Sud Radio pourrait perdre sa fréquence parisienne

Sud Radio pourrait perdre sa fréquence parisienne

Télécharger en PDF

Faute d’audience suffisante, et à cause de à son statut ambigu entre station nationale et locale, Sud Radio pourrait perdre sa fréquence à Paris.

La station du Sud-Ouest, qui avait obtenu le droit d’émettre dans la capitale en 2011, risque de sa voir retirer cette fréquence. En 2011, le CSA lui avait accordé ce droit, provoquant les foudres de RTL, Europe 1 et RMC qui avaient dénoncé le fait qu’une station ne peut être locale en province et généraliste à Paris. Ces derniers avaient alors saisi le Conseil d’État.

Il y a une quinzaine de jours, le rapporteur public dudit conseil a rendu ses conclusions, rapportent Les Échos. Ce dernier préconise le retrait de la fréquence parisienne pour la station sudiste. En cause notamment, un décrochage local de deux heures par jour effectué par la station, alors que la loi n’autorise qu’une heure quotidienne. En outre, il convient de rappeler qu’un autre recours contre des fréquences de Sud Radio attribuées à Clermont-Ferrand, Limoges et Valence, contestées pour les mêmes raisons, avait été rejeté l’année dernière, par le Conseil d’État.

Mais cette fois, ce recours risque de passer. Et les audiences de la station à Paris ne plaideront pas en sa faveur. « Aujourd’hui, son audience, très faible, se situe en-dessous de 300 000 auditeurs, soit 0,6% d’audience cumulée. C’est peu pour une station dont le bassin de population couverte a été multiplié par trois atteignant 25 millions de personnes, grâce à l’obtention de sa fréquence parisienne », expliquent Les Échos.

Crédit photo : DR Sud Radio via Facebook

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook