Scandales à la BBC

Bbc

Scandales à la BBC

Télécharger en PDF

Dimanche, la presse britannique n’a pas raté la BBC : Jonathan Dimbleby, l’un des journalistes les plus respectés de l’institution publique, n’hésitait plus à évoquer dans The Observer « un navire à la dérive se dirigeant vers les récifs » tandis que le Mail on Sunday parlait d’« un bain de sang à la BBC ». La faute à la diffusion la semaine dernière d’un reportage dans « Newsnight » donnant la parole à un individu affirmant avoir été victime d’abus sexuels de la part d’un ancien membre important du Parti conservateur dans un foyer de jeunes dans les années 1970.

Certes, l’émission d’investigation ne s’est pas risquée à donner de nom mais celui-ci a très rapidement circulé sur Internet, notamment grâce au Gardian qui a toutefois exprimé ses doutes sur des accusations ne reposant que sur un témoignage. Il s’agissait de Lord Alistair McAlpine, l’ancien trésorier du Parti conservateur qui a immédiatement annoncé plusieurs dépôts de plainte tandis que le Premier ministre David Cameron dénonçait une « chasse aux sorcières ».

Le problème, c’est que Steve Messham, la prétendue victime, s’est rétractée vendredi soir. Après une interview maison (mais musclée) catastrophique samedi matin sur Radio 4 où il a donné l’impression qu’il ne maîtrisait rien, George Entwistle, le directeur général âgé de 50 ans, a démissionné dans la soirée, après 54 jours seulement à la tête du premier groupe audiovisuel public du monde. Un peu auparavant, il avait exclu cette option et annoncé « une pause immédiate dans toutes les enquêtes de Newsnight afin d’assurer la solidité et la supervision éditoriales ».

Ce scandale n’est pas le premier : l’année dernière, Newsnight aurait décidé de ne pas diffuser un sujet sur Jimmy Savile, un animateur très populaire de la Beeb dans les années 60, 70 et 80, décédé en 2011, à qui il est reproché à titre posthume 300 abus sexuels sur mineurs.

Le groupe public est aussi accusé, en cette période d’austérité, de verser des salaires indécents à certains membres de sa direction et présentateurs tandis que d’autres acteurs médiatiques privés dénoncent une concurrence déloyale à leur égard du fait que la BBC fonctionne grâce à l’argent du contribuable.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook