Marine Le Pen : « relents de bolchévisme » à France Inter

« Relents de bolchévisme » à France Inter selon Marine Le Pen

Marine Le Pen : « relents de bolchévisme » à France Inter

Télécharger en PDF

Ce mercredi 26 juin, Marine Le Pen était l’invitée de Patrick Cohen, l’homme à la « liste noire », dans la matinale de France Inter.

La présidente du Front National en a profité pour dire ce qu’elle pensait – et, selon elle, ce que beaucoup pensent également – de la station publique. Elle a estimé que son parti abritait différentes sensibilités, « contrairement à France Inter » qui présente « de vieux relents de bolchévisme ». « On vous appelle « Radio Bolcho » en dehors des studios. Et ce surnom dépasse le cercle du Front national », a poursuivi cette dernière.

Questionné par le Figaro, Matthieu Aron, le directeur de la rédaction de France Inter, a réagi aux accusations de Marine Le Pen : « C’est ridicule, je n’ai jamais entendu un tel surnom. Marine Le Pen se trouvait en difficulté et elle a fait une des sorties dont elle a l’habitude. Elle lâche une formule pour détourner l’attention des auditeurs. Il y a deux ans, nous étions Radio Sarko. Quand nous recevons Jean-Luc Mélenchon, on devient Radio Capitalo et Marine Le Pen nous qualifie de Radio Bolcho. Nous essayons juste de faire notre travail avec rigueur et sérieux. »

Pour information, on peut mettre cette pique de Marine Le Pen en parallèle avec les déclarations de Gérard Jugnot à la Radio Télévision Suisse le 26 novembre 2012. L’acteur avait alors confié qu’à l’époque, « si on n’avait pas la carte du parti communiste, on ne passait pas à France 3, on savait tous ça ».

Aussi, sur France Culture le 26 mai 2013, Bernard Pivot est allé dans ce sens en affirmant que « dans les années 70 on était obligé d’inviter un communiste dans chaque émission de débats ».

L’emprise des communistes sur les médias et le service public est-elle toujours effective ? Selon Marine Le Pen, cela ne fait aucun doute.

Crédit photo : logo France Inter (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook