Schneidermann : « nous sommes tous des marathoniens de Boston »

Schneidermann : « nous sommes tous des marathoniens de Boston »

Schneidermann : « nous sommes tous des marathoniens de Boston »

Télécharger en PDF

Suite aux attentats de Boston, largement couverts par nos médias, Daniel Schneidermann a, dans un billet remarquable, souligné leur traitement occidentalo-centré.

Le fondateur d’Arrêt sur Images reconnaît avoir été « informé », « parfaitement informé » même des événements de Boston et les héros qui s’y sont illustrés. En revanche, il regrette ne rien savoir « des blessés et des morts des attentats de Bagdad qui, le même jour, ont fait 23 morts et près de 200 blessés en Irak ». « Pas grand-chose des morts du tremblement de terre iranien. Je ne sais pas s’il y avait sur place des héros, ou des enfants morts en embrassant leurs parents. Personne n’a pris soin de me le préciser », poursuit-il dans un billet publié sur le site d’@SI.

Et ce dernier de constater l’emballement médiatique habituel à ce genre de drame : « Rien de neuf dans cette disproportion des médiatisations. On connaît le making of de la fabrication d’une saga ici, et de l’occultation là. On sait bien le tropisme du système médiatique US à fabriquer mécaniquement des histoires, avec leurs faits-divers, leurs tempêtes et leurs carnages. Des histoires avec des personnages solides, étonnants, émouvants, tout prêts pour la transposition ciné. »

Il conclut : « Et on connaît bien l’engrenage qui amène les médias occidentaux, appuyés sur leur bataillon de correspondants et d’envoyés spéciaux à Washington et à New York, à raconter ces histoires à tous les peuples vassaux, et à quelques autres. Et à nous transformer tous, pendant quelques heures, en marathoniens de Boston. »

Nous ne pouvons que saluer cette critique tout à fait justifiée à l’égard de ces œillères qui occultent bien souvent le reste du monde.

Crédit photo : capture d’écran vidéo The Boston Globe via Youtube (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook