Séguéla condamné en diffamation face à Pouzilhac

Séguéla condamné en diffamation face à Pouzilhac

Séguéla condamné en diffamation face à Pouzilhac

Télécharger en PDF

Selon Le Point, Jacques Séguela a été condamné devant le TGI de Paris le 14 janvier dernier à 7 000 euros de dommages et intérêts et 3 000 euros pour frais de justice dans le conflit qui l’opposait à Alain de Pouzilhac.

Le publicitaire n’avait pas été tendre, en 2010, avec son ancien président à l’Euro RSCG. Invité de LCP-AN, il avait alors défendu Christine Ockrent et mis en cause M. de Pouzilhac dans l’affaire d’espionnage à l’AEF : « Je connais Alain de Pouzilhac, qui a été mon président, qui a failli nous mettre en faillite à Euro RSCG, qui, si Vincent Bolloré n’était pas arrivé, aurait vendu. (…) Pendant un an, il m’a bourré le mou avec les mêmes procédés, les mêmes équipes, et j’ai vu le combat qu’il a fait à Vincent Bolloré. C’est un miracle que Vincent Bolloré n’en ait pas eu marre ! »

« Quand il voit qu’il est acculé, il est prêt à tout. C’est ça la véritable histoire et il n’y a pas de raison que ce soit la plus grande journaliste (qui) soit traitée comme elle est traitée. C’est inadmissible », avait-il ajouté.

Des propos « virulents et dénigrants » pour le TGI de Paris, qui a considéré qu’ils révélaient une « animosité personnelle » et n’avaient pour « seul but que de nuire (…) à la considération professionnelle ». Jacques Séguéla et Alain de Pouzilhac, auparavant bons amis, ont vu leur relation se dégrader en juin 2005 quand Vincent Bolloré avait reçu le soutien de Séguéla après avoir renversé Pouzilhac à l’Euro RSCG.

Crédit photo : DR VidéoPeps via Youtube

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook