A la une
Sondage : Le Figaro se moque-t-il du monde ?

Sondage : Le Figaro se moque-t-il du monde ?

Télécharger en PDF

Dimanche 6 octobre, Le Figaro faisait part du résultat d’un sondage qu’il avait commandé à l’Ifop : « À la question « pensez-vous que le projet de loi présenté par Christiane Taubira permettra de lutter efficacement contre la délinquance? » 75 % des personnes interrogées par l’Ifop pour Le Figaro ont répondu par la négative. »

Sondage : Le Figaro se moque-t-il du monde ?

Un sondage que n’aurait pas démenti Honoré Daumier ?

Et le quotidien de se targuer : « C’est un « non » franc et massif. » Sauf que Rue89, qui est allé lire le sondage en question, a pu constater 1) la complexité technique des questions 2) le manque de fiabilité d’un sondage en ligne.

En effet, pour une question toute simple telle que la sévérité à l’égard des délinquants, voilà la formulation qu’en fait le sondage : « Diriez-vous que vous êtes favorable au fait que la possibilité d’éviter la prison ne soit plus ouverte qu’aux seuls condamnés à des peines d’un an maximum et non plus aux condamnés à des peines allant jusqu’à deux ans, comme c’est le cas actuellement ? »

Et ceci n’est qu’un exemple. « Pour répondre au sondage du Figaro, master en droit exigé », titre Rue89 qui relève aussi que « le sondé, pour l’Ifop, doit forcément être favorable ou défavorable. Il n’y a pas de case « ne se prononce pas » », ce qui serait la moindre des choses pour des problématiques aussi techniques.

Un exemple qui remet en question la fiabilité des sondages mais également la capacité des gens à s’exprimer sur des questions aussi techniques. Ce qui n’a pas l’air de déranger le Figaro, les réponses aléatoires allant dans son sens… « Les chiffres sont des êtres fragiles qui, à force d’être torturés, finissent par avouer tout ce qu’on veut leur faire dire », disait Alfred Sauvy.

Crédit photo : capture d’écran site LeFigaro.fr

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook