Radio France : Jean-Luc Hees candidat à sa propre succession

Radio France : Jean-Luc Hees candidat à sa propre succession

Télécharger en PDF

Nommé en mai 2009 par Nicolas Sarkozy à la tête de Radio France, Jean-Luc Hees a annoncé dans les colonnes du Monde qu’il briguait un second mandat.

Dorénavant, suite à la loi sur « l’indépendance de l’audiovisuel public », le président de Radio France n’est plus nommé par le chef de l’État mais désigné par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.

« Oui, je suis candidat à un second mandat à la tête de Radio France, conscient des difficultés et des enjeux, conscient des bouleversements amorcés par la révolution numérique. Radio France mérite d’être convoitée ! », a-t-il notamment déclaré.

Jean-Luc Hees fait ses débuts professionnels en 1972 à l’ORT, puis devient correspondant pour France Inter à Washington. De 1990 à 1999, il présente le journal de 13h00 de France Inter dont il est nommé directeur en 1999 (par Jean-Marie Cavada, alors président de Radio France).

En 2004, à l’arrivée de Jean-Paul Cluzel à la tête de Radio France, il est remplacé par Gilles Schneider. Il travaille alors à Radio Classique et tient une chronique dans Charlie Hebdo avant de prendre la direction de Radio France. Son premier mandat est notamment marqué par les polémiques suscitées par le non-renouvellement des contrats de Stéphane Guillon et Didier Porte, les deux humoristes de la « matinale » de France Inter. Il est alors accusé, avec Philippe Val, le directeur de France Inter, de collusion avec le président de la République, Nicolas Sarkozy, sans cesse brocardé par les deux animateurs.

S’il devait être reconduit, Jean Luc Hees, 62 ans, devrait recourir à une disposition particulière pour contourner la limite d’âge de 65 ans à laquelle il sera confronté en cours de mandat.

La décision du CSA sera rendue le 7 mars prochain.

Crédit photo : actualitte via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook