Raymond Redding croit en l’avenir de la presse écrite

Raymond Redding croit en l’avenir de la presse écrite

Raymond Redding croit en l’avenir de la presse écrite

Télécharger en PDF

Le médiateur du conflit entre Presstalis et le syndicat du livre, Raymond Redding, était ce mercredi 24 avril l’invité du « Buzz média Orange-Le Figaro ».

Revenant sur l’affaire qui a opposé durant des mois le distributeur Presstalis aux syndicats (voir notre dossier sur le sujet), le médiateur Redding a estimé que « des actes de courage ont été fait par les deux parties ». Pour ce dernier, nommé par le gouvernement pour la résolution du conflit, l’État s’est beaucoup impliqué dans l’affaire et « en février 2013 tout le monde avait conscience que c’était la survie de la presse qui était en jeu et non pas seulement la survie de Presstalis ».

À propos de la survie de la presse papier et de l’écrit, Redding est catégorique : l’écrit a encore sa place dans l’avenir. « Depuis 50 ans, le support écrit était assez stable et sans véritable concurrence. Maintenant, le monde digital bouleverse les économies », a-t-il jugé avant d’affirmer croire à « l’avenir du support papier car notre société a été bâtie depuis 500 ans sur ce support. On ne change pas aussi rapidement les habitudes. »

Aussi, « le support écrit à une valeur propre qui va augmenter encore avec le temps. Parallèlement, son coût va aussi augmenter. » À côté de cela, « sur le Net vous avez de l’information en permanence et quasiment gratuitement ». « Mais, ce qui est important est encore écrit sur papier », a-t-il avancé.

Reste à suivre l’évolution du passage au numérique et de la survie du papier. Raymond Redding suivra cela de près, c’est certain, mais concernant Presstalis, sa mission est bel et bien « terminée ».

Crédit photo : ffap.net (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook