Rennes : Deux journalistes agressés, mais par qui ?

Télécharger en PDF

Dimanche 5 mai à Rennes, deux journalistes de Rennes TV ont été agressés par des manifestants. Voici les faits incontestables. Pour le reste, les agresseurs étaient-ils des militants « pro » ou des militants « anti » mariage homosexuel ? C’est là que les choses se compliquent et que les versions divergent.

Alors qu’ils filmaient ce qui se déroulait en marge de la manifestation, et occasionnellement celle-ci, deux journalistes de Rennes TV ont été pris à parti. Indiquant tout d’abord sur leur compte Twitter avoir été « agressés par des manifestants #mariagepourtous », l’équipe, voyant que le tweet était repris par les opposants à la loi Taubira, a soudain changé de version. « Petite précision, on a tout filmé. Et c’est bien des manifestants contre le #mariagepourtous qui ont agressés 2 membres de notre équipe », précise-t-elle ensuite.

Alors, pro ou anti ? Les images diffusées sur internet ne permettent malheureusement pas de voir qui sont les agresseurs. Mais il semble que le rapport de police, suite à la plainte déposée par RennesTV, fasse état d’une agression commise par « un petit groupe de contre-manifestants », d’ailleurs très agité en marge du parcours. L’article de France 3 qui relate cette information aurait, selon les Indignés du PAF, été totalement remanié depuis, indiquant qu’il s’agirait finalement d’opposants au mariage pour tous… Le trouble est donc total et les enjeux politiques sont tels que tout le monde semble prêt à travestir les faits et à s’éloigner du devoir de vérité que tout journaliste est censé incarner.

La seule chose qui soit avérée dans cette histoire, c’est qu’en se renseignant sur le créateur de RennesTV, Gaspard Glanz, on ne peut que constater l’évidence de son parti-pris.

Crédit photo : image tirée de la vidéo RennesTV (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook