Selon que vous serez puissant ou misérable…

Selon que vous serez puissant ou misérable...

Selon que vous serez puissant ou misérable…

Télécharger en PDF

« Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir
».
Jean de La Fontaine, Les animaux malades de la peste

La leçon de la fable n’a pas perdu une ride, et c’est Éric Mettout, directeur éditorial de L’Express.fr, qui le rappelle.

Selon lui, trois raisons principales expliquent le manque de soutien de la presse à Mediapart aux débuts de l’affaire Cahuzac. Les deux premières sont connues et admises de tous : l’exaspération de la profession face aux « incessantes leçons de déontologie d’Edwy Plenel » et la proximité des journalistes et des hommes politiques. Jusqu’ici, rien de neuf.

Mais Éric Mettout va plus loin, avec, précise-t-il, une « hypothèse acrobatique qui n’engage que » lui : « Cahuzac est socialiste et […] autant les attaques contre le clan Sarkozy paraissaient aller de soi, autant les accusations à l’encontre d’un respectable (!) et respecté (y compris, jadis, par ses opposants politiques) père la rigueur de gauche heurtaient les convictions – je devrais dire les préjugés, défaut pourtant rédhibitoire dans notre profession ». Autrement dit : selon que vous serez de droite ou de gauche, les jugements du système médiatique vous rendront blanc ou noir !

Est-ce donc une (dernière?) pudeur corporatiste qui empêche Éric Mettout de qualifier son « hypothèse acrobatique » de constat, d’autocritique ou, puisqu’il s’agit de l’affaire Cahuzac, d’aveu ?

Source : L’Express – blog Nouvelle formule – Crédit Photo : Razak via Nouvelle Formule (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook