A la une
Roland Garros : France TV face à la concurrence

Roland Garros : France TV face à la concurrence

Télécharger en PDF

Alors que la Fédération Française de Tennis (FFT) tranchera fin octobre sur les droits de diffusion TV de Roland Garros, celle-ci joue sur la concurrence pour stimuler les prix.

Cette année, trois lots sont proposés : les droits mobiles et tablettes, les droits pour la télévision en clair, et les droits pour tous les diffuseurs (dont les chaînes payantes). Cette diversité donne du pain sur la planche à France Télévisions, qui diffuse le tournoi depuis 1987 (en déboursant 15 millions d’euros en moyenne chaque année).

« Nous souhaitons garder Roland-Garros. Mais, dans un contexte économique difficile, évidemment, nous ne pourrons pas avoir des offres qui soient inflationnistes », a commenté Rémy Pflimlin, président de France Télévisions. Car la concurrence sera féroce. Face à la chaîne qatarie BeInSport, à Canal+ (qui diffuse déjà plusieurs tournois) et peut-être à M6, le groupe public, qui se serre la ceinture, devra jouer sur son seul atout : la possibilité d’alterner un match qui s’éternise entre France 2 et France 3.

Si l’enjeu est de taille, c’est parce que le tournoi parisien rassemble chaque année énormément de téléspectateurs et qu’il est une marque phare de France Télévisions. De l’autre côté, la FFT joue sur la concurrence pour faire monter les prix dans le but de faire rénover l’enceinte sportive du bois de Boulogne…

Crédit photo : Passion Leica via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook