Portrait : Éric Fottorino
Rue89 identitaire ?

Rue89 identitaire ?

Télécharger en PDF

Suite à des nouvelles règles de mesure d’audience de Médiamétrie, le site Rue89 a dû changer son aspect graphique aux dépens, dit-il, de son identité.

En effet, auparavant, Médiamétrie calculait l’audience de chaque groupe de presse en cumulant, sans distinction, l’ensemble de ses sites. Ainsi, l’audience de Rue89 était comprise dans celle du Nouvel Obs (qui a racheté le site en janvier 2012), comme l’audience du Huffington Post et du site aujardin.org l’était dans celle du Monde.

Désormais, Médiamétrie impose qu’une marque claire d’appartenance au groupe prédomine sur le reste pour que ce cumul soit pris en compte. Rue89 a donc dû changer son haut de site et placer à la première place le logo du Nouvel Obs. Son propre nom est relégué plus bas, au titre de « partenaire ».

« Le Nouvel Observateur a considéré qu’il ne pouvait pas se passer de notre audience, qui, cumulée à la sienne, permet au groupe de se hisser dans la tête du classement des acteurs de l’information numérique en France », écrit Rue89 en soulignant que « notre actionnaire nous a renouvelé son engagement de respecter notre totale indépendance rédactionnelle ».

Dans un article commun, la rédaction de Rue89 « regrette cette décision car elle sacrifie notre Rue ». « Ce ne sont pas que des détails graphiques. Ces choix détruisent de fait l’identité de Rue89 », ajoute-t-elle en craignant une « intégration forcée de Rue89 à L’Obs ». « Nous craignons, à terme, que Rue89 soit dilué et confondu », conclut la rédaction.

Pour s’opposer à ces changements, les salariés de Rue89 se sont mis en grève lundi. Une grève qui s’est prolongée durant deux jours. Après avoir rencontré la direction du Nouvel Obs ce mardi, la grève a été levée mercredi 11 décembre 2013. Les journalistes ont expliqué, dans un texte paru sur le site, être « désormais impliqués » dans un processus pour améliorer l’affichage de leur site, même s’il ne retrouvera pas son apparence précédente. « La grève est levée, Rue89 continue », a déclaré le patron du Nouvel Obs, Claude Perdriel.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook