »

Télécharger en PDF

Le Times et Paris Match ont décidé de publier des photographies choquantes en provenance de Syrie. Tout d’abord, pour rappeler la rareté des photos certifiées émanant de ce conflit, car les deux camps se livrent à la propagande et à la manipulation. Ensuite, pour montrer que « l’horreur est dans les deux camps ».

Les photos montrent des exécutions sommaires, par décapitation, réalisées par les « rebelles » sur des individus jugés favorables au régime de Bachar el-Assad.

« Ce qui rend ces images différentes, c’est qu’elles n’ont pas été prises par un soldat ou un rebelle, mais par un observateur neutre, qui n’est pas Syrien. C’est un journaliste », écrit le Times pour justifier son choix. Aussi, le journal américain donne la parole au photographe concerné, anonymement, « pour le protéger de toutes représailles quand il retournera en Syrie » :

« J'ai assisté à une scène d'une cruauté totale : un être humain traité d'une manière dont aucun être humain ne devrait être traité. Je pense qu'en deux ans et demi, la guerre a dégradé l'humanité des gens. Le jour de l'exécution, les gens n'avaient plus le contrôle de leurs émotions, leurs désirs, leur colère. C'était impossible de les arrêter (...) Cette scène en Syrie, ce moment, était comme issu du Moyen-âge, le genre de choses que vous lisez dans les livres d'histoire. La guerre en Syrie a atteint un point où une personne peut être tuée sans pitié devant des centaines d'autres – qui s'en réjouissent. En tant qu'être humain, j'aurais préféré n'avoir jamais vu ce à quoi j'ai assisté. Mais en tant que journaliste avec un appareil photo, j'ai une responsabilité. J'ai la responsabilité de partager ce que j'ai vu ce jour-là. C'est pour ça que j'écris ce témoignage, et c'est pour ça que j'ai pris ces photos. »

De son côté, Paris Match s’est également justifié auprès de ses lecteurs dans son édition du jeudi 12 septembre : « Il n’est pas question de comparer les ravages de la répression sans merci exercée à grande échelle par le gouvernement de Damas contre sa population avec les exactions de djihadistes hallucinés. Mais ces images d’assassinats injustifiables viennent se superposer à celles tout aussi abominables des massacres à l’arme chimique. »

« En Syrie, l’horreur est dans les deux camps. C’est une réalité qu’il est impossible d’ignorer », ajoute le magazine français.

Crédit photo : Paris Match

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook