A la une
Syrie : Journaliste libéré et révélations sur les rebelles

Syrie : Journaliste libéré, révélations sur l’ASL

Télécharger en PDF

Le grand reporter du journal italien La Stampa, Domenico Quirico, détenu en Syrie par les groupes rebelles depuis début avril, vient d’être libéré, a annoncé le journal.

Domenico Quirico

Domenico Quirico. Crédit : oltreradio.it

Il avait été enlevé dans la région entre Homs et Damas en compagnie d’un universitaire belge, Pierre Piccinin. Ce dernier raconte : « Cela a été parfois des violences physiques très dures (…) Des humiliations, des brimades, de fausses exécutions. Domenico a subi deux fausses exécutions au revolver. » « Ces gens sont des demi-dingues, plus brigands qu’islamistes », ajoute-t-il.

Mais son témoignage le plus intéressant réside dans son analyse des rebelles – qu’il a « fréquenté » 4 mois. L’enseignant révèle : « C’est un devoir moral de le dire. Ce n’est pas le gouvernement de Bachar El-Assad qui a utilisé le gaz sarin ou autre gaz de combat dans la banlieue de Damas. (…) même s’il m’en coûte de le dire parce que depuis mai 2012 je soutiens férocement l’Armée syrienne libre dans sa juste lutte pour la démocratie. »

Un témoignage qui va à contre-courant de la version franco-américaine pour qui c’est le gouvernement syrien qui est à l’origine de l’attaque chimique du 21 août dernier. Le gouvernement belge s’est quant à lui déjà désolidarisé de cette position. Pierre Piccinin conclut en regrettant ce qu’est devenue la révolution syrienne : « J’ai cherché à raconter la révolution syrienne, mais il est possible que cette révolution m’ait trahi, parce que ce n’est plus la révolution que j’ai connue il y a deux ans à Alep, laïque et tolérante. »

Crédit photo : syriafreedom (ASL) via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook