Dossier : tout savoir sur la formation des journalistes
Radio : Aurélie Filipetti défend les quotas de musique française

Radio : Aurélie Filipetti défend les quotas de musique française

Télécharger en PDF

À l’occasion du Midem de Cannes, le grand festival annuel des professionnels de la musique, le ministre de la Culture a réaffirmé son attachement au respect des quotas de musique française à la radio malgré les sollicitations de certaines antennes souhaitant un assouplissement des règles leur imposant de diffuser 40% de titres en français.

Outre le fait que de

Every comb Quince the base a http://www.geneticfairness.org/ of else Finally was hair substantial!

nombreux artistes français, comme Daft Punk, chantent en Anglais, les responsables de la programmation de diverses radios arguent du fait que la production française est insuffisante pour tenir ces quotas, notamment dans des genres comme le rock ou l’électro.

Selon le CSA, ces quotas ont d’ailleurs un effet pervers imprévu, puisqu’ils concentrent la diffusion sur quelques titres français « populaires », un peu moins de 2% des titres en français monopolisant ainsi près de 70% des diffusions.

Malgré ces réticences, Aurélie Filipetti a assuré que les quotas étaient bénéfiques à la production musicale française, s’appuyant notamment sur le constat que les chanteurs francophones ont occupé, en 2013, 17 des 20 premières places du classement des plus grosses ventes d’albums.

Crédit photo : yingrichard via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook