Rémy Pflimlin recadre les producteurs indépendants

Rémy Pflimlin recadre les producteurs indépendants

Rémy Pflimlin recadre les producteurs indépendants

Télécharger en PDF

Avec son projet de « Grand Soir 3 » calqué sur le « 12/13 » et le « 19/20 » pour 2013, Remy Pflimlin s’est attiré les foudres des producteurs indépendants.

En effet, ce projet présenté par le directeur de France Télévisions se ferait aux dépens du second film du jeudi soir. « Quelques semaines après des attaques répétées sur les investissements dans la création, c’est maintenant l’exposition des œuvres qui est visée. Ce ne sont pas les promesses vagues sur le redéploiement de la case du lundi soir qui pourront calmer la montée de la colère du monde de la création et modifier l’impression désastreuse d’un passage en force provoqué par les décisions du président de France Télévisions », a protesté le Syndicat de producteurs Indépendants (SPI).

Et le principal accusé de se défendre : « Alors que des emplois directs et indirects sont en question, et que je dois prendre des décisions lourdes de conséquences pour nos chaînes, qualifier celles-ci de jeu est inacceptable et irresponsable. Notre pays traverse une crise d’une rare ampleur, qui touche tous les Français et implique que les entreprises publiques contribuent le plus possible à l’effort de redressement des comptes publics. Pour ma part, j’ai résolument engagé France Télévisions dans ce chemin, après avoir porté les engagements du groupe dans la création à un niveau inédit, soit 480 millions d’euros. »

Alors qu’il doit prendre en compte les économies que France Télévisions va devoir réaliser, Rémy Pflimlin déclare s’être « engagé à préserver en 2013 l’essentiel de nos investissements dans les programmes de création audiovisuelle et cinématographique, et même la totalité de ce qui était prévu dans le documentaire. Alors que la représentation nationale envisage, malgré la situation économique, de demander aux Français une contribution supplémentaire à l’audiovisuel public [une redevance à 131 euros, NDLR], les représentants des producteurs seraient mieux inspirés de dépasser leurs intérêts particuliers au profit de l’intérêt général ».

Le SPI, qui déplorait « l’absence de dialogue », a désormais sa réponse. La question sera tranchée prochainement avec le ministère de la Culture.

Crédit photo : jean-louis zimmermann via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook